mon argent

En retard ou absent à cause de la grève: quid de votre salaire?

©Photo News

Ce mercredi 13 février, il y a des chances que vous arriviez en retard (ou pas du tout) au travail! Aurez-vous quand même droit à votre salaire? Quelles alternatives de déplacement prévoir?

Suite à l’appel du front syndical commun, des mouvements de grève et des actions syndicales sont prévus à travers tout le pays ce mercredi 13 février. Si les représentants des travailleurs affirment que l'appel à la grève sera suivi "massivement", il est difficile à ce stade d'évaluer l'ampleur que prendra le mouvement. Toutefois, de nombreux secteurs risquent en tout cas de tourner au ralenti, à commencer par les transports publics.

En effet, tant la SNCB, que le TEC, la Stib et De Lijn ont appelé à débrayer. Toutefois, notez que la SNCB mettra en place un service minimum comme le prévoit désormais la loi.

Salaire

Si vous avez l’habitude de vous rendre au travail en transports en commun, sachez que votre employeur s'attend malgré tout à ce que vous soyez présent ce mercredi. Un jour de grève dans les transports en commun (et peut-être aussi des embouteillages monstres sur les routes) n’y changent rien.

Coach Mobilité

Combien de temps perdez-vous dans les embouteillages? Faites le test avec notre coach mobilité et découvrez le meilleur moyen pour effectuer vos déplacements.

D’ailleurs, si vous arrivez en retard ou pas du tout à votre travail, votre employeur n'est pas obligé de payer votre salaire pour les heures non prestées. En effet, cette grève a été annoncée il y a une vingtaine de jours. De plus, elle a déjà été largement commentée dans les médias.

Vous avez donc eu (et avez encore) le temps de prendre vos dispositions pour vous organiser autrement, sans forcément prendre un jour de congé ou de récupération. Par exemple, en demandant à votre employeur d'effectuer du télétravail (voir encadré ci-dessous) ou en covoiturant.

Chaque nouvelle grève est, de fait, l’occasion de tester les différentes alternatives de covoiturage qui s’offrent à vous (et qui peuvent vous faire économiser jusqu’à 2.150 euros par an). C’est notamment le cas de l’application ComOn ou du portail Carpool.be.

En revanche, si vous habitez Bruxelles, profitez de ce mercredi de grève nationale pour enfin passer à la mobilité douce. À savoir: les vélos (électriques ou non) mais aussi l’offre pléthorique de trottinettes (et même de scooters) électriques partagées. Surtout que ce mercredi, les 20 premières minutes d'utilisation des "Billy Bike" seront gratuites.

→ Pour en savoir plus, lisez notre comparatif: Combien coûtent 30 minutes de mobilité douce ?

Enfin, si vous venez exceptionnellement en voiture et que vous craignez des embouteillages, décalez éventuellement vos horaires. En accord, bien sûr, avec votre responsable.

En résumé

C'est seulement en cas d'événement imprévu sur le chemin du travail et indépendant de votre volonté – par exemple, une grève sauvage – que vous aurez droit à votre salaire. Pour un problème connu à l'avance, ce ne sera en principe pas le cas. "En principe", car le paiement des heures non prestées en cas d’arrivée tardive dépend toujours de la politique de l’entreprise.

Le télétravailleur mieux protégé en cas d’accident

Le législateur vient d’assouplir les conditions à remplir pour qu'un accident de télétravail bénéficie de la présomption selon laquelle il est, de fait, arrivé au domicile du télétravailleur et ceci pendant ses heures de travail. Ainsi, un accident de travail survenu au télétravailleur est présumé avoir bien eu lieu pendant l'exécution du contrat de travail à deux conditions:

1. S'il se produit sur le lieu mentionné par écrit comme lieu d'exécution du travail, dans une convention de télétravail ou dans tout autre écrit autorisant de manière générique ou ponctuelle, collective ou individuelle, le télétravail. Cela englobe donc les télétravailleurs structurels (qui ont signé une convention de télétravail) et les télétravailleurs occasionnels (qui ont reçu n'importe quelle forme d'autorisation écrite de leur employeur, même un mail ou un SMS).

2. S'il se produit durant la période de la journée mentionnée dans un écrit.

Mais ce n'est pas tout. Comme l'explique Vincent Chiavetta, avocat spécialisé en droit du travail, "le législateur assouplit encore les règles, étant donné que désormais, à défaut des mentions du lieu et de la période de la journée dans un écrit, l'accident sera présumé survenu au domicile du télétravailleur et pendant les heures de travail que le travailleur aurait presté s'il était dans les locaux de son employeur. Ce sera donc à l'assureur de démontrer la preuve du contraire."

Par exemple, c'est l'assureur qui devra prouver que le télétravailleur s'est cassé le poignet alors qu'il était passé prendre le café chez son voisin et pas pendant qu'il travaillait à son domicile.

Autre précision de taille: la notion de "chemin du travail" est bien précisée et inclut désormais les trajets effectués par le télétravailleur pour aller déposer/chercher ses enfants à l'école ou sur leur lieu de garde ainsi que ceux qu'il effectue pour se procurer à manger. Toutes ces dispositions sont entrées en en vigueur le 27 janvier dernier.

ID

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content