Publicité

Quelques histoires belges...

Lundi - Total est intéressé par le nucléaire. Le futur nouveau directeur général de Total, Christophe de Margerie, lâche au "Financial Times" que le groupe français pourrait bien un jour "rejoindre l'aventure nucléaire".

C'est sans doute sa première déclaration d'indépendance à l'égard du patron sortant,Thierry Desmarest, un puriste du pétrole, qui n'a jamais voulu entendre parler pour Total de la piste nucléaire. Une piste qui reste cependant encore assez floue. Car le cas échéant,Total aurait plusieurs options. Soit un renforcement de sa participation dans le fabricant de centrales Areva - il en possède 1% aujourd'hui et Anne Lauvergeon, CEO d'Areva, siège au conseil de Total. Soit une entrée, en force ou non, dans l'un des grands acteurs en train de se créer sur le marché énergétique de l'électricité et du gaz. En Italie, en Allemagne, en Espagne? ou en France ? C'est là qu'intervient le vieux rêve d'Albert Frère, actionnaire tant de Total que de Suez. Officiellement, le magnat carolo soutient toujours la fusion Suez-GDF. Mais cela ne l'empêche certainement pas de penser à un plan B, et par exemple à un rapprochement entre deux groupes énergétiques français à forte composante historique belge? Si l'on ajoute à cela que Christophe de Margerie est proche de la famille Taittinger, un groupe dont Frère a longtemps été actionnaire, et que le futur patron de Total est très ami avec le baron belge, on a là quelques éléments typiques de la "galaxie Frère". Et on verra bien ce qui en sortira.

Mardi - Pierre & Vacances négocie le rachat de Sunparks. La veille, c'est De Witte Lietaer, déjà repris par un groupe hollandais, qui était passé sous pavillon allemand. Et Kickers, déjà repris par le français Zannier, est passé dans l'escarcelle d'un autre français, Royer. La malédiction des sociétés familiales belges n'est donc pas conjurée. Sunparks et, avant elle, Sun International, c'était pourtant une vraie histoire belge. Celle de Rudolf Vanmoerkerke, un "selfmade man" ostendais qui avait fait fortune dans l'exploitation d'un service d'autocars entre la Côte belge et l'Angleterre avant de se lancer dans le tourisme. Le tour opérateur Sun International allait faire les beaux jours de nombreux touristes avant de se fourvoyer dans l'achat d'un avion et de passer en 1998, par un bizarre clin d'oeil du destin, dans le giron du britannique Airtours. Restaient les quatre parcs de loisirs, lourdement endettés et donc invendables dans la situation de l'époque. Marc Vanmoerkerke, l'un des fils de Rudolf, entreprit avec patience de les redresser.Aujourd'hui, la mariée était manifestement devenue assez belle. Il est vrai que la simple situation (mer,Ardennes, Campine) de ces villages de vacances en fait une cible de choix pour le propriétaire de Center Parks.

Mercredi -Voo veut se lancer dans la téléphonie mobile. Pour ce faire, l'entreprise négocierait avec les trois opérateurs que sont Base, Proximus et... Mobistar. Oui mais, la filiale d'Orange (France Télécom) a justement signé l'année dernière un partenariat avec la société malinoise Telenet, elle-même rivale de Voo dans l'épineux dossier du rachat des câblos wallons. Si Voo devait convoler en justes noces avec Mobistar, ce dernier gagnerait donc sur les deux tableaux. Et l'opérateur flamand pourrait être doublement aigri d'avoir laissé filer les précieuses intercommunales wallonnes.

Jeudi - Où sera produite la nouvelle Opel Astra? Après les malheurs de VW, c'est le nouveau sujet qui inquiète dans l'industrie automobile belge. GM Europe doit décider, initialement d'ici l'été 2007 mais finalement pas avant l'automne, dans quels sites de production sera assemblée la nouvelle Astra. Le modèle actuel est monté dans quatre usines, dont Anvers et Bochum (Allemagne). Récemment, Guy Verhofstadt se déclarait convaincu qu'il y a toujours un avenir pour la construction automobile en Belgique. Si la situation d'Opel se clarifie (dans le bon sens, ndlr), on produira à nouveau pas moins de un million de voitures chaque année en Belgique, remarque le Premier ministre. Et de susurrer : "Si NedCars ferme aux Pays-Bas, c'est zéro voiture..."

Vendredi- Synergies entre l'eau et l'électricité chez Suez. En visite dans le Golfe persique, Gérard Mestrallet, le PDG de Suez, a pu montrer aux journalistes et analystes présents de véritables synergies entre les pôles "énergie" et "environnement" du groupe. Dans la région, en effet, tous les projets d'unités de dessalement d'eau de mer sont couplés à une centrale électrique. Egalement du voyage, Dirk Beeuwsaert, CEO de Suez Energy International, et Jean-Louis Chaussade, CEO de Suez Environnement, ont démontré à tous ceux qui veulent voir le pôle environnement partir vers d'autres cieux, l'intérêt et la capacité du groupe à travailler main dans la main. Un atout qui, estiment-ils, fait la force du groupe au Moyen- Orient. Pourquoi, dès lors, se couperait-il un bras?

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés