Coup de frein sur les marchés

Les Bourses européennes ont marqué une pause ce mercredi, après la progression de la veille, en l'absence d'éléments susceptibles de stimuler le marché. A Bruxelles, Tessenderlo et Rosier ont profité de la vague de consolidation dans le secteur de l'engrais pour se distinguer d'un marché baissier. L'ouverture négative de Wall Street n'a pas amélioré l'humeur des investisseurs sur les Bourses européennes.

La prudence mêlée d'hésitation a été de mise ce mercredi alors que la progression de la veille s'est déroulée sans base réellement solide. L'absence de statistiques macroéconomiques importantes tant en Europe qu'aux Etats-Unis a incité les opérateurs à rester sur leurs gardes.

Seule l'adjudication réussie d'obligations allemandes a créé un peu d'animation en permettant de rassurer les investisseurs et s'est traduite par une remontée des indices boursiers mais sur une courte durée. "Le marché est très creux et la tendance reste incertaine dans des volumes très faibles", indiquent les analystes de CM-CIC Securities.

Les investisseurs se sont concentrés sur l’actualité des entreprises. Le secteur minier a été animé par l’annonce de l’OPA hostile lancée par BHP Billiton sur le canadien Potash. L’opération est valorisée à 31 milliards d’euros. L’annonce a eu pour effet de soutenir par ricochet le cours de certaines valeurs, notamment Tessenderlo qui a gagné 2,72% à 23,41 euros à la Bourse de Bruxelles tout comme Rosier qui a gagné 4,40% à 281,88 euros au fixing de l'après-midi.

Les autres places boursières européennes se sont aussi enfoncées dans le rouge: Londres a perdu 0,66%, Amsterdam 0,24%, Paris 0,41% et Francfort 0,32%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 a abandonné 0,34%, pénalisé par la chute de 1,3% des pétrolières (-0,9%) pèsent aussi sur la tendance. Les stocks de pétrole brut ont diminué au cours de la semaine passée aux Etats-Unis, mais un peu moins qu'attendu, tandis que ceux d'essence se sont stabilisés.Le pétrole brut américain WTI chutait de 1,56% à 74,59 dollars le baril à la clôture des marchés européens.

A Bruxelles

La Bourse de Bruxelles a fini la séance sur une note négative: le Bel 20 a reculé de 0,23% à 2512,61 points. Les hausses de Ackermans & van Haaren (+0,98% à 54,75 euros), KBC (+0,94% à 33,96 euros) et des sicafis Cofinimmo (+0,70% à 94,02 euros) et Befimmo (+0,58% à 56,95 euros) n'ont pas permis à l'indice bruxellois de se maintenir dans le vert. Dexia a chuté de 2,03% à 3,47 euros, Ageas de 1,15% à 2,06 euros. Umicore a cédé 0,99% à 28,47 euros malgré le relèvement de l’objectif de cours d’ING de 28,50 à 31 euros. Delhaize a cédé 0,19% à 53,02 euros. La Banque Degroof a abaissé son objectif de cours sur la valeur à 69 euros contre 81 euros auparavant.

En Europe

Les autres places boursières européennes se sont aussi enfoncées dans le rouge: Londres a perdu 0,66%, Amsterdam 0,24%, Paris 0,41% et Francfort 0,32%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 a abandonné 0,34%, pénalisé par la chute de 1,3% des pétrolières (-0,9%) pèsent aussi sur la tendance. Les stocks de pétrole brut ont diminué au cours de la semaine passée aux Etats-Unis, mais un peu moins qu'attendu, tandis que ceux d'essence se sont stabilisés.Le pétrole brut américain WTI chutait de 1,56% à 74,59 dollars le baril à la clôture des marchés européens.

 

A Wall Street

Le recul des prix du pétrole aura marqué la séance de mercredi à Wall Street. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le cours du baril s'est établi à 75,42 dollars en clôture, en repli de 35 cents par rapport à la veille. Il a nettement limité ses pertes en fin de séance, après être tombé jusqu'à 73,83 dollars, son plus bas niveau depuis le 7 juillet. Il a entraîné dans son sillage les cours des principales sociétés pétrolières US, BP (-2,55% à 397,6 dollars), Exxon Mobil (- 1,10% à 60,15 dollars) et Chevron (-0,94% à 77,04 dollars). À la clôture, le Dow Jones a terminé stable (+0,09%) à 10.415,54 points, tout comme le Nasdaq (+0,28% à 2215,70 points) et le S&P500 (+0,15% à 1094,16 points. 

Le producteur d'engrais Potash, cible d'une OPA hostile de 40 milliards de dollars, a poursuivi sa hausse mercredi, clôturant à 147,93 dollars (+3,32%).

Sur le front des résultats, le constructeur de matériel agricole Deere (-1,86% à 65,98 dollars) a publié des résultats meilleurs qu'attendu, à la fois en terme de profit et de chiffre d'affaires, mais au vu de sa performance, ses prévisions ont été jugées prudentes. Il profite de conditions favorables sur le marché américain, où les agriculteurs bénéficient à la fois de la hausse récente des prix et d'une assez bonne récolte.

Dans la distribution, Target a déçu les investisseurs avec ses ventes trimestrielles, mais a réussit à rassurer et a finit la séance en nette hausse (+2% à 51,95 dollars).

Valeurs à suivre

Aujourd’hui seront publiés les résultats de Payton Planar, Deceuninck, Immo Moury, Roularta et Pinguinlutosa.

 

Agenda

On attend, ce jeudi :

USA

- Les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis (14h30)

- L’indicateur composite de l'activité économique de juillet aux USA (16H00)

- L’indicateur de l’activité industrielle de la région de Philadelphie du mois d’août (16H00)

Aux Etats-Unis toujours, le président de la Fed de Saint Louis, James Bullard, fera un discours sur le thème "Prévisions économiques et politique monétaire".

ALLEMAGNE

Prix à la production juin (08H00)

GRANDE-BRETAGNE

Ventes aux détails du mois de juillet.

Enquête mensuelle de la CBI sur le moral des industriels

PAYS-BAS

Chiffres du chômage pour le mois de juillet.

SUEDE

Stockholm: le ministre des Finances Anders Borg doit présenter de nouvelles prévisions économiques pour la Suède.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés