shareholder

Bekaert continue à améliorer sa performance

©Bekaert

REBIT de 8,6%, en hausse de 40% jusqu’à € 157 millions grâce à la forte croissance des volumes et à l’amélioration de la performance

Faits marquants1

Bekaert a réalisé une forte hausse des volumes et des marges au premier semestre 2016. Le Groupe a enregistré une croissance des volumes de 6%2 grâce à la forte demande émanant des marchés de l’automobile et de l’énergie solaire ainsi qu’à l’augmentation constante des volumes sur les marchés du fil d’acier industriel et de la construction. La croissance robuste des volumes a été plus qu’annihilée au niveau du chiffre d’affaires par des effets de change défavorables (-3%), la baisse des prix du fil machine (-4%) transmise à nos clients et par l’érosion des prix et les effets mix (-3%). Le ralentissement survenu sur les marchés pétrolier et gazier a eu une incidence sur le mix produit en raison de la baisse de la demande de produits profilés et de câbles d’acier.

Le renforcement du portefeuille d’activités global de Bekaert et l’incidence croissante des divers programmes de transformation globaux ont engendré une amélioration nette du bénéfice. Le résultat opérationnel récurrent (REBIT) a augmenté de 40% pour atteindre € 157 millions avec une marge REBIT sur chiffre d’affaires de 8,6%, par rapport à 5,9% au premier semestre 2015.

Bekaert a réalisé d’excellents résultats en EMEA (marge REBIT de 13,6%), une très forte croissance des marges en Asie Pacifique (12,2%, plus du double par rapport au premier semestre 2015) et en Amérique latine (marge REBIT de 9,3%, en hausse de 70%) et a amélioré ses marges en Amérique du Nord (4,8%, en hausse de 30%).

  • Chiffre d’affaires consolidé de € 1,8 milliard (-4%) et chiffre d’affaires global de € 2,1 milliards (-8%)
  • Effet devises: € -63 millions (-3%) sur chiffre d’affaires consolidé et € -141 millions (-6%) sur chiffre d’affaires global
  • Marge brute de € 347 millions (marge de 19%) contre € 304 millions (marge de 16%)
  • REBIT de € 157 millions (marge de 8,6%) contre € 112 millions (marge de 5,9%)
  • Eléments non récurrents: € -13,7 millions contre € -2,5 millions
  • EBIT de € 144 millions (marge de 7,9%) contre € 110 millions (marge de 5,8%)
  • REBITDA de € 259 millions (marge de 14,3%) contre € 219 millions (marge de 11,5%)
  • EBITDA de € 242 millions (marge de 13,3%) contre € 217 millions (marge de 11,4%)
  • Endettement net de € 1 151 millions, dont € 298 millions attribuables à la fusion avec Bridon. L’endettement net sur EBITDA était de 2,4, inchangé par rapport à la même période l’année dernière et en hausse par rapport à 1,9 fin 2015. Hors impact de Bridon, l’endettement net sur EBITDA était de 1,8, en légère baisse par rapport à fin 2015.

Perspectives

Les actions de Bekaert visant à créer de la valeur se révèlent efficaces engendrant une forte croissance du profit et une forte génération du cashflow. Nous prévoyons une demande soutenue de la part du marché de l’automobile, du marché solaire et du marché de la construction dans la seconde moitié de l’année.

En revanche, nous ressentons un effet croissant de la faible activité des marchés pétrolier et gazier globaux, à la fois dans les plateformes de fils d’acier spécialisés de Bekaert que dans la consolidation des activités câbles de Bridon qui résultera dans une baisse de la performance de Bekaert dans la seconde moitié de l’année. La faiblesse persistante de l’environnement économique en Amérique latine nous préoccupe. Nous prévoyons également un certain ralentissement en Europe, en raison des incertitudes grandissantes et d’un manque de confiance suite au choix de la Grande-Bretagne de quitter l’Union européenne, et les effets saisonniers habituels dans la seconde moitié de l’année.

Malgré cette mise en garde pour le second semestre, nous restons confiants dans notre capacité à surperformer à nouveau le contexte de marché dans les mois à venir et nous croyons pouvoir terminer l’année en avance sur notre objectif de 7% de REBIT, atteignant un REBIT de 7% à 8% pour l’ensemble de l’exercice 2016.

Lire le communiqué de presse ici.

 

1 Toutes les comparaisons ont été effectuées par rapport aux chiffres du premier semestre 2015.
2 Croissance des volumes de 4% en incluant l’impact de -2% suite à la fermeture temporaire des installations au Venezuela en raison d’une  pénurie de matières premières.

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés