1. Les marchés
  2. Live blog
live

Mauvaise nouvelle après-Bourse pour Kiadis, UCB applaudi, des marchés européens mitigés

Les marchés européens ont terminé en ordre dispersé ce jeudi, jouant la prudence après l'annonce d'un accord sur le Brexit. À Bruxelles, UCB signe la meilleure performance du Bel 20, tandis qu'après la clôture, Kiadis Pharma a dévoilé une mauvaise nouvelle pour son produit principal ATIR101.
  • A l’agenda ce vendredi

    C’est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve vendredi pour la dernière séance de la semaine.

    Au menu :  le PIB au troisième trimestre et la production industrielle, les ventes au détail et investissement en septembre en Chine, la réunion d’automne du FMI et de la Banque mondiale, et  la revue de la note souveraine du Royaume-Uni par Fitch. Du côté des entreprises, les résultats de Danone au troisième trimestre et de Rémy-Cointreau au premier semestre sont attendus avant Bourse.

  • Kiadis s'attend à un avis négatif pour son produit principal ATIR101

    Kiadis Pharma s'attend à ce que l'EMA, l'organisme européen de surveillance des médicaments, rende un avis négatif sur l'autorisation provisoire de son principal médicament pour les patients leucémiques.

    La société néerlandaise de thérapie cellulaire, également cotée à la Bourse de Bruxelles, espérait pourtant obtenir l'autorisation provisoire pour son produit le plus important après les essais cliniques de phase 2. 

    L'ATIR101 vise à faciliter la transplantation de cellules souches chez les patients atteints de cancer du sang.

    En raison de cet avis négatif, la commercialisation de l'ATIR101 en 2020 n'est plus possible.

  • Sucraf, plus forte baisse de Bruxelles

    Le titre Sucraf a signé la plus forte baisse du jour à la Bourse de Bruxelles. Rappelons qu'il s'agit d'une penny stock.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +0,41%

    AEX: -0,10%

    CAC 40: -0,42%

    DAX: +0,16%

    Stoxx 600: +0,10%

  • Wall Street ouvre en hausse

    Dow Jones +0,23%, Nasdaq +0,65%

  • USA: légère hausse des inscriptions au chômage à 214.000

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont très légèrement augmenté aux Etats-Unis la semaine dernière, ce qui suggère que le marché du travail reste tendu malgré le ralentissement de l'économie et des embauches. Ces inscriptions ont augmenté de 4.000 à 214.000 en données corrigées des variations saisonnières lors de la semaine au 12 octobre, a annoncé le département du Travail. Les données de la semaine précédente n'ont pas été révisées. Les économistes attendaient en moyenne 215.000 inscriptions au chômage.

    La moyenne mobile sur quatre semaines, considérée comme un indicateur plus fiable de la tendance de fond du marché du travail, a augmenté de 1.000 à 214.750 la semaine précédente.

  • USA: l'indice "Philly Fed" baisse plus que prévu

    Les conditions d'activité dans la région de Philadelphie se sont dégradées plus que prévu en octobre, montre l'enquête mensuelle de l'antenne locale de la Réserve fédérale. L'indice "Philly Fed" a reculé à 5,6 après 12,0 en septembre. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 8,0.

    • La composante des nouvelles commandes s'est légèrement améliorée à 26,2 après 24,8 et celles de l'emploi est remonté nettement à 32,9 après 15,8. 
    • Le sous-indice des perspectives d'activité à horizon de six mois a progressé à 33,8 contre 20,8 le mois précédent. 
    •  Celui des prix acquittés, lui, a reculé à 16,8 contre 33,0 en septembre.
  • USA: les mises en chantier de logements chutent fortement en septembre

    Les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont fortement chuté en septembre après avoir augmenté à leur plus haut niveau depuis douze ans en août, selon les données du département du Commerce. Les démarrages de chantiers se sont établis à 1,256 million en rythme annualisé et données corrigées des variations saisonnières. Cela représente une chute de 9,4% par rapport à août où ils ont été révisés en hausse. Les analystes misaient sur 1,340 million de nouveaux chantiers.

    Sur un an, les mises en chantier restent en progrès de 1,6%.

  • Retour à la case départ pour la livre

    La livre sterling efface ses gains de la séance et recule nettement face à l'euro et au dollar, les craintes d'un échec de l'accord de Brexit au Parlement britannique douchant l'enthousiasme initial sur un compromis. "Une bonne partie des gains a été annulée avec la nouvelle que le DUP ne soutient toujours pas l'accord de Boris Johnson", a commenté Ed Moya, analyste pour Oanda.

  • La Cour constitutionnelle annule la taxe sur les comptes-titres

    La haute juridiction constitutionnelle belge s'est prononcée ce jeudi sur les sept recours réclamant l'annulation de la taxe sur les comptes-titres. La taxe est toutefois maintenue cette année.

  • Les valeurs belges liées au Brexit

    À la Bourse de Bruxelles, quelques sociétés cotées, qui exportent notamment vers le Royaume-Uni, voient leur action bien réagir à l'annonce d'un accord sur le Brexit:

    → Le fabricant de tapis Balta , dont un cinquième de son chiffre d'affaires est réalisé au Royaume-Uni, signe la plus forte hausse du jour à Bruxelles.

    → Le titre Recticel   évolue également en hausse. Le fabricant de matériaux isolants réalise 10% de son chiffre d’affaires au Royaume-Uni.

    Lotus Bakeries  , très actif outre-Manche, est aussi recherché en bourse.

  • Wall Street devrait ouvrir en hausse

    Wall Street devrait ouvrir en hausse pour saluer prudemment un nouvel accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit qui ne soulève pas d'enthousiasme débordant du côté des places européennes.

    →  Les contrats à terme sur les indices de référence de la Bourse de New York, qui évoluaient sans tendance jusqu'à l'annonce de l'accord, gagnent de 0,25% à 0,35%.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * MORGAN STANLEY doit publier ses résultats trimestriels avant l'ouverture.

    * NETFLIX a gagné un peu plus d'abonnés que prévu au troisième trimestre, stimulé par le lancement de nouvelles saisons de "Stranger Things" et de "13 Reasons Why", a fait savoir le groupe de vidéo en streaming. Le titre Netflix gagne près de 8% dans les échanges avant l'ouverture.

    * JOHNSON & JOHNSON compte parmi les groupes pharmaceutiques ayant proposé le versement de 22 milliards de dollars (19,9 milliards d'euros), ainsi que des médicaments et des services d'une valeur estimée à 28 milliards de dollars, pour clore les poursuites engagées à leur encontre dans la crise des opioïdes, a-t-on appris mercredi auprès de deux sources au fait des discussions.

    * INTERNATIONAL BUSINESS MACHINES (IBM) - Le géant de la technologie perd 4,6% en avant-bourse après avoir annoncé mercredi un chiffre d'affaires du troisième trimestre inférieur aux attentes en raison de la faiblesse de ses activités dans certains marchés européens.

    * TESLA a été ajouté à la liste des constructeurs automobiles agréés par le gouvernement, a annoncé jeudi le ministère chinois de l'Industrie, permettant au groupe américain de démarrer sa production dans le pays.

  • Les marchés saluent l'annonce de l'accord sur le Brexit

    Les bourses européennes ont accru leur progression tandis que la livre sterling grimpe à un plus haut de cinq mois face au dollar après l'annonce d'un accord sur le Brexit par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre britannique, Boris Johnson. L'indice européen Stoxx 600 gagne 0,74%, à un plus haut depuis mai 2018.

    → Sur le marché des changes, la devise britannique s'apprécie de 0,88% à 1,2943 dollar, un pic de cinq mois. L'euro gagne 0,46% à 1,112 dollar, un niveau que la monnaie unique n'avait pas atteint depuis deux mois. L'indice dollar est logiquement délaissé et recule de 0,39% face à un panier de devises internationales.

    → L'emprunt d'État allemand à dix ans prend quatre points de base (pdb) à -0,343%, à un plus haut depuis la fin juillet. Le rendement du Gilt britannique de même échéance est également en hausse, à 0,768% (+5 pdb), un plus haut de trois mois.

  • "Le potentiel du bimekizumab d'UCB est lourdement sous-estimé par le marché".

  • Royaume-Uni: la croissance des ventes au détail ralentit au 3T

    Les consommateurs britanniques ont été plus prudents concernant leurs dépenses au troisième trimestre malgré une croissance réelle de leurs salaires, réveillant les inquiétudes sur la santé économique du pays à l'approche du Brexit.

    Sur l'ensemble du trimestre, la croissance des ventes au détail est restée stable à +0,6%, montrent les statistiques officielles publiées jeudi. En glissement annuel, la croissance ralentit en revanche à 3,1% contre 3,6% auparavant, soit la plus faible progression enregistrée depuis le dernier trimestre 2018. Sur le seul mois de septembre, elles sont restées stables, conformément aux attentes, avec une croissance annuelle de 3,1% contre 2,6% en août.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en ordre dispersé et dans de faibles variations dans les premiers échanges, dans l'attente d'avancées sur le dossier du Brexit alors que les publications trimestrielles se poursuivent.

    → À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,12% à 5.690,10 points. À Francfort, le Dax prend 0,11% et à Londres, le FTSE grappille 0,16%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro et le FTSEurofirst 300 sont stables. Le Stoxx 600 recule de 0,07%.

    "Le Brexit est l'unique sujet du jour", résume Lyn Graham-Taylor, chargé de stratégie chez Rabobank, qui dit s'attendre à ce que le Royaume-Uni demande une prolongation de la date théorique du divorce, fixée au 31 octobre. Le Parti unioniste démocrate (DUP), modeste formation nord-irlandaise dont l'appui permet au gouvernement britannique de disposer d'une majorité à la Chambre des communes, n'accepte pas les dernières propositions de Boris Johnson sur le Brexit.

  • Lourde chute de Sligro à Amsterdam

    Le grossiste en produits alimentaires Sligro   connait sa pire séance boursière depuis 7 ans. Hors acquisition de la société De Kweker, son chiffre d'affaires a baissé de 2,5% au troisième trimestre par rapport à la même période il y a un an. Si l'on prend en compte l'acquisition, ses revenus atteignent 1,74 million d'euros sur les neuf premiers mois de l'année contre 1,72 million en 2018 (+1,1%).

    Le groupe signale, par ailleurs, que les clients acquis après le rachat des activités de gros de Heineken ont passé moins de commandes à la société. Sligro s'attend donc à un bénéfice brut (ebit) pour l'ensemble de l'année nettement inférieur par rapport à l'année précédente. Lien vers le communiqué

  • Unilever confirme ses prévisions annuelles

    Le géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever   a fait état d'une hausse de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, en raison, notamment, d'effets de change favorables et de nouvelles acquisitions. Son chiffre d'affaires s'est établi à 13,3 milliards d'euros, en hausse de 5,8% en glissement annuel, a indiqué dans un communiqué le groupe, qui confirme ses prévisions pour l'année.

    Le groupe aux 400 marques (Knorr, Lipton, Magnum, Dove...) prévoit une hausse des ventes à périmètre comparable comprise entre 3% et 5%, une amélioration de la marge opérationnelle sous-jacente et des flux de trésorerie importants pour l'ensemble de l'année 2019. "Nous nous sommes engagés à fournir une performance financière supérieure sur le long terme et une croissance équilibrée et composée du chiffre d'affaires et du bénéfice net à travers notre modèle commercial durable", a déclaré Alan Jope, directeur général d'Unilerver.

  • Faurecia publie des résultats inférieurs aux attentes

    L'équipementier automobile Faurecia   a fait état d'un recul de son chiffre d'affaires organique, affecté par la fin de plusieurs contrats importants de sièges et les premières retombées sur son activité de la grève chez General Motors. Détenu à 46,34% par PSA , le groupe a réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 4,185 milliards d'euros, en repli de 3,7% à taux de changes constants et hors impact de l'acquisition du japonais Clarion. Lien vers le communiqué

    "Les revenus du T3 sont légèrement inférieurs aux attentes, la baisse des ventes de sièges étant plus prononcée que prévu", commente Jefferies dans une note.

    Malgré la dégradation globale des marchés, Faurecia a maintenu ses objectifs 2019. Il vise toujours une hausse du résultat opérationnel en valeur et une marge opérationnelle d'au moins 7% bien qu'il table désormais sur une baisse de 6% de la production de véhicules légers en 2019, contre -4% attendu jusqu'ici.

  • Pernod Ricard impacté par le ralentissement des ventes en Chine et en Inde

    Le numéro deux mondial des spiritueux Pernod Ricard   a vu son chiffre d'affaires croître de 4% au premier trimestre 2019/20, à 2,48 milliards d'euros. Sa croissance interne reste, quant à elle, "modérée" à +1,3%, souligne l'entreprise dans son communiqué. L'effet devises positif lui a permis d'engranger 57 millions d'euros sur le trimestre, principalement grâce au dollar américain.

    Par ailleurs, Pernod Ricard, qui avait annoncé fin août son intention de mettre en oeuvre un programme de rachat d'actions allant jusqu'à un milliard d'euros sur les exercices 2019/20 et 2020/21, a conclu un contrat d'achat d'actions avec un prestataire de services d'investissements, portant sur une première tranche d'un montant maximal de 150 millions d'euros. La période de rachat débutera le 18 octobre pour une durée pouvant aller jusqu'au 18 décembre au plus tard. Les actions ainsi rachetées seront annulées.

  • Nestlé va distribuer 18 milliards d'euros à ses actionnaires

    Le géant suisse de l'alimentation Nestlé a enregistré une hausse de 2,9% de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année, à 68,4 milliards de francs suisses (62,1 milliards d'euros). Sa croissance organique, un indicateur clé pour jauger l'évolution des ventes hors effets de change et de rachats ou cessions d'activités, s'est, elle, établie à 3,7%. Le groupe a confirmé ses prévisions pour 2019, visant une croissance organique aux alentours de 3,5% et une marge opérationnelle d'au moins 17,5%.

    Il a, par ailleurs, annoncé son intention de distribuer pas moins de 20 milliards de francs suisses (18 milliards d'euros) à ses actionnaires sur la période 2020-2022, principalement sous forme de rachat de ses propres actions. Lien vers le communiqué

  • Ericsson repasse dans le rouge au 3T, grevé par une provision

    L'équipementier suédois en télécoms Ericsson a enregistré une activité en croissance au troisième trimestre, mais son résultat net est passé dans le rouge, plombé par une provision de 1,1 milliard d'euros pour couvrir le montant attendu d'une amende aux États-Unis dans le cadre d'une enquête pour corruption.

    Les ventes ont progressé de 6% sur un an à 57,1 milliards de couronnes (5,3 milliards d'euros) et la marge brute, hors coûts de restructuration, s'est, quant à elle, hissée à 37,7%, contre 36,5% un an plus tôt. Le groupe a néanmoins enregistré une perte nette en juillet-septembre sur un an, à -6,2 milliards de couronnes, a-t-il annoncé dans un communiqué.

    ©Bloomberg

  • | OPENING BELL |

    AEX -0,06%

    CAC 40 -0,28%

    BEL 20 -0,39%

  • KBCS relève son TP pour Elia

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour Elia   à 80 euros contre 70 euros précédemment. Sa recommandation reste à "accumuler".

  • La Bourse de Tokyo finit sur une note stable

    Le Nikkei à Tokyo a fini sans grand changement, après avoir grimpé la veille à un plus haut depuis décembre, les investisseurs attendant des avancées dans les négociations commerciales et sur le Brexit. L'indice Nikkei a cédé 0,09% à 22.451,86 points et le Topix, plus large, a cédé 0,45% à 1,624.16 points.

    "Il est normal que le marché fasse une pause après que le Nikkei a gagné plus de 1.000 points sur les quatre séances précédentes", a indiqué Seiichi Suzuki, un analyste du Tokai Tokyo Research Institute.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues sans grand changement, dans l'attente d'avancées sur le dossier du Brexit alors que les publications trimestrielles se poursuivent.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait céder 0,07% à l'ouverture, le Dax à Francfort perdrait 0,06% et le FTSE à Londres serait inchangé à 7.168 points.

    Les marchés ont évolué mercredi au gré des annonces contradictoires sur l'évolution des négociations entre l'Union européenne et le gouvernement britannique sur le Brexit, débouchant sur une incertitude sur ce dossier qui incite les investisseurs à la prudence. Aucun accord n'a été conclu mercredi soir à Bruxelles, où les négociateurs européens et britanniques cherchaient à s'entendre avant le Conseil européen qui s'ouvre ce jeudi pour deux jours.

    Le rendement du Bund allemand à dix ans a fini mercredi au-dessus de -0,4%, un plus haut depuis fin juillet, porté par l'optimisme d'un accord sur le Brexit.

  • AudioValley lance un avertissement sur résultats

    Le groupe AudioValley   a fait état mercredi soir d'une activité en forte progression au troisième trimestre. Son chiffre d’affaires a atteint 7,4 millions d'euros, soit une progression de 22,0% par rapport au 3e trimestre 2018 (+17,4% à taux de change constant).

    "Malgré ces perspectives solides et la forte dynamique attendue d’ici à la fin de l’année, l’objectif de croissance initialement fixé à plus de 35% à taux de change constant ne devrait pas être atteint", prévient la société dans un communiqué. "La vente d’équipements chez Storever en deçà des attentes et les contrats majeurs signés par Targetspot aux cours des derniers mois n’ayant pas encore pris leur mesure en sont les raisons principales."

  • Asit biotech publie encore dans une revue scientifique

    Asit biotech   a annoncé la publication d’une étude mécanistique (mode d’action) de gp-ASIT+, son produit candidat phare en phase III pour traiter l’allergie aux pollens de graminées, dans la revue Journal of Allergy and Clinical Immunology (JACI). Cette revue avec comité de lecture est la plus souvent citée dans le domaine de l’allergie et de l’immunologie clinique. "Cette cinquième publication dans une revue scientifique de renom confirme la solidité des données recueillies sur gp-ASIT+ pendant la première étude de phase III", souligne la société dans un communiqué.

    Les données démontrent qu’un traitement de courte durée (3 semaines) avec gp-ASIT+ est associé à l’activation de mécanismes immunitaires qui protègent les patients contre l’allergie aux pollens de graminées. Cet effet immunologique s’est maintenu jusqu’à la fin de la saison des pollens.

  • La livre sterling à nouveau sous pression

    Le Parti unioniste démocrate (DUP) a publié un communiqué dans lequel il explique ne pas pouvoir soutenir l'accord sur le Brexit tel qu'il est écrit actuellement, soulignant "une absence de clarté". En réaction, la livre sterling s'enfonce dans le rouge face au dollar et à l'euro.

  • Care Property fait le point sur son projet à Zeist

    La société immobilière Care Property   a annoncé mercredi soir que les conditions suspensives concernant le redéveloppement de la remise du projet "Villa Wulperhorst" à Zeist (Pays-Bas) ont été remplies. Par conséquent, les travaux de construction pour la maison de campagne et la remise peuvent également débuter. La remise comprendra 13 unités résidentielles, dont 6 chambres peuvent être divisées en 2 chambres individuelles.

    La valeur d'investissement totale de ce projet est estimée à environ 13 millions d'euros. Lien vers le communiqué

  • Une molécule d'UCB démontre son efficacité contre le psoriasis

    Le groupe pharmaceutique belge UCB   signale que les résultats d'un essai clinique de phase III ont démontré l'efficacité du bimekizumab dans le traitement du psoriasis. Pour les critères d'évaluation secondaires, la molécule s'est également avérée supérieure à l'ustekinumab et au placebo pour l’élimination des lésions de la peau ("skin clearance").

  • Un broker passe à l'achat sur Euronav

    La banque d'investissement Stifel a relevé sa recommandation sur Euronav   à "acheter" contre "conserver" auparavant. Ce qui signifie que l'ensemble des analystes qui suivent l'action conseillent de l'acheter.

    Son objectif de cours est fixé à 12,63 euros.

  • 2019, année difficile pour Sipef

    Le producteur belge d'huile de palme Sipef   a reconnu des difficultés dans sa production cette année. Ses plantations en Papouasie-Nouvelle-Guinée ont été touchées à trois reprises par des éruptions volcaniques, ce qui a entraîné une baisse de 48,6% de sa production d'huile de palme pour le troisième trimestre. Au final, sa production totale d'huile de palme a diminué de 10,4% au cours des neuf premiers mois de l'année.

    Ce qui pousse le groupe à annoncer de tristes perspectives pour ses résultats annuels. "Les résultats récurrents du second semestre seront en ligne avec ceux du premier semestre. Le groupe verra donc 2019 clôturer avec une perte". Lien vers le communiqué

  • Elia lorgne le réseau allemand du néerlandais Tennet

    Elia  , le gestionnaire du réseau d’électricité belge, étudie la possibilité d’acquérir une autre partie du réseau électrique allemand. Après 50Hertz, c’est la branche allemande du néerlandais Tennet qui cherche aujourd’hui un repreneur.

    Selon plusieurs sources, le dossier est encore dans sa phase préliminaire, mais une équipe aurait été mise en place pour analyser le projet. Des discussions seraient en cours avec Tennet, et la direction d’Elia aurait reçu pour mission d’informer régulièrement le conseil d’administration sur l’évolution du dossier.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre "minute par minute" les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 17 octobre 2019.

    À l'agenda: les investisseurs prendront connaissance de quelques indicateurs macroéconomiques, principalement du côté des États-Unis avec l'indice d'activité "Philly Fed", les mises en chantier et la production industrielle. Côté entreprises, la saison des résultats commence à battre son plein. On attend les chiffres de Faurecia, Rexel, Pernod Ricard, Vivendi, Ericsson, Nestlé ou encore Morgan Stanley.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Echo Connect