Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Avez-vous peur de perdre votre job?

Un travailleur sur cinq a quitté son emploi l’année dernière. La plupart du temps, c’est l’employeur qui est à l’origine de son départ. Notamment parce qu’il recourt de plus en plus aux contrats temporaires.
©Photo News

Près d’un travailleur sur quatre a peur de perdre son emploi. Voilà ce qu’il ressort d’une enquête de Securex. En 2013, seul un travailleur sur cinq faisait part de cette crainte. La crainte est donc plus forte aujourd’hui. Et bien qu’elle s’amenuise avec l’âge, cette peur est toujours invoquée par près d’un travailleur sur quatre âgé de 45 ans à 49 ans.

Elle est alimentée par les mouvements observés sur le marché du travail. En 2014, 20,73% des travailleurs ont quitté leur travail, volontairement ou non. Il s’agit d’un travailleur sur cinq. C’est une augmentation par rapport à 2013 où ils étaient encore 19,38%. C’est la première fois depuis 2011 que ces chiffres de rotation augmentent. Parmi les départs, près d’un travailleur sur sept a quitté contre sa volonté. Un chiffre aussi en hausse (13,96 contre 12,25% en 2013). Seulement 6,62% des travailleurs sont partis d’eux-mêmes en 2014, contre 7,01% en 2013.

Le plus souvent, c’est l’employeur qui est à l’origine du départ du travailleur. Il licencie mais il recourt aussi de plus en plus à des contrats temporaires. Plus d’un départ sur trois est lié à des contrats temporaires arrivés à terme. Un départ sur deux si on ne tient compte que des départs involontaires. Les contrats temporaires sont repris dans la catégorie des rotations involontaires car la durée du contrat est la plupart du temps déterminée unilatéralement par l’employeur, même si le contrat entre le travailleur et l’employeur est conclu d’un commun accord.

13,96%
Près d’un travailleur sur sept a quitté son emploi contre sa volonté.

Ces contrats ont eu un succès croissant ces dernières années. En 2013, 8,82% des travailleurs ont été engagés via ce type de contrat. Ils sont 11,67% en 2014. Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation. Tout d’abord, depuis janvier 2014, l’introduction du statut unique a mis fin à la période d’essai. Depuis lors, les employeurs utilisent les contrats temporaires en guise d’alternative.

Pallier les absences

Ensuite, la reprise économique pousse les employeurs à opter pour ce type de contrat pour pallier certaines absences. D’après Securex, les absences de moyenne durée pour cause de maladie (de 1 mois à 1 an) ont augmenté, passant de 1,86% en 2013 à 1,94% en 2014% La durée moyenne des absences s’accroît également (+ 9% par rapport à 2013).

De plus, on assiste à une augmentation des crédits-temps en 2014. Cette hausse est la conséquence de la suppression des allocations, à partir de janvier 2015, pour un crédit-temps sans motif décidée par le gouvernement Michel. Enfin, le secrétariat social constate également que de plus en plus de travailleurs ont pris leur retraite. Ils étaient 0,73% en 2014 et 0,52% en 2013.

Tous ces éléments mis ensemble ont conduit les employeurs à davantage recourir aux contrats temporaires. La tendance risque encore de se poursuivre dans les prochaines années. Car comparativement aux pays voisins, la Belgique est encore en queue de peloton en la matière.

En Belgique, ces contrats sont davantage octroyés à des femmes (12,4% contre 11% pour les hommes). Elles ont généralement un profil jeune. 38,15% des contrats temporaires sont occupés par des travailleurs de moins de 25 ans (19,02% par des travailleurs de 25 à 29 ans. Les employés (12,13%) sont plus concernés que les ouvriers (11,09%).

Succès à Bruxelles

D’un point de vue géographique, ce sont surtout les entreprises bruxelloises qui sont adeptes de ces contrats (18,93%). Elles sont suivies par les entreprises wallonnes (16,52%) et flamandes (7,63%). Enfin, ces contrats sont essentiellement utilisés dans le secteur non-marchand (25,07%). En particulier dans l’Horeca, le sport, la détente et les médias (20,46%) et dans la distribution, le transport et la logistique (16,42%).

[Suivez Anaïs Sorée sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés