Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Gagnez votre vie sur les plateformes pétrolières

La hausse des prix du pétrole a remis à flot le business des plateformes pétrolières européennes de la mer du Nord. Ces derniers mois, les salaires des jobs « offshore » ont considérablement augmenté. Mais qui est prêt à faire ce travail ? Il est loin d’être sans danger.
Pour le moment, seuls les Britanniques recherchent 6.000 personnes pour travailler sur des plateformes pétrolières. Un emploi payé entre 75.000 euros et 120.000 euros par an.

(m24/vacature.com/tijd) – De nombreuses plateformes pétrolières sont trop vieilles ou obsolètes, parce qu’il n’était pas intéressant ou rentable d’y investir ces dernières années. Le logement du personnel est souvent trop petit pour permettre à chaque employé d’avoir sa propre chambre. Parfois, les salariés sont obligés de dormir à plusieurs dans un même espace, ce qui ne permet pas d’avoir un seul moment de solitude.

Le travail est réalisé par roulement, les shifts durant 12h par jour. Les employés travaillent pendant deux semaines, puis disposent de trois semaines de libre. Selon l’endroit où ils sont affectés, ces périodes peuvent aussi être de cinq semaines de travail pour cinq semaines de libre.

Non seulement on y dort mal, mais en plus le travail est dur : un moment d’inattention peut être fatal. Partout, on trouve des tuyaux et des installations dangereuses, et bien d’autres choses auxquelles il faut faire attention. Ensuite, il y a les conditions climatiques, qui peuvent être extrêmes dans la mer du Nord. Certaines plateformes pétrolières sont hautes de 55 mètres, mais les vagues peuvent monter jusqu’à 30 mètres.

 

Qui paie ?

Ces derniers mois, les salaires de tous les emplois offshore ont augmenté, des mécaniciens aux ingénieurs. De 75.000 euros à 120.000 euros brut par an, voilà les montants auxquels on peut prétendre, en réalisant un travail de forage ou de calcul. Un cuisiner débutant ne gagne pas moins 1.300 euros.

« Lorsque je ne travaille pas, je pars en voyage avec ma femme. Il n’y a aucun autre emploi qui me permettrait de gagner autant tout en profitant ainsi de la vie », explique Patrick Donelly, âgé de 25 ans. Il travaille dans la chambre de contrôle de la plateforme Alwyn et gagne environ 10.000 euros par mois.

 

Salaire annuel moyen de la plateforme britannique, selon le poste :

  • Manager technique : 93.795 euros
  • Ingénieur de projet senior : 67.051 euros
  • Ingénieur de projet : 57.291 euros
  • Ingénieur : 45.630 euros
  • Ouvrier : 32.702 euros

 

Combat féroce pour le personnel

Pour les compagnies pétrolières, le plus grand défi ne réside pas dans les conditions météorologiques en mer du Nord ni dans l’entretien du forage, mais dans la recherche de collaborateurs. « Nos concurrents sont des prédateurs. Lorsque nos employés attendent l’hélicoptère pour aller travailler, ils les attendent avec un paquet de promesse », déclare Thierry Bourgeois, directeur des opérations chez Total.

Cette rude concurrence pour le personnel n’est pas si étrange que cela. Le secteur offshore britannique a augmenté de 29 % l’an dernier, et représente 40.000 emplois. Si la croissance continue à ce rythme, il va falloir au moins 6.000 embauches dans les mois à venir. Le personnel bien formé se fait rare, en particulier parce que dans les années 90 il n’y a eu quasiment aucune embauche, et il y a beaucoup de licenciements dans le secteur. Il est donc extrêmement difficile de trouver des personnes expérimentées.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés