Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Prêt à limiter l'empreinte écologique de vos vacances?

Si vous êtes respectueux de la nature, voici quelques pistes pour limiter l'empreinte écologique de vos vacances. Petits gestes "verts" par-ci par-là... ou véritables principes à suivre à 100%, selon votre degré de motivation et d'engagement.

(mon argent/L'Internaute) 924 millions de touristes ont circulé à travers le monde l’an dernier. L’essor de « l’industrie touristique » n’est évidemment pas sans conséquences sur l’environnement : dégradation des paysages, utilisation intensive des ressources naturelles, sur-affluence, production de déchets, pollution (eau, bruit), déplacements (en avion, surtout)… Face aux préoccupations environnementales, les touristes sont de moins en moins nombreux à rester complètement insouciants.

Qu'êtes-vous prêt à faire pour limiter l'empreinte écologique de vos vacances?

Publicité

Bagages malins

Ne remplissez inutilement votre sac d’objets dont vous pouvez vous passer. Profitez-en par contre pour faire l’acquisition d’un certain nombre de choses très utiles: lampe dynamo ou radio ou divers gadgets fonctionnant à l’énergie solaire, gourde, vêtements en coton biologique (légers et non allergènes), lessive sans phosphates, savons naturels, insecticides et répulsifs naturels, crème solaire bio...

Transports

Evitez si possible l’avion (200g de CO2 pour 1.000 km contre 14 g pour le TGV), mais aussi les croisières (un bateau produit quotidiennement des émissions équivalentes à celles de 12.000 voitures et jusqu’à 120.000 litres d’eaux usées)
Si vous partez en voyage en voiture, vérifiez la pression des pneus, évitez de brancher l’air co en permanence (cela accroit nettement la consommation), n’hésitez pas à couper votre moteur dès que vous stationnez plus de dix secondes.
Une fois sur place, oubliez votre voiture et privilégiez si possible les transports en commun, le vélo ou la marche.

Privilégiez…

  • Le tourisme durable: les activités et aménagements touristiques qui respectent et préservent à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales.
  • Le tourisme solidaire: il concerne tous les pays en voie de développement. Il associe les populations locales au développement du tourisme, lui assurant de profiter directement de ses retombées.
  • L’éco-tourisme: voyager dans les zones naturelles conservées relativement intactes pour étudier, admirer et profiter d’un paysage en contribuant à sa protection.
Publicité
  • L’éco-volontariat: mission de protection de la nature, des animaux.

 

Logements

Vous pouvez désormais vous fier à toute une série de labels qui garantissent que le propriétaire de l’endroit où vous résidez respecte une série d’engagements en termes de protection de l’environnement.
De très nombreux hôtels proposent de ne changer les draps ou essuies qu’à la demande.
Des hôtels, gîtes et campings affichent un label « La clé verte » (gestion environnementale de l’hébergement) ou autre.
Songez aussi aux formules originales alternatives : les cabanes dans les arbres et autres yourtes.

Consommez local

Profitez de la nourriture « locale ». Approvisionnez-vous sur les marchés, des les fermes, chez les producteurs du coin. Vous découvrirez ainsi de nouvelles saveurs et des spécialités du terroir.

Profitez de la nature et préservez-la

  • Les parcs nationaux permettent de se balader et de s’aérer en profitant des richesses naturelles particulières selon les régions (faune, flore, paysage…)
  • N’hésitez pas à emprunter aussi les chemins de grande randonnée (GR) pour de petites balades de quelques kilomètres.
  • Ne jetez pas vos déchets n’importe comment. Pensez au tri sélectif (notamment au camping).Emportez toujours un sac en plastique quand vous partez en excursion pour ne pas abandonner vos détritus sur place.

Faites du sport… mais pas n’importe lequel

  • La randonnée est l’approche la plus écologique pour profiter de la nature. Veillez à ne pas perturber la faune et à ne pas abîmer la flore.
  • Le VTT, mais sur des sentiers balisés.
  • Les sports en eaux vives, la spéléo, l’escalade… toujours encadré par des professionnels qui connaissent parfaitement leur environnement, ses pièges et ses dangers.
  • Bannissez les engins à moteur : jet-ski, bateau à moteur, moto.
  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le golf n’est pas un sport qui respecte au mieux l’environnement. Les greens ne sont verts qu’au prix d’une énorme consommation d’eau.
  • Vérifiez la qualité des eaux de baignade désormais régies par une réglementation européenne. Le label « pavillon bleu » est un gage de qualité.
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.