La tech a envoyé le Nasdaq au-delà des 7.000 points

La tech a donné le sourire aux marchés américains en ce mardi de rentrée. Les valeurs technologiques ont même propulsé le Nasdaq au-dessus des 7.000 points, une première historique! Les Bourses européennes ont quant à elles terminé en baisse, pénalisées par l'euro fort.

Wall Street

La Bourse de New York a terminé en hausse mardi, les valeurs technologiques envoyant pour la première fois le Nasdaq au-dessus de 7.000 points à la clôture. Le Dow Jones a gagné 0,42% à 24.824,01 points, tandis que le Nasdaq et le S&P 500 ont respectivement pris 1,5% à 7.006,9 points et 0,83% à 2.695,81 points, terminant à des records.

En Europe

La plupart des grandes Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, essentiellement pénalisées par la flambée de l'euro. L'euro, dont le cours est tout particulièrement scruté sur les places riches en valeurs exportatrices, a grimpé mardi jusqu'à 1,2081 dollar, son plus haut depuis près de quatre mois.

"Ce premier jour de négoce est peut-être un concentré de ce qui nous attend en 2018: une plus grande volatilité liée à la dissipation des craintes sur la réforme fiscale américaine, des prix d'actions qui continuent de monter et généralement plus de prise de risques", a analysé Jochen Stanzl, du cabinet CMC Markets. L'Eurostoxx 50 a reculé de 0,39%.

  • L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris a perdu 0,45% à 5.288,60 points. Peugeot a reculé de 0,24% à 16,92 euros et Renault de 0,13% à 83,80 euros, sans profiter de la solide progression du marché français des voitures particulières neuves en 2017. Le secteur du luxe a souffert lui aussi de la poussée de l'euro, à l'instar de Kering, (-2,37% à 383,70 euros) ou LVMH (-1,67% à 241,30 euros). Thales a profité (+1,42% à 91,16 euros) d'un relèvement de sa recommandation, tout comme Air France (+3,61% à 14,07 euros). Publicis a pâti à l'inverse (-2,91% à 55,00 euros) d'un abaissement de sa recommandation. SES SA (opérateur de satellites) a bondi de 4,65% à 13,62 euros, rompant avec une année 2017 où le titre a particulièrement souffert, accumulant sur l'ensemble de la période une perte de 37,83%.
  • L'indice Dax de la Bourse de Francfort a cédé 0,36% à 12.871,39 points. Le spécialiste des cosmétiques Beiersdorf a terminé lanterne rouge (-1,74% à 96,20 euros). Lufthansa a plongé de 1,43% à 30,28 euros. La ministre allemande de l'Economie, Brigitte Zypries a rappelé mardi que Berlin faisait tout son possible pour se faire rembourser le prêt-relais de 150 millions d'euros octroyé cet été à Air Berlin en attendant son rachat, par Lufthansa et Easyjet. Parmi les rares valeurs dans le vert, les établissements financiers ont été recherchés: Deutsche Bank a gagné 0,52% à 15,96 euros et Commerzbank 1,19% à 12,65 euros.
  • A Londres, l'indice FTSE-100 a reculé de 0,52% à 7.648,10 points, pénalisé par des prises de bénéfices après les sommets historiques atteints la semaine dernière. Parmi les minières, Antofagasta a perdu 0,40% à 1.001,00 pence tandis que BHP Billiton gagnait 0,43% à 1.529,00 pence et Rio Tinto 1,18% à 3.988,50 pence. Plusieurs valeurs sensibles à la livre ont souffert de sa hausse face au dollar, à l'instar du fabricant de spiritueux Diageo (-1,72% à 2.678,00 pence) et du groupe de produits de grande consommation Reckitt Benckiser (-1,72% à 6.800,00 pence). Marks and Spencer a résisté (+0,41% à 316,10 pence) après avoir annoncé la vente de ses magasins à Hong Kong et à Macao. Le groupe de restauration collective Compass a reculé (-1,25% à 1.580,00 pence), alors que son directeur général, Richard Cousins, et sa famille ont été tués dans un accident d'hydravion le soir du réveillon en Australie. Le groupe aérien IAG s'est distingué en prenant 2,73% à 668,80 pence après avoir annoncé en fin de semaine dernière le rachat d'actifs de la compagnie autrichienne à bas coûts Niki, insolvable comme sa maison mère Air Berlin.
  • L'indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles a quasi stagné (+0,04% à 3.979,53 points). La plus forte progression a été réalisée par le producteur d'acier Aperam (+2,34% à 43,93 euros). Le groupe de biotechnologies Galapagos a de son côté enregistré le plus fort recul (-1,39% à 77,88 euros).

A l'agenda

Mercredi 3 janvier

Allemagne

  • 10h Demandeurs d'emploi, taux de chômage / déc.

Etats-Unis

  • 16h Indice ISM manufacturier / décembre
  • 16h Dépenses de construction / novembre
  • Ventes automobiles / décembre
  • 20h Compte rendu du FOMC de décembre

Japon

  • Marchés fermés

Valeurs à suivre

Mercredi 3 janvier

Belgique

  • Dalenys: offre de rachat par Natixis contre 9 euros par action. Jusqu’au 22 janvier.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect