Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Salarié: quels sont vos revenus si vous tombez malade?

Selon certaines conditions prévues par la loi, vous avez droit à des indemnités en cas d’incapacité de travail. Vous bénéficiez soit d’un salaire garanti, soit d’un revenu de remplacement.
©Filip Ysenbaert

Lorsque vous êtes malade ou victime d'un accident, votre employeur est en principe tenu de vous verser 100% de votre salaire au cours des 30 premiers jours d'incapacité de travail, si vous êtes salarié et employé à durée indéterminée. Si vous êtes malade plus longtemps, c'est la caisse d'assurance maladie-invalidité qui prend le relai. 

Dans ce cas, la première année de reconnaissance d'incapacité de travail est appelée « période d’incapacité primaire ». Si vous n’avez toujours pas la possibilité de retourner travailler après un an, votre incapacité de travail prend alors le nom d’invalidité.

Vous ne pouvez pas cumuler vos indemnités d’incapacité de travail avec d’autres revenus.
Elisabeth Degryse
Vice-présidente de la Mutualité Chrétienne

Les conditions pour être indemnisé

  • Vous devez percevoir un revenu professionnel;
  • Le médecin-conseil de votre mutuelle doit reconnaître votre incapacité de travail;
  • Vous avez accompli un stage d’attente de 12 mois;
  • Vous avez travaillé 180 jours pendant 12 mois. Certains jours sont assimilés à des jours prestés, comme les jours de chômage contrôlé, les jours de congés annuels ou les jours de repos compensatoire. Si vous travaillez à temps partiel, vous avez presté 800 heures pendant 12 mois

Comme le souligne Elisabeth Degryse, vice-présidente de la Mutualité Chrétienne, « De manière générale, vous ne pouvez pas cumuler vos indemnités d’incapacité de travail avec d’autres revenus tels que des allocations de chômage ou encore des revenus d’origine professionnelle. Par exemple, les personnes déjà bénéficiaire du CPAS ne rentrent pas dans les conditions demandées pour se voir octroyer des indemnités ».

Si la mutualité à laquelle vous êtes affilié se rend compte que vous avez cumulé un autre revenus avec vos indemnités, vous devrez rembourser l’entièreté de ces indemnités et vous pourriez aussi vous retrouver face à une sanction administrative importante.

À quel montant avez-vous droit?

« Les indemnités payées par la mutualité ne compensent pas totalement la perte de votre revenu professionnel et font l’objet d’un précompte professionnel d’environ 11% », poursuit Elisabeth Degryse.

Vous recevrez 60% de votre salaire brut pendant la première année d’incapacité de travail, avec un plafond de 147 euros brut par jour. Mais des montants minimum sont également prévus.

147 euros
Le montant maximal de vos indemnités journalières.

  • A partir du cinquième mois d’arrêt, un minimum de 49,68 euros par jour est appliqué à vos indemnités, mais ce minimum est limité à votre salaire journalier brut. Par exemple, si votre salaire journalier brut s'élève à 40 euros, votre indemnité s’élève donc à 60%, soit 24 euros. Le montant minimal s’élève à 49,68 euros. Mais il est limité à 40 euros (votre salaire journalier brut).
  • Dès le septième mois, vous aurez également droit à une indemnité minimale qui peut varier en fonction de votre situation familiale et de votre qualité de travailleur régulier ou non. Le montant varie entre 37,87 et 62,08 euros par jour. Sept mois après le début de votre arrêt de travail, vous pouvez également, sous certaines conditions, introduire une demande pour bénéficier d’un supplément social aux allocations familiales.

Le début du paiement des indemnités interviendra à partir du vous 1er jour suivant la période de salaire garanti.

Imposition

Les indemnités d’incapacité primaire et d’invalidité sont aussi imposables. La différence étant, qu’à partir de l’invalidité, le précompte professionnel n'est plus prélevé, cela a donc un impact important au niveau fiscal. Bien que la situation fiscale de chaque ménage soit différente, il est dès lors plus prudent de prévoir une enveloppe pour votre décompte fiscal annuel.

Par ailleurs, « il est important de rappeler qu’il existe un avantage fiscal pour les personnes en situation d’invalidité qui leur permet de bénéficier de réductions fiscales, à condition qu’elles soient reconnues comme telles au premier janvier de l’année de la déclaration d’impôts. L’avantage joue sur la majoration de la quantité exemptée d’impôts », souligne Elisabeth Degryse.

23,87
euros
Si vous avez besoin d'une personne tierce, vous pouvez bénéficier d'une allocation supplémentaire qui s'élève à 23,87 euros par jour.

Reconnaissance d’une aide

Si vous êtes déjà en incapacité de travail mais que votre état de santé nécessite l’aide d’une personne tierce, vous pouvez bénéficier d’une indemnité supplémentaire appelé « allocation forfaitaire pour l’aide d’une tierce personne » dont le montant s’élève à 23,87 euros par jour à partir du quatrième mois d’incapacité. Cette allocation n’est pas imposable. C’est votre médecin-conseil, qui évaluera en fonction de votre santé si vous êtes éligible pour cette aide.

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés