Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Écoles fermées: à quels congés avez-vous droit?

Si le télétravail ou prendre des jours de congé restent les solutions classiques, cela n'est pas possible pour tout le monde. De plus, ces solutions doivent recevoir l'accord de votre employeur.
Les travailleurs peuvent prendre, en principe, un congé familial suite à la fermeture des écoles. Mais cela ne vaudra, sans doute, que pour les premiers jours. ©NICOLAS MAETERLINCK

1. Congé pour raisons impérieuses

Outre le télétravail et les jours de congé légaux, vous pouvez prendre un congé pour "raisons impérieuses", appelé aussi "congé familial". Les employés y ont toujours droit, l'employeur ne peut pas le refuser. Mais vous devez tenir compte du fait que vous ne serez pas payé pour ces jours, contrairement aux jours de congé légaux. De plus, le congé pour raisons impérieuses est limité à 10 jours par an.

"Une complication supplémentaire est l'interprétation de ce qui est impérieux", explique Geert Vermeir, expert juridique chez SD Worx. "Si l'école décide aujourd'hui de fermer pendant 14 jours à partir de demain, alors vous pouvez prendre congé le lendemain sans aucun problème, car c'est une situation imprévisible. La question est de savoir si, par exemple, cinq jours plus tard, cela peut toujours être qualifié d'imprévisible. En principe, l'employeur peut estimer que l'employé a, dans ce cas, eu suffisamment de temps pour trouver des solutions. L'interprétation de l'employeur jouera ici un rôle important", précise le spécialiste.

    2. Congé sans salaire

    Le congé pour raisons impérieuses ne doit pas être confondu avec le "congé sans salaire", pour lequel l'approbation de l'employeur est nécessaire. Il n'existe pas de limite dans le temps pour le congé sans salaire, mais seulement si les deux parties - employeur et employé - sont d'accord.

    3. Congé parental ou crédit-temps motivé 

    10
    jours/an
    Le congé pour raisons impérieures, aussi appelé congé familial, est limité à 10 jours par an.

    Une dernière solution consiste à opter pour un congé parental ou un crédit-temps motivé, afin de s'occuper d'un enfant de moins de 12 ans, dans le premier cas, et de moins de 8 ans, dans le second. Oubliez donc cette solution pour votre ado. "Pour ces deux types de congés, vous aurez besoin de la permission de votre employeur. Pour le crédit-temps, il peut le refuser si plus de 5% de la population active souhaite l'utiliser simultanément", indique Geert Vermeir. 

    Généralement il faut aussi tenir compte des délais d'approbation: "Ils sont en principe de 3 à 6 mois, mais l'employeur peut être plus rapide, et dans certains cas extrêmes, les approuver en une journée", explique l'expert juridique.

    Point positif pour le crédit-temps et le congé parental, vous recevrez une prestation de l'Onem, qui sera toutefois inférieure à votre salaire.

    4. Chômage temporaire

    Dans certains cas, les parents peuvent aussi demander le chômage temporaire pour cas de force majeure. Si le manque de solutions pour garder ses enfants n'est normalement pas une raison pour être mis au chômage temporaire pour cause de force majeure, explique Catherine Legardien, juriste chez Partena, "l'Office national de l'emploi (Onem) considère depuis lundi après-midi que c'est une option s'il n'y a aucune autre alternative", explique l'experte. "Cela veut dire qu'il n'y a pas de garderie, par exemple parce que l'école aurait fermé complètement, que le télétravail n'est pas possible, que le partenaire ne peut pas garder les enfants non plus et que seuls les grands-parents ou d'autres personnes âgées pourraient le faire", précise Catherine Legardien.

    Lire également

    Publicité
    Publicité

    Messages sponsorisés