Réduisez l'empreinte carbone de vos voyages

©© BEW Authors

Voyager autrement fait partie de vos bonnes résolutions pour cette nouvelle année? Voici des outils et des conseils pour vous aider dans cette démarche.

Les vacances de fin d’année se terminent ce week-end. Sans doute pensez-vous déjà à vos prochains weekends prolongés. Notamment ceux où vous avez pris l’habitude de faire un city-trip de trois ou quatre jours en Europe pour vous évader de votre train-train quotidien!

Sauf que, si vous voulez être en phase avec vos convictions écologiques, prendre l’avion, c’est tout sauf un bon plan pour la planète! Et selon les cas, c’est même un mauvais plan pour votre budget, voire même pour la durée effective de vos trajets.

En effet, alors que l’avion est souvent considéré comme le moyen de transport le plus rapide, le train peut s’avérer parfois bien plus compétitif qu’il n’y paraît, selon GoEuro.fr, une plateforme de recherche multi-modale qui permet de trouver les meilleures options pour voyager en train, bus ou avion vers des milliers de destinations en Europe, dans une optique d’économies de temps et d’argent.

"La plupart du temps, nous pensons que les vols sont plus rapides et certainement moins chers que les autres moyens de transport", explique GoEuro. "Nous avons voulu vérifier si cela était vrai et avons analysé les principaux trajets en France ainsi qu’en Europe. Pour ce faire, nous avons comparé le temps de trajet des principales routes européennes en avion (en comptant en plus le trajet de la ville à l’aéroport) avec les trajets en train. Nous avons poussé l’étude jusqu’à trouver les ressources énergétiques économisées par trajet en kg de CO2 et litres de kérosène." Résultat? "Nous avons constaté que 35 itinéraires sont plus rapides en train qu’en avion et certainement plus écologiques que les vols!"

Par exemple, le trajet qui permet d’économiser le plus en Europe est Marseille-Lyon. La durée du trajet n’est que de 1h27! Ce déplacement correspond à 121 kg de CO2 en moins et à 44 litres de kérosène économisés.

"En tenant compte du trajet de la ville à l’aéroport ainsi que des dispositifs de sécurité à passer, les trajets en train peuvent durer jusqu’a 3h30 de moins qu’un vol."
Julie Bertin porte-parole de GoEuro.fr

"Vous ne dépenserez que l’équivalent de 2% de la consommation d’énergie d’un avion plein pour le même trajet", précise GoEuro. "En plus d’être souvent meilleurs pour la planète, les trajets en train vous permettent d’arriver directement à la gare en centre-ville et d’éviter de perdre du temps dans les dispositifs de sécurité à l’aéroport."

Autre exemple, le trajet entre Paris et Londres est celui qui vous fera économiser le plus de temps, avec presque 3 heures gagnées! "Depuis Paris, vous pouvez également vous rendre à Lyon en train. Vous économisez ainsi 1 heure et 30 minutes par rapport à un vol."

Quid des prix?

C’est certain, le moyen de transport au plus faible impact CO2, c’est le train. "Celui-ci a parfois la réputation d’être cher mais il y a heureusement des bons plans", selon Ecoconso, une asbl qui encourage des choix de consommation et des comportements respectueux de l’environnement et de la santé.

"Les tarifs de l’Eurostar, des TGV ou du Thalys sont souvent plus avantageux quand ils sont achetés au moins 3 mois à l’avance. Les trains français ont aussi leurs offres low-cost avec Ouigo (TGV) et Izy (liaison Bruxelles-Paris pas à grande vitesse). Par ailleurs, grâce à l’offre InterRail, on voyage en train à volonté dans plusieurs pays, sur une période de 15 jours ou un mois. Enfin, le train de nuit est moins coûteux et a son charme."

Par exemple, si vous souhaitez vous rende à Paris le samedi 22 juin par exemple, vous pourrez réserver vos places en Thalys à partir de 22 février. Celles-ci seront au prix de 29 euros par trajet et par personne (pour des départs tant le matin, l'après-midi qu'en soirée). Mais attention, si vous devez réserver un retour le dimanche 23 juin ou le lundi 24 juin, vous devrez attendre le 23 février ou le 24 février pour faire une réservation aller-retour. Ceci dit, si vous avez peur de louper les meilleurs tarifs, libre à vous de faire des réservations pour un aller simple, d'abord depuis Bruxelles, puis depuis Paris un ou deux jours plus tard. 

Bus et covoiturage

Au-delà de Goeuro, n’hésitez pas à surfer aussi sur la plateforme Vivanoda.fr pour organiser vos prochaines vacances. Il s’agit d’un comparateur de modes de transport entre deux villes qui prend en compte tous les modes de transports disponibles, dont le train mais aussi le bus et le covoiturage (qui est une option intéressante pour Ecoconso, surtout si l’on voyage seul).

En effet, "cette plateforme permet simplement à toute personne planifiant un déplacement de comparer et combiner en une seule recherche plusieurs modes de transport entre deux villes, que ce soit au départ d’une grande métropole régionale ou d’une ville de taille moyenne", selon Nicolas Pellier, son fondateur.

De son côté, Econconso recommande également la plateforme de comparaison Tictactrip.eu ainsi que celles spécialement consacrées au covoiturage: Eurostop.be, Karzoo.be et Blablacar.be.

Compensation carbone

Vous désirez (ou vous devez) voyager plus loin mais vous souhaitez quand même réduire la pollution liée à ce mode de transport? Si oui, "alors évitez de faire des vacances en avion chaque année", conseille Jonas Moerman d’Ecoconso. "Voyez ce type de voyage plutôt comme un luxe que vous vous offrez de temps en temps. Et dans ce cas, prolongez votre séjour pour en profiter pleinement. Il faut vraiment éviter les allers-retours en avion juste pour un petit week-end."

Et si vous prenez quand même l’avion, compensez vos émissions de CO2, "même si ce n’est pas la panacée." En effet, comme l’a rappelé maintes fois Jean-Pascal van Ypersele, climatologue à l’UCL, "prendre l’avion, c’est annuler en une fois les efforts de toute une année pour limiter les émissions de gaz à effet de serre."

Par exemple, un vol aller/retour Bruxelles-New York a le même effet sur l'environnement que si chaque passager émettait 2.942 kg de CO2.

Pour compenser ce carbone, rendez-vous sur des sites comme Greentripper.org ou Goodplanet.org. Ceux-ci calculent votre compensation (dans notre exemple environ 68 euros) et récoltent la somme en question, qui servira ensuite à financer des projets destinés à la réduction des émissions de carbone à la source, le plus souvent dans les pays en voie de développement.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect