Fin de semaine morose sur les Bourses

En l'absence de nouvelles favorables, les Bourses en sont restées livrées aux statistiques économiques décevantes dernièrement publiées, en particulier aux Etats-Unis. Aucun élément directeur n'est attendu pour soutenir le marché après cette semaine difficile. Le marché devra tout de même se confronter vendredi à la nouvelle estimation du produit intérieur brut des Etats-Unis, une "mauvaise nouvelle" en perspective puisqu'il devrait être revu en baisse. Auparavant, le marché gardera un oeil mercredi sur les commandes de biens durables, attendues en hausse après un recul au mois précédent.
Les ventes de logements anciens et neufs pour juillet seront publiées respectivement mardi et mercredi.
Le marché suivra aussi les nombreuses émissions d'obligations prévues, alors que les investisseurs commencent à s'interroger sur l'existence d'une bulle sur les titres souverains.

En Europe

Vendredi, Paris a fini en baisse de 1,30%, Amsterdam de 1,35%, Francfort de 1,15 % et Londres de 0,36 %.

Les valeurs de la construction ont mené les reculs sectoriels en Europe avec une perte de 1,9 % pour l'indice DJ Stoxx 600 de référence. Le compartiment des valeurs automobiles et celui des assurances suivaient avec une perte de 1,4 %.

Les autres secteurs étaient au mieux à l'équilibre. C'est le cas notamment des valeurs pétrolières qui peinaient à profiter du bond de près de 6 % de Dana. La compagnie d'exploration et de production pétrolière britannique fait l'objet d'une OPA par la compagnie pétrolière publique sud-coréenne KNOC. L'offre valorise cette dernière à 1,87 milliard de livres (2,27 milliards d'euros).

A Bruxelles

L'indice Bel 20 a clôturé la semaine sur un bilan négatif de 0,88% à 2.452,32 points (-1,34% sur la semaine).

Umicore et UCB figuraient en tête des reculs au sein de l'indice avec des pertes de respectivement 2,2 % et 1,9 %. Hors Bel 20, Euronav repartait à la baisse et enregistrait un recul de 0,6 %. PinguinLutosa réduisait quant à elle ses pertes et cédait 2,5 % après avoir perdu plus de 7 % en matinée dans la foulée de la publication de ses résultats trimestriels. Retail Estates et Leasinvest gagnent quant à elles de l'ordre de 1 %. Les deux Sicafi ont publié leurs chiffres trimestriels. Le holding AvH qui détient un peu plus de 30 % de Leasinvest se tasse de 1,4 %.


A Wall Street

Après avoir poursuivi son décrochage en première partie de journée, Wall Street a fini par limiter la casse vendredi. Mais cette séance a marqué "la fin de la tentative des partisans de la hausse pour reprendre le contrôle et emmener le marché en avant", a noté Joseph Hargett, de Schaeffer’s Investment Research. Le Dow Jones a perdu 0,56% à 10.213,62 points. Le Nasdaq est resté stable (+0,04% à 2179,76 points) et le S & P 500 a baissé de 0,37% à 1071,69 points. Seules 7 valeurs du Dow Jones sur 30 sont restées dans le vert.

Au sein de l’indice phare de New York, la plus forte baisse a été enregistrée par HP (-2,28% à 39,83 dollars). Les résultats du géant informatique ont été conformes à ceux donnés de manière préliminaire, et la démission de son président deux semaines plus tôt a rendu les investisseurs frileux. De même, ils ont ignoré les résultats positifs publiés par Dell. A la clôture, le titre a grapillé 0,25% à 12,07 dollars. 

Research In Motion a encore beaucoup souffert, perdant 3,70 % à 38,64 dollars. Le fabricant de téléphones BlackBerry se trouve sous pression croissante pour réagir aux rachats de AdMob par Google et Quattro par Apple qui devraient leur permettre de gagner plus d’argent sur le marché des téléphones mobiles.

Le conglomérat industriel Tyco (+ 5,2% à 38,65 dollars) bénéficiait de l’annonce de son arrivée fin août au sein de l’indice Standard and Poor’s 500, où il va remplacer le groupe parapétrolier Smith International, en passe d’être racheté.

Le groupe canadien Potash (+0,56% à 149,67 dollars) a demandé vendredi à ses actionnaires d'ignorer dans l'immédiat l'OPA hostile du géant minier BHP Billiton, indiquant qu'il allait leur adresser une recommandation après avoir examiné cette proposition.

 

 

Valeurs à suivre

Epiq fait l’objet d’une offre publique de reprise par Elex à 1,75 euro par action.

 

Agenda

Zone Euro : Indice PMI d’août, 1er estimation “flash”.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés