Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Investir dans un vélo, c'est aussi bon pour le portefeuille

Qu’il soit électrique ou non, le vélo a le vent en poupe! C’est même devenu l’alternative "tendance" à favoriser pour les déplacements domicile-travail. Selon les cas, cet investissement - qui est bien sûr aussi bon pour votre santé - pourrait même ne pas vous coûter un rond! Le point en 10 questions.
©Photo News

Il s’est vendu plus de 475.000 vélos en 2016, selon une enquête menée par Velofollies, le salon belge du vélo. Soit 25.000 de plus qu’en 2015. Et encore, ce nombre ne tient pas compte des vélos vendus en grandes surfaces. Parmi les vélos vendus en 2016, deux sur cinq (39,2%) sont des vélos électriques (alors qu’en 2015 c’était le cas d’un vélo sur trois). "Cela en fait la catégorie de vélos la plus vendue en Belgique", selon cette même enquête. Le vélo urbain traditionnel arrive en deuxième position (28%) mais voit sa part de marché poursuivre son érosion.

40%
Parmi les vélos vendus en 2016, deux sur cinq sont des vélos électriques.

La croissance du vélo électrique s’explique par un nombre de plus en plus important de travailleurs qui l’utilisent pour effectuer le trajet domicile-travail. Selon les chiffres avancés par Touring, un quart des travailleurs belges habitent d’ailleurs à 5 km ou moins de leur lieu de travail, "une distance qui peut être aisément parcourue à vélo". Un autre quart ne doit parcourir que 5 à 10 km, "un trajet qui peut être facilement réalisé en vélo électrique, même par les cyclistes non entraînés."Et surtout s’il y a quelques côtes à grimper!

Par ailleurs, en fonction du trajet à effectuer, c’est parfois le moyen le plus efficace pour arriver à l’heure au travail. En effet, le groupe de recherche "Energie et Automatisation" de l’Université de Louvain a comparé la vitesse effective de plusieurs modes de transport sur plusieurs trajets dans le centre-ville de Gand. Un vélo ordinaire a bouclé le parcours en 34 minutes alors que le même déplacement a nécessité 51 minutes en transports en commun.

Notez que cette durée de déplacement en deux roues aurait pu être rabotée de 5 à 10 minutes avec un vélo électrique…

Comment choisir un vélo électrique?

Voici quelques conseils: préférez d’office un cadre en alu afin de compenser la surcharge du moteur et de la batterie. "Si votre budget le permet, optez pour du carbone", selon Touring.

En matière de freins, les freins hydrauliques sont un must. Il existe une version à patins ou à disque. "Ce dernier système a pour avantage d’être plus rapidement efficace sous la pluie et n’entraîne pas l’usure de la jante par frottement."

Question moteur, plus le voltage est élevé, meilleures sont les performances! Il n’est bien sûr ici pas question de vitesse (étant donné que celle-ci est limitée électroniquement à 25 km/h) "mais bien de la capacité à emmener le vélo et le cycliste jusqu’au sommet d’une côte avec un minimum d’effort musculaire, le pédalage étant toujours exigé."

Privilégiez un vélo dont le moteur se situe dans le pédalier et non pas dans le moyeu de la roue. Cela vous assurera un meilleur équilibre et surtout plus d’efficacité. En outre, en cas de crevaison, les roues pourront être changées plus aisément.

Enfin, optez de préférence pour une batterie au lithium.

Combien ça coûte?

Pour Renaud De Bruyn, membre de l’ASBL Ecoconso et utilisateur quotidien du vélo électrique pour ses déplacements domicile-travail, le prix d’un bon vélo électrique tourne en moyenne autour des 2.000 euros pour un modèle dont le moteur se trouve dans le pédalier. "Le prix peut grimper jusqu’à 2.700 euros mais au-delà, on arrive dans du haut de gamme. Par contre, en dessous de 2.000 euros, on est en face de vélos qui bénéficient d’une belle promotion ou qui sont moins intéressants."

Pour les modèles dont le moteur se trouve dans le moyeu, la fourchette de prix se situe entre 800 et 1.500 euros maximum.

Quels sont les frais supplémentaires?

Il faut bien sûr tenir compte de l’entretien. "Mais ce n’est pas beaucoup plus cher que pour un vélo classique", selon l’expérience de Renaud De Bruyn. "Des éléments comme la chaîne ou les freins souffrent un peu plus vu qu’il faut compter sur la puissance du moteur en plus de celle de vos jambes mais personnellement j’ai déjà parcouru 3.800 km avec mon vélo sans avoir besoin de changer la chaîne alors qu’on recommande de le faire à partir de 3.000 km."

Ce cycliste vient également de remplacer ses freins. "Cela m’a coûté 25 euros, frais de main-d’œuvre compris. C’est donc très raisonnable en terme d’entretien."

En théorie, le moteur ne nécessite pas d’entretien. En même temps, comme le précise Renaud De Bruyn, on a encore très peu de recul sur la longévité des moteurs pédaliers. "Je ne sais pas si le mien va tenir 10.000, 20.000 ou même 25.000 km."

Par contre pour la batterie, il faut clairement s’attendre à la changer après quelques années d’utilisation (de 3 à 6 ans en fonction de sa qualité et de son utilisation). Pour augmenter sa durée de vie, s’il s’agit d’une batterie au lithium, Renaud De Bruyn recommande de la charger quand elle a atteint 40 ou 60% d’utilisation. Mais surtout, d’éviter à tout prix d’attendre qu’elle soit plate car c’est très mauvais pour sa durée de vie. "La mienne a 3 ans et plus de 3.000 km au compteur et je n’ai jusqu’à présent pas encore remarqué de différence d’autonomie."

Pour l’entretien, notez que certaines associations de cyclistes (voir question 10) mettent gratuitement à disposition des cyclistes leurs ateliers, leurs outils de réparation ou encore une liste de paramètres à vérifier pour rouler en toute sécurité.

Ces associations proposent même de faire marquer votre vélo gratuitement pour le protéger contre le vol. Ce marquage consiste à graver votre numéro national sur le cadre.

Enfin, n’oubliez pas d’investir dans un cadenas solide. Le meilleur choix, selon l’ASBL Ecoconso, c’est un cadenas en U de qualité. "En général, il est lourd et cher!"

Puis-je profiter d’une prime?

En Région bruxelloise, il est effectivement possible de bénéficier d’une prime vélo (à assistance électrique ou non), à condition de se passer d’une voiture. C’est la "prime Bruxell’air". Concrètement, si vous renoncez à votre plaque d’immatriculation et à votre voiture, vous pouvez bénéficier pendant un an d’un abonnement Cambio Start (l’un des nombreux systèmes de voitures partagées) et d’une prime vélo d’un montant de 505 euros maximum. En revanche, si vous faites carrément procéder à la destruction de votre voiture (à condition que celle-ci ait été immatriculée avant le 1er janvier 2000), vous pouvez bénéficier d’un abonnement Cambio Start d’un an renouvelable une fois et d’une double prime vélo.

Attention, l’abonnement Cambio Start offert dans le cadre de cette prime comprend les frais fixes exclusivement, c’est-à-dire les frais d’activation et d’abonnement mensuels.

Il n’a pas de prime à proprement parler en Région wallonne pour l’achat d’un vélo. "Cependant, quelques communes de Wallonie et du Brabant wallon proposent des primes qui peuvent être cumulables dans certains cas", selon l’ASBL Ecoconso qui répertorie sur son site les primes disponibles. La liste vient d’être mise à jour. Le montant octroyé varie entre 50 et 200 euros. La plupart des citoyens du Brabant wallon arrivent à obtenir ce maximum de 200 euros.

Comment payer moins cher?

Touring organise actuellement un achat groupé de vélos électriques. La livraison aura lieu à domicile (ou dans votre entreprise) au plus tard 3 semaines après la commande. "Le vélo sera livré par un spécialiste qui prendra le temps de vous donner des explications et de répondre à vos questions", explique Touring. L’offre comprend une garantie de 2 ans sur le moteur, de 7 ans sur le vélo et à vie sur le cadre. Touring ajoute que "si l’achat ne répond pas aux attentes, vous avez 14 jours après la livraison pour vous faire rembourser. Le vélo sera enlevé sans frais."

La plateforme de services dédiés à l’énergie, Wikipower.be, lancera elle aussi mi-mai un achat groupé de vélos électriques pour Bruxelles et la Wallonie. "Actuellement, nous en sommes encore au stade de la négociation sur le prix et la marque avec nos fournisseurs", répond Thomas Protin de Wikipower.

Ai-je droit à une indemnité de mon employeur?

Votre employeur peut effectivement vous récompenser pour chaque kilomètre parcouru dans le cadre de vos déplacements domicile-travail ou purement professionnels, mais il ne s’agit absolument pas d’une obligation (à moins qu’une convention collective de travail sectorielle n’en décide autrement). L’indemnité vélo s’élève à 22 cents par kilomètre parcouru effectivement (une déclaration sur l’honneur fait foi). Celle-ci est exonérée fiscalement et socialement.

"Faites le calcul", propose Touring. "Pour environ 200 jours par an d’allers-retours de 10 km, cela donne une indemnité vélo de 880 euros net." L’organisation ajoute que dans le cas d’une participation à son achat groupé, son vélo électrique premier prix ne coûterait plus que 319 euros à son acquéreur…

De son côté, Renaud De Bruyn d’Ecoconso a calculé que cette indemnité vélo lui permettait de gagner un peu plus de 200 euros par an, "ce qui couvre largement les frais d’entretien." Bien sûr, il devra un jour remplacer la batterie et compter entre 400 et 700 euros de frais. "Mais si on estime que je gagne effectivement 200 euros par an, en 6 ans, j’aurai gagné 1.200 euros. De quoi me permettre de couvrir largement le remplacement éventuel de la batterie."

Mon employeur peut-il carrément me sponsoriser?

Les employeurs peuvent effectivement mettre à disposition de leurs travailleurs des vélos de société (qui peuvent être cumulés avec l’indemnité vélo). "La mise à disposition d’un vélo par l’employeur génère un avantage de toute nature en principe imposable dans le chef du travailleur, du moins si celui-ci peut également l’utiliser à des fins privées, explique Securex. L’intérêt du vélo d’entreprise réside cependant précisément dans l’exonération totale pour le travailleur de l’avantage qui lui est ainsi accordé. Il est en effet expressément prévu que l’utilisation d’un vélo d’entreprise à des fins exclusivement privées est exonérée d’impôt à condition que le travailleur l’utilise également pour les déplacements entre son domicile et le lieu de travail."

Par ailleurs, cet avantage ne donne lieu au paiement de cotisations de sécurité sociale que pour l’usage à des fins purement privées (vu que les déplacements domicile-travail et professionnels sont exonérés).

Le montant de l’avantage en nature dépend du prix du vélo et du pourcentage de l’usage purement privé par rapport à l’utilisation totale. "Dans la pratique, les montants calculés sont très limités, précise Securex. Si le travailleur n’utilise, par exemple, son vélo que pour l’aller-retour entre la gare ou son domicile et le lieu de travail, aucun avantage en nature ne sera retenu au niveau social."

Pour motiver votre employeur à vous octroyer un vélo de société, n’hésitez pas à lui signaler que la plupart des investissements réalisés afin de favoriser l’usage des deux roues pour les déplacements domicile-lieu de travail sont fiscalement déductibles à 120% pour l’entreprise. Il s’agit par exemple de l’aménagement de parkings pour vélos et de sanitaires mais aussi des frais d’acquisition des vélos eux-mêmes et de leurs accessoires (casques, cadenas, vêtements de protection, etc.)

Existe-t-il une réduction d’impôt?

Malheureusement non. La réduction d’impôt prévue pour les véhicules électriques ne s’applique pas aux vélos électriques, selon le SPF Finances. "Vous ne pouvez donc pas reprendre dans votre déclaration les dépenses pour l’achat d’un vélo électriques." Cette réduction d’impôt est d’application pour les motocyclettes, les tricycles et les quadricycles électriques.

Est-il possible de louer/tester des vélos?

Ce 31 mars, le ministre wallon de la Mobilité, Carlo di Antonio, a lancé le projet "Je teste l’électrique". Il s’agit d’une action inédite de prêt gratuit de vélos à assistance électrique ouverte à tous les citoyens wallons dans le cadre du Plan Wallonie Cyclable 2.0.

Concrètement, 34 vélocistes partenaires mettent dès à présent à disposition des personnes intéressées un vélo électrique pour une durée d’un mois. La demande de prêt doit s’effectuer via l’un des 11 Espace de Wallonie ou via jetestlelectrique.be. Une fois inscrits, moyennant le respect de certaines conditions, les candidats seront mis en contact avec le vélociste de leur choix.

Grâce à ce test, le ministre souhaite sensibiliser les citoyens aux alternatives à la voiture. "Dans les 36 prochains mois, ce ne sont pas moins de 2.448 Wallons qui pourront (re) découvrir les avantages des déplacements doux, en parfaite autonomie et ce durant un mois complet!", a-t-il déclaré.

Qu’il s’agisse d’un vélo électrique ou non, il existe par ailleurs de nombreuses formules de location de vélo. Celle-ci peut-être occasionnelle ou annuelle. Pensez par exemple aux initiatives de grandes villes comme Namur ou Bruxelles qui ont mis en place des systèmes automatiques de vélos en libre-service comme Libiavelo ou Villo.

"Dans le même ordre d’idées, des points vélo Blue Bike sont présents dans les principales gares de Belgique", selon l’ASBL Ecoconso. "Le principe est simple: un vélo vous attend à la sortie du train pour les derniers kilomètres à parcourir jusqu’à votre destination finale."

Autre exemple: le Pack4Bike. Cette initiative de l’ASBL Pro Velo propose un pack mobilité à partir de 2,55 euros/jour. Il comprend un vélo électrique en test pendant 4 mois, un cadenas de qualité, une formation pour appendre à rouler à vélo en ville en toute sécurité, un entretien mécanique après un mois, une assistance dépannage 24h/24 et 7j/7 et enfin, une réduction de 10% sur tous les articles disponibles dans sa boutique.

Où trouver davantage d’informations?

En septembre prochain, le site de Tour & Taxis accueillera pour la toute première fois à Bruxelles, un salon entièrement dévoué aux vélos. Le Bike Brussels se déroulera du 15 au 19 septembre (durant la semaine de la mobilité)

©brussels bike

De nombreuses associations de cyclistes — que vous pouvez également consulter ou contacter tout au long de l’année — prendront part à l’événement. Il s’agit entre autres de Cyclo, GracqFietsersbond et Pro Vélo.

La prochaine édition de Velofollies, le plus grand salon cycliste du Benelux, se tiendra du 19 au 21 janvier 2018 au Kortrijk Xpo de Courtrai.

En conclusion, si vous n’êtes pas encore convaincu du bien-fondé de l’achat d’un vélo, cet argument supplémentaire devrait définitivement vous convaincre d’investir: selon des experts médicaux, 30 minutes de vélo par jour permettraient de diminuer les risques cardiovasculaires par deux, ainsi que les risques d’obésité et d’hypertension. Cela augmenterait même la productivité au travail… Un argument de plus pour convaincre votre boss de vous sponsoriser!

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés