Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Conseils business de la mafia

De nos jours, les hommes d’affaires écrivent des livres où sont dévoilés les secrets de leur succès. La carrière de Bernardo Provenzano peut également être une source d’inspiration pour des jeunes entrepreneurs. Mais il vaut mieux éviter le milieu carcéral, contrairement à lui.
Bernardo Provenzano, criminel et homme d'affaires intelligent.

(m24) - Bernardo Provenzano, âgé de 75 ans, attend le début de son procès déjà depuis 2 ans dans la prison de Palerme. Il s’est sans doute senti comme à la maison depuis le premier jour, étant donné qu’il est une légende dans les milieux criminels. Il n’y a donc rien d’étonnant au fait que ce chef de la mafia soit connu depuis des années sous des surnoms tels que "capo di tutti capi" (le chef de tous les chefs) ou "le comptable", inspiré de la minutie appliquée dans son travail.

Cruel, mais hyper efficace

Le terme sicilien moins attachant de "Binnu u tratturi", qui signifie "Binnie le tracteur" est une référence aux nombreux massacres qu’il a commis durant sa “carrière”. Entre les meurtres, Bernardo Provenzano était un véritable homme d’affaires. La mafia est, sans tenir compte de toutes les considérations éthiques à son sujet, l’exemple-même d’une entreprise très performante. Une entreprise qui, en outre, s’adapte constamment, et avec énormément de créativité, aux conditions changeantes du marché.

Voici donc une liste de quatre conseils sur les affaires, tels qu’expliqués dans les écrits de Bernardo Provenzano. La source est constituée par les milliers de petits messages utilisés par le chef de la mafia pour communiquer avec ses « sujets », et qui ont fait leur apparition lors du procès.

Conseil 1 : Maintenez l’église au centre du village

La subtilité n’est pas ce qu’on attend immédiatement d’une organisation criminelle, mais la mafia l’utilise pour rester en bons termes avec tout le monde. « Restez calme, communiquez clairement et correctement et veillez à rester conséquent dans vos paroles. N’éliminez pas tout ce que les gens vous racontent, mais ne croyez tout de même pas n'importe qui sur parole. Cherchez la véracité des choses avant d’aborder un sujet et utilisez le plus de sources possibles. » Ce conseil provient directement de la plume de Bernardo Provenzano, mais il serait tout aussi bien à sa place dans un “vrai” livre de management.

Conseil 2 : Soignez votre entourage

Les entreprises affectent de nombreuses personnes, impliquées (in)directement par l’entreprise: pas seulement les actionnaires, les employés et les clients, mais aussi les personnes qui habitent à proximité par exemple.

Bernardo Provenzano a toujours veillé à ce que la société sicilienne considère la maffia comme un élément positif, malgré tous ses crimes. "Faites-moi savoir ce dont les gens ont besoin. Nous devons veiller à ce qu’ils reçoivent tout le positif de nous”, avait écrit le chef de la maffia à un de ses lieutenants.

Conseil 3 : Soyez flexible sur le plan politique

Le milieu des affaires et de la politique ont beaucoup de liens. Les hommes d’affaires se rendent souvent à des élections du conseil communal ou sont invités à siéger dans un comité politique. Vous ne pouvez pas vous permettre de vous opposer trop fortement à ceux qui ont le pouvoir. « Mes préférences politiques changent en fonction des événements. Je choisis les politiciens qui peuvent m’aider dans mes affaires », a-t-il déclaré.

Cela sonne direct et opportuniste, mais cela contient toutefois une vérité: celui qui souhaite penser à long terme comme entrepreneur doit pouvoir faire abstraction des idées individuelles et des gens.

Conseil 4 : Réinventez-vous si nécéssaire

La mafia sait qu’un jour ou l’autre, elle recevra des coups. S’en remettre est le message, valable aussi dans les milieux d’affaires. Cela peut être pris littéralement : en tant que chef d’entreprise, il s’agit non seulement de reconstruire l’image de l’entreprise, mais aussi de laisser votre ancienne personnalité derrière vous et de vous réinventer. Vous brisez les liens avec vos mauvaises relations et vous partez « de nouveau à la recherche de votre virginité », comme le dit Bernardo Provenzano dans une de ses lettres.

Il faudra parfois même disparaître un moment, a précisé Bernardo Provenzano. En tant qu’homme d’affaires, il faut déjà faire beaucoup pour avoir la police à ses trousses, mais il y a des parallèles. Une entreprise qui a échoué ferait mieux de se tenir à carreaux pendant quelques temps.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés