La Syrie et l'emploi US rythment les marchés

Les Bourses mondiales avaient les yeux rivés sur les chiffres mensuels de l'emploi qui se sont avérés décevants. Le bombardement américain en Syrie a également peser dans la balance pour les investisseurs.

Wall Street

La Bourse de New York a terminé la semaine proche de l’équilibre après une chute en milieu de semaine liée à l’annonce de la Fed qui envisage de réduire la taille de son bilan cette année. Le Dow Jones a reculé vendredi 0,03%. Le Nasdaq a abandonné 0,02% et le S&P 500, particulièrement suivi par les investisseurs, a lâché 0,08%.

Les marchés ont ainsi limité la casse suite aux chiffres décevants de l’emploi. Au mois de mars, l’économie américaine n’a créé que 98.000 emplois, le plus faible niveau de créations depuis dix mois. Mais le recul du taux de chômage à 4,5%, son plus bas depuis dix ans, ainsi qu’un salaire horaire moyen en progression ont permis de nuancer un peu le tableau.

En Europe

La plupart des Bourses européennes ont terminé en hausse, portées entre autres par les valeurs de l'énergie et de la consommation, qui ont compensé l'impact de la poussée d'aversion au risque provoquée par les frappes américaines visant une base aérienne en Syrie et par le chiffre très inférieur aux attentes de l'emploi aux Etats-Unis.

Le Bel 20 a lâché 0,04% à 3.819,44 points. À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,27% à 5.135,28 points, un nouveau plus haut de 20 mois, après être brièvement tombé sous 5.100 en matinée. A Londres, le Footsie britannique a pris 0,63%, grâce entre autres à la hausse de l'or, mais à Francfort, le Dax a cédé 0,05%. L'indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,18%.

A l'agenda

France

• 08h30 Indicateurs de conjoncture de la Banque de France
• 12h00 Indicateurs avancés de l'OCDE

Eurozone

• 10h30 Indice Sentix / avril

Valeurs à suivre

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés