En proie au doute, les marchés s'enfoncent un peu plus

Les marchés ont chuté vendredi, connaissant une nouvelle journée noire alors que les investisseurs font part de leurs vives inquiétudes sur la santé économique et budgétaire de la zone euro.

Bruxelles (L’Echo) – Les marchés européens ont connu une nouvelle séance noire ce vendredi. Ils avaient relativement bien résisté jusqu'en milieu d'après-midi face aux déclarations du patron de Deutsche Bank qui a émis un doute quant à la solvabilité et la capacité de la Grèce de rembourser sa dette. Les financières, déjà affectées par ces déclarations, ont creusé leurs pertes une heure avant la clôture, lorsque Angela Merkel, la chancelière allemande a déclaré à la télévision que le succès du plan de sauvetage européen n'était pas garanti.

Renforçant les sentiments de panique, Paul Volcker, conseiller économique du président américain Barack Obama, a jugé que la crise grecque pourrait entraîner une "désintégration de la zone euro" si sa gouvernance économique n'était pas réformée. Ces déclarations ont renforcé les craintes déjà vives selon lesquelles la crise grecque pouvait s'étendre à d'autres pays européens. L'euro s'est encore affaibli face au dollar pour passer sous 1,24 dollar vers 18h.

Sur les marchés d'actions, le secteur bancaire européen, qui est le plus exposé aux dettes souveraines européennes, a lâché 5,33%. Juste derrière lui, le compartiment des valeurs liées aux matières premières a rendu 5,1%, traduisant la crainte des investisseurs de voir la reprise économique européenne ralentie par les mesures d'austérité que les pays endettés sont amenés à prendre.

Au niveau des indices européens, l'Ibex espagnol a accusé une lourde chute de 6,6%. Milan a perdu 5,05% et Lisbonne 4,27%. A Paris, le CAC 40 a plongé de 4,6%. L'AEX d'Amsterdam a rendu 3,13% et le Footsie londonien 3,14%. A Bruxelles, le Bel 20 a reculé de 3,46% à 2.447,17 points. A la clôture européenne, les indices américains limitaient leurs pertes, mais ils étaient également en net recul : le Dow Jones perdait 1,84% et le Nasdaq 2,65%.

A Bruxelles, le Bel 20 a été plombé par les reculs d'Ageas (-7,27%), de KBC (-5,48%) et de Dexia (-5,63%). Toutes les valeurs ont clôturé dans le rouge, même si l'on note une meilleure résistance du secteur défensif que constitue la distribution : Delhaize n'a perdu que 0,25% et Colruyt 0,51%.

A Wall Street, les marchés boursiers américains ont terminé la dernière séance de la semaine sur une note franchement négative. Les investisseurs se sont inquiétés des conséquences de la réforme financière aux Etats-Unis et du frein à la reprise mondiale que pourraient constituer les mesures d’austérité annoncées par plusieurs pays de la zone euro. Dans ce contexte, les nouveaux signes de reprise économique aux Etats-Unis annoncés vendredi avec une hausse des ventes au détail, de l’activité industrielle, des stocks des entreprises et du moral des ménages ont laissé les marchés de marbre. L’indice Dow Jones a cédé 1,51 % à 10.620,16 points et l’indice composite du Nasdaq de 1,98 % à 2.346,85 points. Quant à l’indice élargi S & P 500, il a cédé 1,88 % à 1.135,68 points.

Signe de l'importante aversion au risque des investisseurs, les cours de l'or ont amélioré leur record, s'approchant encore plus près de 1.250 dollars l'once. Il a même franchi, en cours de séance, le seuil psychologique de 1.000 euros. Le métal jaune attire les investisseurs épris de sécurité dans un contexte d'inquiétudes persistantes sur les dettes des pays de la zone euro. Contrairement aux actions ou aux obligations, qui dépendent d'un émetteur (une entreprise ou un Etat), le métal jaune ne présente aucun risque de défaut, ce qui en fait la valeur refuge idéale.

AGENDA:

Union européenne
- Immatriculations de voitures en Europe avril (8h)
- Bruxelles: réunion des ministres des Finances de la zone euro (17h)

Etats-Unis
- Activité industrielle de la région de New York mai (14h30)
- Flux d'investissements à long terme mars (15h)
- Indice immobilier NAHB mai

Japon
- Commandes de biens d'équipement mars
- Prix de gros intérieurs avril

VALEURS:

MONTEA
Au premier trimestre 2010, la sicafi Montea a obtenu un résultat net positif de 1,22 million d'euros, contre une perte de 8,34 millions d'euros l’année passée, notamment grâce à l’augmentation de la valeur du portefeuille immobilier, et malgré la perte de valeur des instruments financiers de couverture (1,30 million d'euros).

Déclarations intermédiaires 1T de:

- Ackermans & Van Haaren (7h30)
- CFE (17h45)
- Devgen (7h)
- Jensen Group (17h45)
- Roularta (7h30)
- BSB: AG (10h)
- Leasinvest Real Estate: AG (16h)
- Hansen Transmissions: résultats annuels 2009/2010

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés