Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Comment encore réduire son temps de travail?

Avec la signature, mardi, d’une nouvelle convention collective de travail (CCT) par les partenaires sociaux, les formules permettant de réduire son temps de travail ont évolué.
©HollandseHoogte

Il existe trois grandes catégories: les crédits-temps avec motifs, les crédits-temps de fin de carrière, et les congés thématiques. Le crédit-temps sans motif, qui pouvait être pris par n’importe qui, sans justification, pendant un an (à temps plein), a été supprimé. On vous explique comment vous y retrouver dans le panel de possibilités qui vous reste offert.

Crédit-temps avec motif

On peut décider de décrocher pour éduquer ses enfants ou soigner un proche malade. Il est alors possible de prendre un congé à mi-temps, 4/5e ou même à temps plein, moyennant une indemnité de 160 à 640 euros par mois (selon le rythme). Si Benoît décide de prendre ce congé, son enfant devra avoir maximum 8 ans. Il devra aussi compter deux ans d’ancienneté dans son entreprise. Avec la nouvelle CCT, la durée de ce crédit-temps a été étendue à 51 mois (auparavant c’était 36 mois, ou 48 mois pour un enfant handicapé ou gravement malade), quel que soit le rythme du temps de travail choisi. L’autre nouveauté, c’est qu’il peut aussi être pris par les travailleurs combinant deux emplois à temps partiel.

L’autre cas de figure, c’est si on veut suivre une formation. Arthur a envie de perfectionner ses connaissances en économie et en gestion? Il peut lever le pied selon le rythme qu’il préfère (temps plein, mi-temps ou 4/5e), pendant 36 mois maximum. La formation doit être reconnue par les Communautés ou le secteur, et doit compter au moins 360 heures ou 27 crédits par an.

Crédit-temps de fin de carrière

Ici, il s’agit de permettre aux travailleurs plus âgés de lever le pied. Michel a 56 ans. Il peut décider de passer à 4/5e ou à mi-temps, s’il a 25 ans de carrière (la condition d’âge étant d’avoir plus de 55 ans). Pour le moment, il ne recevra pas une indemnité de l’Onem (ce point reste en discussion).

Dans un an (à 57 ans), Michel pourra percevoir cette indemnité de l’Onem (entre 230 et 480 euros selon les cas), pour autant qu’il puisse faire valoir 35 ans de carrière (ce qu’on appelle une carrière longue). Ce système concerne aussi les métiers lourds et les travailleurs des entreprises en restructuration ou en difficulté.

Marc, lui, a 60 ans. Il peut donc également prendre un crédits-temps de fin de carrière indemnisé (à mi-temps ou 4/5e), sans nécessairement prouver une carrière longue (elle doit compter au moins 25 ans).

À noter que ces formes de crédits-temps peuvent donc courir jusqu’à la fin de la carrière.

Congés thématiques

La nouvelle CCT signée mardi apporte également quelques modifications au congé parental, valable pour les enfants de moins de 12 ans. Si Anaïs se sépare du père de son enfant, et veut assumer plus facilement la garde alternée, elle aura la possibilité de prendre le congé parental à 1/10e temps (soit un mercredi sur deux par exemple), durant 40 mois. Jusqu’à présent, le congé parental pouvait être pris durant 4 mois (à temps plein); 8 mois (à mi-temps) ou 20 mois (à 4/5e). Ce congé vaut pour chaque enfant, il est donc cumulable selon le nombre d’enfants.

135 à 790€
Les indemnités pour les crédits-temps et congés parentaux varient entre 135 et 790 euros par mois (brut).

Dans les congés thématiques on retrouve aussi les congés destinés à prendre soin d’un proche malade. Si Jean-Paul veut pouvoir s’occuper de son père, sa mère, son frère ou sa sœur, ou même sa grand-mère ou son grand-père souffrant, il peut prendre un congé de 1 an (à temps plein), 2 ans (à mi-temps ou 4/5e). Enfin, il existe aussi la possibilité de prendre un congé (à temps plein, ou temps partiel) durant 2 mois maximum pour s’occuper d’une personne (même un ami) en soins palliatifs.

L’indemnité pour ces congés thématiques varie entre 135 et 790 euros selon le rythme.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés