Recrudescence de la popularité et... des plaintes concernant l'e-commerce

Le nombre de plaintes à propos des sites commerciaux européens a augmenté l'an passé de 74 pourcent. C'est ce qu'a rapporté l'organisation European Consumer Centre Network (ECC) lors de son troisième rapport sur le commerce par internet. Dans notre pays, la division belge ECC a noté une hausse de 122 pourcent.

Près de la moitié des 3.775 questions traitées par ce centre l'an dernier- 1.834 pour être précis - sont des plaintes portant sur le commerce en ligne des sites européens. En 2004, l'ECC n'avait compté que 831 réclamations à ce sujet. L'augmentation du nombre de centres ECC en Europe n'explique qu'en partie cette progression. Car les centres qui avaient participé à l'enquête précédente, ont également rapporté une progression de 74 pourcent.

Le réseau ECC a enregistré 61 plaintes à propos de l'e-commerce belge. Notre pays occupe ainsi la cinquième position, après les Pays-Bas (108), la France (256), la Grande-Bretagne (282) et l'Allemagne (607). La non-livraison du produit commandé est le grief le plus fréquemment invoqué. La directrice de la section belge de l'ECC, Edith Appelmans, s'attend à ce que le nombre de plaintes sur l'e-commerce européen s'accroisse toujours davantage : " L'ECC est non seulement sans cesse plus connue en Europe, mais aussi de plus en plus de gens achètent sur le net. L'an passé c'est près de 110 consommateurs belges qui ont déposé une plainte.

Le réseau européen d'ECC enregistre, comme le nom le dit , uniquement les plaintes transfrontalières. Les autochtones qui veulent déposer une plainte au sujet d'un site commercial belge peuvent s'adresser au Service Public Fédéral (SPF) économie, à Test Achats ou si besoin est, à la police. " Bien peu de consommateurs sont enclins à porter plainte lorsqu'il s'agit d'un différend mineur " selon Ivo Mechels de Test Achats. Et de rajouter que les consommateurs ne savent souvent pas où adresser leur plainte.

Le fait que les paiements effectués via Bancontact/Mister CASh par des mineurs d'âge dans des sites de paris fassent l'objet de plaintes dans le futur semble peu probable. Du moins selon Jean-Michel Dasnoy, directeur commercial de Banksys qui a récemment rendu possible l'utilisation de cette carte débit pour les paiements via internet. Au passage, Dasnoy a d'ailleurs confirmé que tous les commerçants qui ont un contrat avec Banksys subissent un contrôle approfondi. Précédemment la commission en charge des jeux de hasard avait exprimé sa préoccupation à ce sujet.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés