Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Que gagnent nos ministres?

La mission controversée menée par six députés wallons en Californie a fait les choux gras de la presse ces derniers jours. Mais en dehors des "voyages politiques" parfois controversés, quelle rémunération reçoivent nos élus?
Publicité

(mon argent/l'écho) – Van Rompuy à l'instar de ses vice-Premiers Reynders, Milquet, Onkelinx, De Gucht et Vanackere ne gagne "que" un peu plus de 11.000 euros nets par mois. On comprend que l'actuel Premier ministre n'était pas pressé de quitter son perchoir de président de la Chambre pour succéder à Yves Leterme… Ces "salaires" de nos édiles ont été passés au crible par Jean Faniel, politologue au Crisp, le Centre de recherche et d'information socio-politiques.

Président de la Chambre, du Sénat et du Parlement Flamand

Petite devinette: quel responsable politique de notre petit Royaume a la rémunération la plus élevée? Vous pensez à Herman Van Rompuy, le Premier ministre? Raté! Les vainqueurs sont… Patrick Dewael, Armand De Decker et Marleen Vanderpoorten. Respectivement président de la Chambre, du Sénat et du Parlement flamand. Ces trois personnalités gagnent 15.931 euros nets par mois.

Président du Parlement de Bruxelles-Capitale, Parlement Com. Française et Région wallonne

Même les présidents des parlements régionaux ou communautaires gagnent davantage que le Premier ministre. José Happart, président du Parlement wallon, touche ainsi 12.459 euros. Le président du parlement de Bruxelles-Capitale touche, quant à lui, 13.327 euros net par mois.

Chefs de groupe

Un simple député (ou sénateur) gagne 5.515 euros nets par mois. Mais ce montant grimpe pour les élus qui occupent une fonction spéciale (vice-présidence, secrétariat, etc.). Pour le président d'une commission parlementaire, on arrive alors à un peu plus de 6.200 euros. Le "salaire" des chefs de groupe (autrement dit, le numéro un d'un parti au sein d'une assemblée) tutoie les 7.000 euros. Les questeurs du Parlement fédéral, compétents pour la gestion administrative, matérielle et financière, obtiennent 7.350 euros.

Cliquez ici pour consulter un tableau récapitulatif des rémunérations nettes

Frais non imposables

Globalement, ministres et parlementaires perçoivent une indemnité de base, imposable. En plus, ils se voient également allouer des indemnités forfaitaires pour frais exposés. Elles sont exemptes d'impôts et elles ne doivent pas être justifiées. Pour un parlementaire, ces frais équivalent à 28% de son indemnité de base. On parle ici, notamment, des frais de déplacement. Exemple: l'indemnité pour frais de logement d'un ministre de la Communauté française ou d'un ministre wallon est de quelque 500 euros par mois. Un ministre du gouvernement flamand devra se contenter de 248 euros d'indemnité mensuelle pour frais de logement. Les rémunérations des ministres fédéraux et wallons sont liées à l'index. Par contre, celles des ministres bruxellois, flamands et germanophones ne sont indexées que partiellement.

Scandale?

Sont-ils indécents et scandaleux, ces "salaires" de ministre ou de parlementaire? Tout dépend de la comparaison. En 2008, le salaire minimum interprofessionnel s'élevait à 1.070 euros nets par mois pour une personne vivant seule et sans enfant. Le seuil de pauvreté était de 822 euros par mois pour un adulte isolé, et le salaire médian était de 1.370 euros. On est en l'occurrence évidemment bien loin au-dessus…

Mais Jean Faniel nuance. "En moyenne, les dirigeants des plus grandes entreprises privées belges gagnaient, en 2007, plus de 60.000 euros mensuels nets, compte non tenu de certains bonus. Cela représente près de six fois le revenu du Premier ministre", souligne le politologue. "Les principaux dirigeants des entreprises publiques (Belgacom, La Poste, SNCB) percevaient à la même période entre 15.000 et 78.000 euros mensuels nets, soit bien plus que leur ministre de tutelle", ajoute-t-il.

Que gagnent nos top managers durant la crise?

Combien ont gagné les CEO des grandes entreprises belges cotées durant l'année de la plus grave crise financière de l'Histoire? Quelque 1,75 million d'euros en moyenne, selon les rapports annuels des entreprises de l'indice Bel 20 déjà parus. La suite

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés