1. Les marchés
  2. Live blog
live

D'Ieteren a bondi de plus de 13% en deux jours

Les indices actions européens ont fini sans direction claire ce mercredi, les investisseurs ayant choisi de jouer la carte de la prudence alors que l'incertitude persiste au sujet de l'issue des négociations sur le Brexit. A Bruxelles, D'Ieteren s'est encore distingué.
  • Rendez-vous demain!

    Notre suivi en direct de l'actualité boursière se clôture. Nous vous remercions pour votre fidélité.

    Voici les principaux rendez-vous prévus demain pour les investisseurs, avec plusieurs statistiques aux USA et des résultats trimestriels en Europe:

    Bonne soirée et à demain dès 7h30 pour un nouveau Market Live!

  • Voici les débriefings de la séance boursière de ce mercredi

    Les investisseurs n'en peuvent plus d'attendre l'issue des négociations sur le Brexit. Voilà qui explique l'éparpillement des indices boursiers européens en clôture...

    En Bourse de Bruxelles, le même attentisme a prévalu mais quelques actions se sont distinguées, dont D'Ieteren, la vedette du jour, mais aussi Orange Belgium.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,10% à 3.761,02 points

    AEX: -0,52% à 576,86 points

    Cac 40: -0,09% à 5.696,90 points

    FTSE 100: -0,61% à 7.167,95 points

  • Wall Street remonte la pente

    Le Dow Jones  est à présent quasiment inchangé par rapport à mardi.

    Le Nasdaq  et le S&P 500  réduisent également leurs pertes.

    Dow Jones - intraday 16/10/2019 ©Bloomberg

  • Les ventes de détail pèsent sur les actions américaines

    La Bourse de New York confirme son ouverture négative. Après une heure de cotation, le Dow Jones  perd 0,23% et le Nasdaq  0,38%. Le marché est dominé par le recul inattendu des ventes au détail en septembre. Alors que la production industrielle a ralenti fortement aux Etats-Unis, la consommation est devenue le principal moteur de la croissance économique.

    Le recul des ventes de détail, après six mois d'affilée de progression des dépenses des consommateurs américains, inquiète donc les investisseurs qui craignent une contamination du ralentissement observé dans l'industrie.

    Dans un contexte de guerre commerciale avec la Chine, l'indice des ventes des détaillants et restaurants a perdu 0,3% en données corrigées des variations saisonnières. Les analystes s'attendaient à une hausse d'autant.

  • Dexia dira au revoir à la Bourse le 28 novembre

    L'action Dexia  sera retirée de la cote le 28 novembre après la clôture, apprend-on à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires de la société qui a lieu ce mercredi après-midi.

    Les investisseurs qui détiendraient encore des actions Dexia après cette date seront renvoyés vers le marché Euronext Expert pour les écouler.

  • Wall Street ouvre en baisse

    La Bourse de New York débute la séance en recul. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  perd 0,16% et le Nasdaq  cède 0,35%.

  • Gare à la dette des entreprises, avertit le FMI

    Le Fonds monétaire international (FMI) vient de publier son rapport de stabilité financière. Il y attire l'attention sur les risques liés à l'endettement des entreprises. A cause des politiques monétaires accommodantes des banques centrales qui ont comprimé les rendements, les investisseurs cherchent des actifs plus rémunérateurs quitte à prendre plus de risques. Des entreprises au profil de risque élevé ont ainsi pu accéder à des crédits plus facilement mais cela ne veut pas dire que ces entreprises sont plus solides...

    Le FMI avertit aussi que les principaux vecteurs de risques de ralentissement de la conjoncture économique mondiale restent les tensions commerciales et les incertitudes politiques.

  • USA: chute surprise des ventes au détail en septembre

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont chuté en septembre, à la surprise des analystes, selon les chiffres du département du Commerce. L'indice des ventes des détaillants et restaurants a perdu 0,3% en données corrigées des variations saisonnières alors que les analystes s'attendaient à une hausse d'autant. Pour août en revanche, le ministère a révisé l'indice en hausse, à +0,6% au lieu de +0,4% estimé précédemment.

  • Wall Street attendue dans le rouge

    Wall Street est attendue dans le rouge mercredi et les Bourses européennes hésitent à mi-séance, l'optimisme entourant la conclusion prochaine d'un accord entre Européens et Britanniques sur le Brexit laissant place à la prudence à la veille du sommet européen.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 0,2%.

  • Les analystes plébiscitent le titre D'Ieteren après ses prévisions de résultats

    Quatre courtiers ont revu dans la foulée leur prix cible pour le titre D'Ieteren  . KBC Securities a relevé son objectif de cours à 65 euros contre 50 euros avant. ING à 76 euros contre 67 euros avant. Degroof Petercam a égalemet relevé son objectif de cours à 68,2 euros contre 63 euros auparavant. Chez Kepler Cheuvreux, le prix cible pour le titre a été remonté à 60 euros contre 55 euros précédemment. La recommandation restant à "acheter" chez ces quatre courtiers.

  • Bank of America dépasse les attentes malgré une lourde charge

    Bank of America Merrill Lynch a annoncé un plongeon de son bénéfice au troisième trimestre en raison d'une charge de 2,1 milliards de dollars due à une dépréciation d'actifs et un litige dans l'immobilier mais a néanmoins fait mieux que prévu.

    • Le bénéfice net a chuté de 21,3%, à 5,27 milliards de dollars, mais une fois rapporté par action et exclus les éléments exceptionnels, il s'établit à 75 cents, soit nettement supérieur aux 51 cents attendus en moyenne par les analystes financiers.
    • Le chiffre d'affaires a augmenté de 0,36%, à 22,8 milliards de dollars, au-dessus des 22,79 milliards anticipés.
    • Plus significatif: Bank of America a enregistré une hausse de sa marge d'intérêt nette, ressortie à 2,4%, dans la banque de détail, grâce à une hausse de 7% des crédits octroyés et de 3% des dépôts.
  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * BANK OF AMERICA - La deuxième banque des Etats-Unis par les actifs a publié mercredi un bénéfice trimestriel en baisse de 21%, grevé entre autres par une charge de dépréciation de deux milliards de dollars. Le titre gagnait 1,2% dans les échanges en avant-Bourse juste après la publication des comptes

    * BANK OF NEW YORK MELLON a fait état mercredi d'une baisse de 7% de son bénéfice trimestriel, conséquence du recul de ses commissions et de la baisse des taux d'intérêt.

    * BROADCOM - La Commission européenne a ordonné au groupe américain de cesser d'appliquer certaines clauses figurant dans ses contrats conclus avec six constructeurs de téléviseurs et de modems, en raison de soupçons d'infractions aux règles de la concurrence dans l'Union européenne.

    * UNITED AIRLINES a relevé mardi sa prévision de bénéfice 2019 après un troisième trimestre meilleur qu'attendu, la hausse des tarifs et la baisse des coûts de carburant ayant plus que compensé l'impact de l'immobilisation du Boeing 737 MAX.

    * APOLLO GLOBAL MANAGEMENT a approché le distributeur d'équipements électroniques et informatiques TECH DATA en vue d'une offre d'achat d'un montant de près de cinq milliards de dollars, a-t-on appris mardi de plusieurs sources proches du dossier.

    * MCKESSON, AMERISOURCEBERGEN et CARDINAL HEALTH, trois des principaux distributeurs pharmaceutiques des Etats-Unis, négocient un accord amiable de règlement des litiges liés aux opioïdes dont le montant global pourrait atteindre 18 milliards de dollars, a rapporté mardi le Wall Street Journal en citant des sources proches des discussions.

    * COLGATE-PALMOLIVE - Berenberg a repris la couverture de la valeur avec une recommandation de vente et un objectif de cours de 58 dollars. 

  • Le pétrole en légère baisse, craintes sur la demande mondiale

    Les prix du pétrole sont en légère baisse en cours d'échanges européens après deux jours consécutifs de chute, pénalisés par un abaissement des prévisions de croissance mondiale pour 2019. "Les révisions à la baisse des prévisions de croissance pour cette année annoncées hier (mardi) par le FMI ont nourri les inquiétudes des investisseurs sur une possible chute de la demande mondiale en pétrole", constate Craig Erlam, analyste chez Oanda.

    Les investisseurs guettent par ailleurs la publication de données sur les réserves de pétrole américaines, celles de la fédération professionnelle API mercredi et celles de l'Agence américaines d'informations sur l'énergie (EIA) jeudi, considérées comme plus fiables. Ces dernières sont publiées un jour plus tard qu'habituellement en raison du lundi semi-férié aux Etats-Unis.

  • La "croissance impressionnante" de Xior, le spécialiste du kot étudiant

  • La livre sterling retombe mais l'espoir d'un accord sur le Brexit demeure

    La livre sterling baisse face à l'euro et au dollar dans un marché très volatil qui évolue au gré des informations et des rumeurs concernant la dernière ligne droite des négociations sur le Brexit. L'agence Bloomberg a annoncé que l'Union européenne jugeait un accord impossible à moins que le Royaume-Uni ne bouge. La monnaie britannique reste cependant au-dessus de son niveau de mardi matin.

    Si cela dure, c'est plutôt positif", avait estimé plus tôt dans la journée le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian. "Peut-être qu'on peut sortir de l'impasse, ce serait souhaitable".

  • Zone euro: excédent commercial de 14,7 milliards d'euros en août

    La zone euro a enregistré en août un excédent commercial de 14,7 milliards d'euros, a indiqué l'Office statistique européen Eurostat. Les exportations de biens vers le reste du monde ont enregistré une baisse de 2,2% par rapport à août 2018 (à 177,4 milliards) et les importations ont été en baisse de 4,1% (à 162,6 milliards d'euros). Le commerce interne à la zone euro a lui aussi baissé, de 5,6% sur un an, pour s'établir à 133,7 milliards d'euros.

    Sur les huit premiers mois de l'année, l'excédent commercial de la zone euro atteint 139 milliards d'euros, contre 132 milliards de janvier à août 2019.

  • Zone euro: inflation revue à la baisse en septembre

    L'inflation en zone euro en septembre s'est établie à 0,8%, contre 1% en août, un ralentissement plus prononcé qu'annoncé initialement, selon des chiffres mensuels définitifs d'Eurostat. Le 1er octobre, l'Office européen des statistiques avait annoncé, selon des chiffres provisoires, une inflation à 0,9% en septembre dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique.

  • Royaume-Uni: l'inflation stable en septembre à 1,7%

    L'inflation au Royaume-Uni est restée inchangée en septembre à 1,7% en rythme annuel alors qu'elle était attendue en légère hausse, une stabilité favorisée par la baisse des prix des carburants, montrent les statistiques officielles. La hausse des prix à la consommation reste ainsi à son plus bas niveau depuis décembre 2016 alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient une accélération à 1,8%.

    L'inflation de base, qui exclut l'énergie, l'alimentation, l'alcool et le tabac, ressort à 1,7% sur un an après 1,5% en août. Ces chiffres suggèrent que la prévision d'inflation de 1,6% en moyenne au quatrième trimestre publiée par la Banque d'Angleterre en août reste plausible.

  • Rio Tinto réduit une partie de ses prévisions

    Le groupe minier Rio Tinto   a fait état d'une hausse de 5% de ses livraisons de minerai de fer au troisième trimestre, grâce à la demande accrue des aciéristes chinois. Il a expédié 86,1 millions de tonnes de minerai de fer entre juillet et septembre, contre 81,9 millions de tonnes un an auparavant.

    Rio a maintenu ses prévisions d’expédition de minerai de fer - qui représente environ de 60% de ses bénéfices -  de 320 millions à 330 millions de tonnes pour cette année. Il a par contre réduit ses prévisions annuelles de production de bauxite et d'alumine en raison de mauvaises conditions météorologiques et de la mauvaise maintenance des installations. Lien vers le communiqué

  • Le point sur la séance

    Les principales Bourses européennes évoluent en légère baisse en début de séance dans l'attente de l'issue des négociations entre Londres et Bruxelles sur le Brexit, à la veille d'un sommet européen clé considéré comme crucial pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'Union sans accord à la fin du mois.

    → À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,2% à 5.690,7 points tandis qu'à Francfort, le Dax cède 0,01% et qu'à Londres, le FTSE 100 recule de 0,04%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,17%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,09% et le Stoxx 600 de 0,25%. A Dublin, l'ISEQ recule de 0,76%.

    La majeure partie des grands secteurs de la cote évoluent dans le rouge après les fortes hausses enregistrées la veille. Parmi les reculs les plus marqués, l'indice Stoxx européen des matières premières cède 1,1%, avec un repli de 1,18% pour le géant minier Rio Tinto, qui a revu à la baisse ses prévisions de production de bauxite et d'alumine.

    Parmi les rares hausses, le compartiment automobile prend 0,23% après l'annonce d'une progression de 14,4% du marché automobile européen en septembre.

  • Brexit: "Il y a encore beaucoup de travail"

    Des discussions marathon reprennent ce mercredi matin à Bruxelles pour tenter de trouver un accord avec Londres sur le Brexit que les négociateurs ont jugé "possible" avant le sommet européen de jeudi. Après une longue séquence de négociations jusqu'à minuit mardi, les pourparlers reprennent ce matin, ont indiqué des sources européennes.

    "Le dénouement n'est plus attendu aujourd'hui", a dit à l'AFP une source européenne. "Les intentions britanniques ont commencé à être traduites dans un texte juridique mais ça patine sur le fond", a confié un diplomate européen.

  • ASML publie des résultats moins mauvais qu'attendu

    Le fabricant néerlandais de systèmes de lithographie pour l'industrie des microprocesseurs ASML   a publié un bénéfice net en baisse de 7,8% au troisième trimestre de 2019, ses prévisions pour le reste de l'année restant toutefois inchangées. Le bénéfice net s'est établi à 627 millions d'euros, contre 680 millions d'euros au troisième trimestre de l'année dernière, a annoncé dans un communiqué le groupe, qui n'a pas donné d'explication concernant cette baisse.

    ASML, spécialiste des systèmes de lithographie Extreme Ultraviolet (EUV), se réjouit cependant de ventes et d'une marge brute "conformes aux prévisions", notamment grâce à un nombre record de nouvelles commandes. Il table pour le quatrième trimestre sur un chiffre d'affaires d'environ 3,9 milliards d'euros, avec une marge brute comprise entre 48 et 49%.

  • ING modifie sa note sur D'Ieteren

    C'est au tour d'ING de relever son objectif de cours pour D'Ieteren  , passant de 67 à 76 euros. La recommandation reste à "acheter".

  • Roche relève encore ses prévisions annuelles de ventes

    Le groupe pharmaceutique suisse Roche a relevé pour la troisième fois sa prévision de chiffre d'affaires pour 2019, soutenu par la progression de ses ventes en Chine. Le laboratoire a également dit s'attendre à finaliser le rachat de Spark Therapeutics pour 4,3 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros) d'ici la fin de l'année malgré de nombreux retards.

    Roche s'attend désormais à une croissance de son chiffre d'affaires dans le haut de la fourchette à un chiffre, à taux de changes constants, alors que le groupe escomptait en juillet une progression comprise entre le milieu et le haut de cette fourchette.

    ©EPA

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +0,05%

    CAC 40 +0,04%

    AEX -0,02%

  • KBCS relève son TP pour D'Ieteren

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour D'Ieteren   à 65 euros contre 50 euros précédemment. La recommandation reste à "acheter".

  • Prudence autour du Brexit

    "Pour l'instant, même si les marchés semblent intégrer dans les cours la perspective d'un accord, beaucoup de choses peuvent encore échouer dans les jours à venir et il y a beaucoup de députés au parlement qui n'ont pas intérêt à faire passer un accord et préfèreraient que le Brexit n'ait pas lieu"
    Michael Hewson
    de CMC Markets

  • Tokyo finit en hausse de 1,2%, au plus haut depuis décembre

    La Bourse de Tokyo a fini en nette hausse et inscrit un plus haut de dix mois, profitant de la dépréciation du yen, qui a favorisé les valeurs tournées vers l'export et de la progression du secteur des semi-conducteurs dans le sillage de Wall Street. L'indice Nikkei a gagné 1,2% à 22.472,92 points après être monté en séance jusqu'à 22.615,47, son plus haut niveau depuis le 3 décembre de l'an dernier; le Topix, plus large, a pris 0,7% à 1.631,51 points.

    Au moment de la clôture, le yen cédait 0,16% face au dollar à 108,67, non loin du plus bas de deux mois et demi touché la veille.

  • Europe: le marché automobile en hausse de 14,4% en septembre

    Les immatriculations de voitures neuves ont augmenté de 14,4% en septembre en Europe, montrent les données publiées par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), qui souligne la base de comparaison favorable avec le même mois de 2018. Les immatriculations s'étaient effondrées en septembre 2018 avec l'entrée en vigueur des nouvelles normes antipollution WLTP.

    Le mois dernier, il s'est immatriculé 1.285.494 véhicules neufs dans les pays de l'Union européenne et de l'Association européenne de libre-échange (Islande, Norvège et Suisse). Sur les neuf premiers mois de l'année, les immatriculations en Europe sont en recul de 1,6% à 12.115.927 unités.

  • Berenberg ajuste sa note sur Orange Belgium et Proximus

    La banque d'investissement allemande Berenberg a relevé son objectif de cours pour Orange Belgium   à 22,6 euros contre 21,1 euros précédemment. "Orange Belgium est une histoire de croissance rare dans les télécommunications. La société jouit d’une dynamique commerciale impressionnante, ce qui conduit à une forte croissance des ventes", explique-t-elle dans sa note. Sa recommandation reste à "acheter".

    Par ailleurs, le broker a maintenu sa recommandation sur Proximus   à "vendre" avec un objectif de prix passant de 18 à 19,2 euros. "Proximus souffre de la concurrence accrue d’Orange Belgium. De plus, le départ de Dominique Leroy, PDG, est source d’incertitude."

  • Le point sur la séance

    Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture, la prudence semblant devoir reprendre ses droits faute de résultats concrets dans les discussions entre le Royaume-Uni et l'Union européenne pour éviter un Brexit sans accord à la fin du mois.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 11 points, soit environ 0,2%, le Dax à Francfort 21 points (0,17%) et le FTSE à Londres 18 points (0,25%).

    La séance en Europe sera par ailleurs animée par une série de résultats de sociétés. Selon le dernier décompte de Refinitiv, les bénéfices du Stoxx 600 sont attendus en baisse de 3,7% sur un an au troisième trimestre, contre -3% il y a une semaine.

    Les cours du brut bénéficient d'une part des dernières informations encourageantes sur le Brexit, d'autre part de déclarations de responsables de l'Opep laissant entendre que l'organisation et ses alliés sont disposés à réduire encore leur production pour soutenir les prix. Le Brent gagne 0,27% à 58,90 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,28% à 52,96 dollars.

  • Citi passe à l'achat sur UCB

    Après Degroof Petercam vendredi dernier, c'est au tour de Citigroup de relever sa recommandation sur UCB  . Son conseil passe de "conserver" à "acheter" et son objectif de cours de 74 à 84 euros.

  • Xior lance une augmentation de capital

    La société immobilière Xior   a annoncé une augmentation de capital pour un montant maximal approximatif de 205,7 millions d'euros afin de financer sa stratégie de croissance par le biais d'une offre publique de souscription de maximum 4.783.282 nouvelles actions. Lien vers le communiqué

    • Le prix est fixé à 43 euros par action, ce qui représente une décote de 14,2% par rapport au cours de clôture de mardi soir;
    • La période de souscription s'étend de ce jeudi 17 octobre au jeudi 24 octobre 2019;
    • Trois droits d'allocation irréductibles permettront de souscrire à 1 nouvelle action;

    Aloxe SA s'est déjà engagé irrévocablement à souscrire à l'augmentation de capital pour un montant approximatif 35,4 millions d'euros (soit 17,2 % de l'offre).

  • Xior étend son portefeuille en Espagne et au Portugal

    La société immobilière Xior   a publié un long communiqué dans lequel elle présente notamment ses résultats trimestriels. Son résultat EPRA après correction pour IFRIC 21 s’élève à 17,5 millions d'euros au 30 septembre 2019, contre 11 millions au troisième trimestre 2018. Le résultat EPRA par action s’élève à 1,21 euros. Après correction pour IFRIC 21, celui-ci s'élève à 1,24 euros par action. Au 30 septembre 2019, le taux d’endettement s’élevait à 55,29 %, contre 49,32 % au 31 décembre 2018.

    La SIR a par ailleurs annoncé de nouveaux investissements à Barcelone (Espagne) et à Porto (Portugal) pour un montant total d’environ 171 millions d'euros. Ainsi que la nomination de Bastiaan Grijpink en tant que Chief Investment Officer et Country Manager Espagne.

  • Mithra dévoile de nouveaux résultats cliniques pour Estelle

    Mithra   a annoncé que les résultats de son étude de phase III pour son contraceptif oral combiné Estelle seront présentés lors du 13e Congrès de la Société Européenne de Gynécologie (ESG) qui se tiendra du 16 au 19 octobre 2019 à Vienne (Autriche). "Il s’agit de la première conférence scientifique prestigieuse durant laquelle nos données compilées seront présentées. Les préparations pour la soumission du dossier d’Estelle® sont actuellement en cours en vue d’une mise sur le marché prévue fin 2020, début 2021", a souligné Graham Dixon, CSO de Mithra dans un communiqué.

  • "Nous aurons une nouvelle crise de l'euro et une crise bancaire en 2020"

    Un "deal cosmétique" entre les Etats-Unis et la Chine pourrait permettre aux Bourses de terminer l’année en beauté, mais en 2020, nous devons nous attendre à une nouvelle crise bancaire et de l’euro en Europe. C’est du moins l’avis du spécialiste des marchés, le Suisse Felix Zulauf.

  • D'Ieteren revoit ses prévisions à la hausse

    Le groupe belge D'Ieteren   a publié mardi soir une révision à la hausse de ses prévisions pour l'année 2019, grâce à la solidité de la performance de Belron au troisième trimestre. Il anticipe désormais un résultat en hausse d’environ 35% (prévision précédente: "au moins 25%") par rapport au résultat de l'année dernière (220,4 millions d'euros après retraitement pour refléter la participation actuelle de 54,10% dans Belron).

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où nous suivrons ensemble et en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce mercredi 16 octobre 2019.

    À l'agenda: les investisseurs prendront connaissance de plusieurs statistiques de part et d'autre de l'Atlantique. Notamment l'inflation et la balance commerciale en zone euro, ainsi que les ventes au détail et les chiffres du marché immobilier aux États-Unis. La Réserve fédérale américaine doit par ailleurs publier son Livre beige, qui servira de base de travail à sa prochaine réunion des 29 et 30 octobre.

    Côté entreprises, on attend les résultats d'Alcoa, Bank of America, IBM, Netflix et Paypal à Wall Street. Et ceux d'ASML en Europe.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect