Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Tout ce qu'il faut savoir pour voyager malgré le coronavirus

Zones déconseillées, Passenger Locator Form, reconfinement, quarantaine, réservations, assurances... Mon Argent fait le point en continu.
©Photo News

Depuis le 25 septembre 2020, la Belgique n'interdit désormais plus de se rendre dans les zones rouges, mais le déconseille fortement (ce qui n'est pas sans conséquence sur l'assurance assistance). Elle respecte également dorénavant des accords européens sur des pays sûrs situés en dehors de l'Europe.

Pour rappel, jusqu'au 24 septembre 2020, les voyages non essentiels en dehors de l'Union européenne, du Royaume-Uni, de la Suisse, du Liechtenstein, de l'Islande et de la Norvège étaient interdits.

Dix pays figurent sur cette liste européenne, mais les autorités belges considèrent uniquement la Corée du Sud et le Rwanda comme zones oranges. Le reste est labellisé zone rouge et donc strictement déconseillé, ou interdit parce que le pays n'accueille pas de Belges.

En cas de voyage vers le Rwanda ou la Corée du Sud depuis la Belgique, les voyageurs doivent se soumettre à un test et/ou respecter une quarantaine à leur arrivée, ce qui n'est pas obligatoire au retour en Belgique.

1. Où puis-je voyager?

Chaque mercredi, en fin d'après-midi, les Affaires étrangères mettent à jour la liste des pays où les citoyens belges sont autorisés à se rendre pour des voyages non essentiels, et dans quelles conditions ils peuvent le faire.

UPDATE (21 octobre 2020): il ne reste plus qu'une destination en zone verte pour les touristes belges: l'île de La Palma dans les Canaries.

Par ailleurs, la France passe entièrement au rouge -à l'exception de l'île de la Réunion- ce qui signifie que les voyages y sont strictement déconseillés. Il en va de même pour la Hongrie, la Pologne, le Liechtenstein et le Danemark.

La situation en Italie se dégrade également sensiblement: comme de plus en plus d'infections au coronavirus sont notées, de plus en plus de régions italiennes deviennent rouges, notamment la Lombardie, Venise, la Toscane, le Latium, les Abruzzes, le Piémont, la Sardaigne, l'Émilie-Romagne … À l'approche des vacances d'automne, les choses ne s'annoncent pas bien pour les Belges qui ont des projets de voyage.

Lire aussi | Coronavirus: Tout savoir sur les vacances de la Toussaint

Les régions européennes ouvertes aux Belges

Attention, la Belgique est considérée comme une zone rouge pour l'Allemagne depuis le 1er octobre 2020. Les Belges n'y sont donc actuellement plus les bienvenus, à moins d'avoir une raison essentielle de s'y rendre.

Les Belges ne sont plus les bienvenus en Allemagne.

Il y a néanmoins une exception pour les personnes devant effectuer des visites essentielles ainsi que pour les habitants des 9 communes germanophones. Ces derniers ont le droit de se rendre en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Rhénanie-Palatinat sans donner de raisons, et ce, pour 24 heures.

Si vous souhaitez quand même vous rendre en Allemagne, vous devez présenter un test COVID PCR négatif moins de 48 heures avant votre arrivée (voir question 3) ou vous mettre en quarantaine à l'arrivée, faire un test PCR COVID19, et attendre le résultat.

2. Faut-il jeter un œil à la carte des États membres de l'UE?

Depuis le jeudi 15 octobre, tous les voyageurs européens peuvent désormais également prendre connaissance de la "carte Covid" élaborée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et qui reprend les différentes mesures imposées aux voyageurs dans chaque États membres. Celle-ci sera mise à jour chaque jeudi.

©ECDC

Cependant, la carte élaborée par le SPF Affaires étrangères reste totalement "valable et valide", selon Marie Cherchari, sa porte-parole.

3. Où me faire tester avant de voyager?

46,81€
Prix d'un test
Les tests destinés aux voyageurs ne sont pas remboursés par l'assurance maladie obligatoire et peuvent être facturés 46,81 euros.

À l’heure d’écrire ces lignes – le 19 octobre 2020 – la plupart des centres de dépistage sont débordés. D'après le SPF Santé publique, dans le cas des tests destinés à présenter un résultat "négatif" pour voyager, il vaut mieux contacter votre médecin traitant ou un laboratoire. "Ces tests ne sont pas remboursés par l’assurance maladie obligatoire et peuvent être facturés au voyageur au tarif de 46,81 euros."

Notez que si vous devez prendre l'avion, le test peut aussi être effectué à Brussels Airport (voir question 14).

4. Y'a-t-il eu des adaptations chez les voyagistes depuis qu'il est à nouveau possible de se rendre en zones rouges?

TUI, le principal tour-opérateur de Belgique, a indiqué - le 23 septembre 2020 - qu'il ne proposera pas de voyages dans les zones rouges dans les prochaines semaines, selon son porte-parole Piet Demeyere. Et ce, même si le gouvernement n'y interdit plus les déplacements depuis le 25 septembre.

UPDATE (19 octobre 2020): TUI confirme qu'il n'est toujours pas prévu de proposer de voyages en zones rouges.

En outre, la compagnie aérienne TUI fly suspend ses vols du 9 novembre au 17 décembre depuis les aéroports de Liège, Anvers et Ostende. Les passagers qui ont réservé un vol ou un voyage durant cette période depuis un des trois aéroports concernés pourront voler depuis Bruxelles et Charleroi à la date prévue. Ils seront contactés par TUI. TUI fly reprendra des vols à partir des vacances de Noël depuis les trois aéroports.

TUI fly suspend ses vols du 9 novembre au 17 décembre depuis les aéroports de Liège, Anvers et Ostende. ©Hauke-Christian Dittrich/dpa

Par ailleurs, les voyageurs belges qui réservent dès à présent un séjour dont le départ est prévu entre le 15 décembre 2020 et le 15 mai 2021 seront remboursés par Sunweb Group si, dans les deux semaines précédant le départ, leur destination de vacances fait l'objet d'un avis de voyage négatif en raison de la pandémie de coronavirus, selon un communiqué du tour-opérateur.

La garantie de remboursement est valable pour toutes les nouvelles réservations vers les destinations ski ou soleil. Les voyageurs concernés recevront le remboursement dans les quatorze jours ou pourront modifier leur réservation sans frais. "Cette garantie est également valable pour les réservations en last minute, c'est-à-dire, six semaines avant le départ, si, au moment de la réservation, la destination choisie n'a pas encore fait l'objet d'un avis de voyage négatif", précise le voyagiste, le premier à proposer ce type de garantie.

De son côté, Thalys a indiqué que son offre "Thalys Neige" sera concentrée à la haute saison, à savoir les vacances scolaires. Les billets sont en vente depuis le 1er octobre, pour des voyages compris entre le 19 décembre 2020 et le 17 avril 2021.

Le Thalys Neige circulera entre le 19 décembre 2020 et le 17 avril 2021. ©BELGA

"Si la situation sanitaire au moment de votre voyage devait amener les autorités à interdire (purement et simplement) les voyages vers le département de la Savoie (situé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes), vos billets de train pourront alors être remboursés sans frais, si la demande est effectuée au plus tard 30 jours calendrier après la date du voyage initialement prévu", selon Thalys.

5. Existe-t-il à nouveau une offre de vacances en dehors de l'espace Schengen?

Oui, c'est notamment le cas chez Neckermann et Club Med qui proposent, entre autres, des séjours au Maroc, en Turquie, au Mexique, en République Dominicaine, en Egypte et en Thaïlande.

Mais attention, "les voyageurs doivent être conscients du fait que de nouvelles flambées de Covid-19 à l’étranger peuvent avoir d’importantes répercussions sur leur voyage et qu’un rapatriement ne peut être garanti si des vols commerciaux sont annulés ou des frontières fermées", selon un avertissement du SPF Affaires étrangères (voir également la question 6).

6. Que faire en cas reconfinement dans le pays de destination?

"Il est important pour les voyageurs de se préparer à un éventuel confinement", selon Arnaud Gaspart, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, qui précise: "Les voyageurs ne pourront pas, cette fois-ci, compter sur l'État belge pour organiser à nouveau des rapatriements." Il vaut donc mieux privilégier les vacances en voiture (voir question 7).

©AFP

Si vous restez bloqué à l'étranger plus longtemps que prévu, difficile de retrouver le chemin du travail au moment prévu. Plusieurs options s'offrent à vous: prendre des jours de congé supplémentaires; prendre un congé pour raison impérieuse, mais vous ne serez alors pas payé; ou bien votre employeur accepte de vous mettre au chômage temporaire.

7. Faut-il privilégier les déplacements en voiture?

Pour éviter de rester bloqué à l'étranger, Philippe Goffin, l'ex-ministre des Affaires étrangères et de la Défense, avait conseillé - cet été - aux Belges de garder une autonomie de rapatriement en privilégiant si possible des vacances de proximité. Selon lui, on a moins d’autonomie en avion qu’en voiture…

Vu la seconde vague qui déferle actuellement sur l'Europe, ce conseil reste bien entendu d'application actuellement.

Si vous n'avez pas de voiture ou si celle-ci n'est pas assez grande, il est bien entendu possible d'en louer une. Mais gare aux conditions générales pour les passages transfrontaliers.

8. Quelles autres précautions prendre avant de réserver une futur voyage?

Pour parer à toute éventualité, sélectionnez une réservation qui offre des conditions d’annulation flexibles. Par exemple, via Booking, de nombreuses réservations incluent l’annulation gratuite jusqu’à une semaine avant le départ et sans prépaiement.

D’autres plateformes, comme Airbnb, ont ajouté un filtre pour faciliter vos recherches et vous permettre de réserver des logements qui proposent ces conditions d’annulation.

Notez que les personnes qui réservent un billet chez Brussels Airlines pourront effectuer plusieurs fois des changements de réservation sans frais jusqu'à la fin de l'année. Cette possibilité est également valable pour les autres compagnies du groupe Lufthansa (Swiss, Austrian Airline).

Autre exemple, si vous avez effectué une réservation via TUI et que vous préférez ne pas partir en ce moment, alors dans ce cas, vous pouvez profiter d'une garantie d’échange assouplie jusqu’au 31 mars 2021 inclus et modifier votre réservation sans frais. 

En outre, pour permettre à sa clientèle "de voyager en toute sécurité, l’esprit tranquille", TUI a ajouté, sans frais, le service "Covid Care" pour les vacances jusqu’au 31 mars 2021 (voir aussi question 12). Celui-ci garantit l’assistance et une intervention financière dans différentes situations: remboursement d’un test pour les personnes présentant des symptômes; assistance médicale pour le vacancier en cas de contamination pendant le séjour; remboursement des frais pour tous les compagnons de voyage pour un séjour prolongé et nouveau vol de retour si le voyageur est mis en quarantaine pendant ses vacances; couverture des frais liés au rapatriement médical nécessaire en cas de test positif.

9. Je ne souhaite plus partir. Quels sont mes droits?

À partir du moment où les frontières sont ouvertes et que les voyages peuvent avoir lieu, votre réservation est maintenue. "Si vous décidez de ne pas partir, vous ne pourrez pas exiger un remboursement de la part d'une compagnie aérienne ou d'un tour-opérateur", explique Julie Frère, la porte-parole de Test-Achats. "Il vous est évidemment loisible de les contacter pour tenter de trouver une solution constructive", conseille-t-elle.

Si vous décidez de ne pas partir, vous ne pourrez pas exiger un remboursement de la part d'une compagnie aérienne ou d'un tour-opérateur.
Julie Frère
porte-parole de Test-Achats

Nuançons: "Si vous avez réservé via un tour-opérateur et que des éléments principaux du contrat ne peuvent pas être exécutés (par exemple vous avez réservé un hôtel avec piscine, mais celle-ci n’est pas utilisable ou si certaines activités au centre de la réservation ne peuvent plus avoir lieu), à ce moment-là, si vous êtes prévenu des modifications avant, vous avez alors le droit de demander une réduction de prix ou de résilier votre voyage sans frais ou de demander un voyage alternatif pour un budget similaire. Autrement dit, si vous avez peur d’effectuer le voyage prévu, mais que sur place, tout est mis en place pour que le voyage se déroule de la manière prévue initialement, alors vous ne pourrez pas faire grand-chose pour annuler votre voyage."

10. Mon assurance annulation peut-elle intervenir?

Annuler son voyage en raison de l'épidémie de coronavirus ne relève pas d'une assurance annulation standard, affirme Assuralia, l'union professionnelle des entreprises d'assurances. Par exemple, "les épidémies et pandémies ainsi que les mesures de confinement (lockdown) d’un pays ou de régions qui en résultent ou les décisions prises par les pouvoirs locaux d’interdire l’accès à leur territoire ne font pas partie des aléas couverts par notre assurance annulation", selon les explications d’Europ Assistance.

Si une personne contracte le virus avant le départ, elle tombe bien sous la couverture standard, comme pour d’autres maladies. Attention, certains assureurs proposent une couverture plus large.

Notez que TUI avait déjà lancé en mars une annulation All Risk, qui rembourse la totalité des frais d’annulation si un voyageur est contaminé avant son départ en vacances, selon les précisions de sa porte-parole, Sarah Saucin. "De plus, All Risk rembourse 75% des frais d’annulation si un client a des doutes et qu’il préfère ne plus voyager." (voir aussi question 9).

11. Quid pour les assurances liées aux cartes bancaires?

De nombreuses cartes de crédit haut de gamme prévoient une garantie annulation.

Mais leur couverture n’est pas forcément plus large que les assurances annulation standard. Ici aussi, il y a donc peu de chance qu’une annulation pour cause de coronavirus soit prise en charge.

D’ailleurs, ces assurances voyages (assistance ou annulation) sont fortement déconseillées par Patrick Cauwert, le CEO de Feprabel (la Fédération des courtiers en assurances et des intermédiaires financiers). "Les garanties et les couvertures sont limitées. Les clients connaissent mal leur contrat, ils ne savent pas à qui s’adresser en cas de sinistre. C’est généralement dans ce genre de dossier que nous avons le plus de discussions lorsqu’il faut gérer un sinistre."

12. Et mon assurance assistance?

Les assurances assistance voyage couvrent, quant à elles, les frais médicaux, comme une visite chez le médecin ou une hospitalisation pendant le voyage, pour le coronavirus comme pour les autres maladies ou accidents, précise Assuralia. Certains assureurs couvrent, en plus, un séjour prolongé à l'étranger ou les frais de rapatriement dans leurs offres standard.

Par ailleurs, Mutas, la centrale d'alarme intermutualiste d'assistance voyage, ainsi que Mediphone Assist (Les Mutualités Libres), couvrent à nouveau les assurés qui partent en zone rouge depuis le 25 septembre 2020.

De son côté, Club Med s’est associé à Europ Assistance et offre une garantie d’assistance médicale (limitée au Covid-19) inclue dans le forfait pour les départs jusqu’au 30 avril 2021. Elle offre une couverture pour l’ensemble des frais de santé à l’étranger (y compris le rapatriement).

En cas d’hospitalisation, en plus des frais de santé, elle prend en charge les frais d’hébergement des accompagnants. En cas de confinement, les frais de prolongation sont pris en charge et, si vous manquez le vol de retour, un nouveau vol sera organisé.

13. Mon assurance hospitalisation interviendra-t-elle?

Les personnes hospitalisées peuvent aussi faire appel à l'assurance hospitalisation.

Certains assureurs limitent leur intervention à la Belgique, mais d'autres couvrent les cas en Europe ou ailleurs. Si le contrat prévoit une couverture à l'étranger, l'assureur interviendra pour le coronavirus même si la personne s'est rendue dans une zone que les Affaires étrangères identifient comme risquée, précise l'union professionnelle.

14. Puis-je me faire tester à l'aéroport?

Brussels Airport dispose de son propre centre de dépistage dédié au Covid-19 à la sortie du hall des départs. Les voyageurs en partance peuvent se faire tester sur place à leur compte toutefois. Au préalable, enregistrez-vous en ligne (afin d'obtenir votre code QR à présenter sur place).

La réception du résultat de ce test rapide dépendra de l'heure à laquelle le test a été effectué. "Si un test est effectué entre 3h30 et 6h du matin, le résultat sera disponible quelques heures plus tard, entre 10h et 11h", selon les explications de Brussels Airport.

"Si le test est effectué entre 6h et 16h, vous patienterez 4 à 6 heures maximum pour obtenir votre résultat. Si le test est effectué entre 16 heures et minuit, vous recevrez le résultat entre 10 heures et 11 heures, le lendemain."

Comment fonctionne le centre de dépistage de Brussels Airport?

Côté tarif, il faut compter 67 euros pour un test PCR standard avec un résultat dans les 24 heures ou 135 euros pour un test PCR rapide, dont le résultat sera disponible quelques heures plus tard (voir ci-dessus).

Vous pouvez attendre vos résultats à l'aéroport. Mais en cas de résultat positif, "si votre test est positif, nous vous demanderons de quitter immédiatement le site de l'aéroport, de respecter la quarantaine et de contacter votre médecin", prévient Brussels Airport. "La compagnie aérienne ne vous autorisera de toute façon pas à prendre l'avion (voir question 15).

Si par contre vous revenez d'une zone rouge, une quarantaine et un dépistage sont obligatoires. ©Photo News

15. Puis-je être refoulé à l'aéroport?

Depuis le 15 juin, Brussels Airport effectue des contrôles de température systématiques sur tous les passagers, à l'aide de caméras thermiques. "Ce contrôle se rajoute à toutes les mesures sanitaires déjà prises pour permettre aux passagers de voyager en toute sérénité", a déclaré Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport Company. Par exemple, dès leur entrée dans l'aéroport, tous les passagers sont tenus de porter un masque qui couvre le nez et la bouche, à l'exception des enfants de moins de six ans.

Cette couverture bucco-nasale est aussi obligatoire à bord de l'avion.

Concrètement, les caméras sont placées sur le curb, soit la zone devant le hall des départs, pour contrôler tous les passagers avant leur entrée dans le terminal.

Toutes les personnes dont la température excéderait 38°C peuvent se voir refuser l'accès au terminal. Le même système est installé pour les passagers à l'arrivée.

Les personnes qui ne voyagent pas elles-mêmes ou qui ne travaillent pas dans l'aéroport ne sont pas autorisées à accéder au terminal.

16. Quelles démarches entreprendre au retour d'une zone orange ou rouge?

Si vous revenez d'une zone orange, une quarantaine et un dépistage sont vivement recommandés.

Si par contre vous revenez d'une zone rouge, une quarantaine et un dépistage sont obligatoires.

Le Test Center de Brussels Airport. ©Photo News

Notez que les passagers revenant d'une zone rouge peuvent désormais se faire tester à leur arrivée à Brussels Airport pour un résultat connu endéans les 24 heures (voir question 14). Ce dépistage sera remboursée par l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami) (ce qui n'est pas le cas pour le dépistage effectué avant un voyage).

Depuis le 1er octobre: le voyageur revenant d'une zone rouge doit désormais se mettre en quarantaine dès le premier jour de son retour - durant sept jours - et faire un test au jour 5. S'il est négatif, le voyageur ne doit plus être en quarantaine. S'il est positif, la quarantaine se poursuit pour sept jours.

Ces consignes ne concernent pas les personnes qui passent moins de 48h dans une "zone rouge", comme c'est le cas des transfrontaliers par exemple.

Notez que le transit est possible, également dans des zones rouges: "le voyageur n’est soumis à aucune condition ou mesure à l’arrivée en Belgique, quel que soit le moyen de transport utilisé", selon le SPF Affaires étrangères.

17. Puis-je me soustraire à la quarantaine?

Les voyageurs peuvent se soustraire à cette obligation de quarantaine s'ils remplissent un document d'auto-évaluation qui, après analyse, les autorise à le faire.

Ce questionnaire d'auto-évaluation, auquel il est demandé de répondre «honnêtement», est intégré au Passenger Locator Form depuis le 1er octobre (voir question 18), il ne faudra donc pas le chercher.

18. Retour en Belgique: où trouver le Passenger Locator Form?

Toute personne voyageant à l'étranger plus de 48 heures, et cela indépendamment du moyen de locomotion utilisé, doit obligatoirement remplir en ligne le "Passenger Locator Form.

"Vous pouvez le remplir deux jours avant le départ, ou quelques heures avant de partir, mais pas trois ou quatre jours à l'avance", précise Gino Claes, le porte-parole du centre de crise. L'obligation s'applique également aux étrangers qui viennent en Belgique pendant au moins 48 heures.

Une fois le formulaire rempli, vous recevrez un QR code par courriel. "C'est la preuve que vous avez bien rempli le formulaire. Les voyageurs qui reviennent en avion doivent montrer ce QR code lors de l'embarquement. Si vous ne le faites pas, vous ne pourrez pas embarquer", prévient le centre de crise.

Toute personne venant d'une zone rouge recevra un SMS pour lui demander de se placer en quarantaine et de contacter un médecin, qui lui indiquera où se faire tester. Un coupon permettant de réaliser le test sera envoyé dans un second message.

Attention, des contrôles aléatoires sont prévus, de même pour les véhicules de particuliers revenant au pays.

Ce formulaire ne doit pas être complété si vous utilisez un autre moyen de transport que l'avion ou le bateau et si vous séjournez moins de 48 heures en Belgique, ou si vous revenez en Belgique en utilisant un autre moyen de transport après avoir séjourné moins de 48 heures à l’étranger.

Notez que l'Europe prévoit la mise en oeuvre d'un formulaire européen unique à remplir par les voyageurs.

19. Où trouver des réponses à mes autres questions?

Si vous vous posez encore des questions au sujet d'une réservation, d'un vol ou d'un futur voyage, consultez la "FAQ Coronavirus" du Centre Européen des Consommateurs.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés