L'impasse budgétaire pèse sur les actions américaines

Wall Street a achevé la semaine dans le rouge vendredi, gagnée par l'angoisse d'un blocage budgétaire aux Etats-Unis si les parlementaires ne parviennent pas à un accord d'ici lundi soir: le Dow Jones a perdu 0,46% et le Nasdaq 0,15%.

Les marchés européens ont clôturé dans le rouge. Londres a perdu 0,81%, Amsterdam 0,58%. Francfort et Paris ont clôturé sur une note stable. " Les négociations sur le budget américain continuent de préoccuper les investisseurs, alors que les parlementaires sont censés trouver un terrain d'entente avant la fin de l'exercice 2013, le 30 septembre à 23h59, pour éviter la fermeture de services publics jugés non essentiels. Dans ce contexte, prudence et incertitude restent de mises même si les autorités américaines nous ont déjà habitué à des retournements de situation de dernière minute " ont affirmé les analystes de Saxo Banque.

Solvay a enfoncé l’indice Bel20 ce vendredi, même si Colruyt et ThromboGenics ont aussi apporté leur contribution. L’indice de référence de la Bourse de Bruxelles termine du coup l’avant-dernière séance du trimestre sur un repli de 0,31%. Depuis le début de l’année, notre indice national affiche malgré tout une progression honorable de 14%.

ThromboGenics ne peut pas en dire autant. Toujours sous le coup du (radical) changement d’opinion de Kempen, l’action a encore subit d’importants dégagement vendredi, portant à 13,44% le repli de l’action sur la semaine. Depuis le début de l’année, le groupe a perdu plus de 54% de sa valeur.

Le titre Colruyt (-2,56%) s’inscrit lui aussi en bas de tableau, mais cette fois c’est en raison d’un détachement d’un dividende.

Solvay a pour sa part été plombé par l’avertissement sur résultats du groupe français Vallourec. Solvay tire une partie de ses ventes du Brésil - 7% du chiffre d'affaires 2012 selon le dernier rapport annuel de Rhodia - or Vallourec a mis en avant la faiblesse du real pour expliquer son avertissement sur bénéfice.

WALL STREET

La Bourse de New York a terminé dans le rouge vendredi, les investisseurs redoutant une impasse dans les négociations sur le budget fédéral au Congrès. Après le léger rebond enregistré jeudi, les indices boursiers de Wall Street ont nettement replongé.

Le Dow Jones a perdu 0,46% et le Nasdaq s’est replié de 0,15%. Compte tenu des baisses déjà observées de lundi à mercredi, le marché d’actions des Etats-Unis n’a pu éviter sa première semaine négative de septembre, après trois hausses hebdomadaires d’affilée.

Si les démocrates, qui dominent le Sénat, ne trouvent pas un accord avec les républicains, majoritaires à la Chambre, au sujet du budget, les administrations publiques devront fermer leurs portes dès mardi 1er octobre. Selon des économistes, ce blocage pourrait coûter jusqu’à 1,4 point de pourcentage de la croissance économique des Etats-Unis au quatrième trimestre.

United Continental a chuté de 9,28% à 30,91 dollars après une baisse de ses prévisions de revenu par siège.

JC Penney, toujours affecté par son augmentation de capital, a plongé de 13,15% à 9,05 dollars

AGENDA

Union Européenne

Inflation pour la zone euro en septembre, 1ère estimation

Etats-Unis

Activité économique dans la région de Chicago septembre (15h45)

Japon

Production industrielle du mois d’août

Italie

Inflation du mois de septembre

VALEURS A SUIVRE CE LUNDI

UCB

UCB a clôturé son émission obligataire. Le groupe pharmaceutique a placé pour 350 millions d'euros venant à échéance en 2021. Le coupon est de 4,125%.

LEASINVEST REAL ESTATE

Leasinvest Real Estate avise que l'offre publique en Belgique d'un emprunt obligataire est clôturée anticipativement, déjà après le premier jour de la période de souscription, parce que le montant maximum de l'émission de 75 millions d’euros a été atteint.

GBL

Le Groupe Bruxelles Lambert a procédé avec succès au placement d'obligations convertibles pour un montant total de 428,4 millions d'euros. Le groupe voulait lever initialement 400 millions d'euros

Les obligations seront échangeables contre 5 millions d’actions GBL existantes et détenues en autocontrôle.

ROSIER

Offre de reprise de Borealis à 203,38 euros par action, jusqu’au 4 octobre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés