Publicité
Publicité

L'effet ben Laden émoussé à la fermeture de Wall Street

La fin de l'ennemi public planétaire numéro un n'a fait que peu frissonner les marchés. D'autres arguments ont rapidement pris le dessus et l'euphorie soupçonnée n'a pas été démontrée dans les faits. Wall Street a même laissé des plumes sur la journée.