Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Fiscalité des voitures de société: Wathelet dément

Melchior Wathelet, a qualifié jeudi de "farfelues" les informations publiées par le journal flamand De Morgen sur une réforme de la fiscalité sur les voitures de société.
Publicité
Photo News ©Photo News

Le cabinet du secrétaire d'Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet, a qualifié jeudi de "farfelues" les informations publiées par le journal flamand 'De Morgen' sur une réforme de la fiscalité sur les voitures de société allant dans le sens d'un alourdissement pour les véhicules plus polluants.

Le cabinet de M. Wathelet (cdH) "déplore que le Morgen ait décidé de faire sa Une avec des informations farfelues dont il savait qu'elles l'étaient", a indiqué la porte-parole du secrétaire d'Etat à l'agence Belga, Isabel Casteleyn.  Elle a également souligné que ces informations étaient "erronées"

La fiscalité automobile ne fait de surcroît pas partie des compétences de Wathelet, mais bien du ministre des Finances, Koen Geens. Selon le Morgen, Wathelet devrait présenter le 20 janvier un projet de réforme de la fiscalité sur les voitures de société avantageant l'usage des véhicules peu voire pas polluants et alourdissant la fiscalité de ceux qui polluent le plus.

Dans le système actuel, les voitures de société qui n'émettent pas de CO2 bénéficient d'une déductibilité fiscale à hauteur de 120%; celles qui émettent entre 0 et 60 grammes de C02 d'une déductibilité à 100%.

Selon De Morgen, dans le plan concocté par Melchior Wathelet, ces pourcentages seraient portés respectivement à 150 et à 120%. Pour rendre l'opération neutre sur le plan budgétaire, la fiscalité sur les véhicules plus polluants serait revue à la hausse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés