Les marchés repartent à la hausse

Wall Street a fini en nette hausse jeudi, portée par l'euphorie autour du nouvel iPhone d'Apple et par des indicateurs économiques médiocres qui éloignent la perspective d'une hausse de taux à court terme aux Etats-Unis. Des nouvelles qui ont également fait du bien aux Bourses européennes.

Wall Street

Les grands indices US ont terminé en nette progression ce jeudi grâce au soutien de l'action Apple, toujours très recherchée, et à une série d'indicateurs mitigés qui tendent à réduire encore les anticipations de hausse des taux de la Réserve fédérale dès sa réunion de la semaine prochaine. La production industrielle a reculé outre-Atlantique plus fortement qu'attendu en août, tandis que les ventes de détail ont déçu. A l'inverse, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont moins augmenté que prévu.

Le Dow Jones a avancé de 0,99% à 18.212,62 points et le S&P500 a flirté avec les 2.150 points au prix d'une progression de 1,01%. Toujours sous l'effet Apple, le Nasdaq s'est rapproché de ses records. Le groupe californien profite depuis quatre séances de l'optimisme entourant le lancement de son nouveau téléphone. L'action Apple a pris 3,40% à 115,57 dollars, soit 12 dollars de plus qu'en début de semaine. Le fabricant de pneus Goodyear a vu son titre bondir de 5,19% à 32,40 dollars après l'annonce d'une hausse de près de moitié du dividende versé à ses actionnaires.

En Europe

Les Bourses européennes ont inversé jeudi la tendance baissière des derniers jours en repartant doucement à la hausse, les investisseurs appréciant diversement une salve d'indicateurs contrastés venant des Etats-Unis. L'Eurostoxx 50 a gagné 0,30%.

→ La Bourse de Paris a terminé en très légère hausse à +0,07%. L'indice CAC 40 a gagné 2,96 points à 4.373,22 points dans un volume d'échanges de 3,11 milliards d'euros. EDF a perdu 1,65% à 11,01 euros après l'accord du gouvernement britannique à la construction de la centrale nucléaire Hinkley Point C, un projet controversé de 18 milliards de livres porté par le groupe français avec le soutien d'une compagnie chinoise.

→ La Bourse de Londres a terminé en hausse de 0,85%, satisfaite par la décision de la Banque d'Angleterre (BoE) de maintenir son soutien à l'économie, en se laissant la possibilité de le renforcer si besoin. A la clôture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a pris 56,99 points à 6.730,30 points. L'enseigne de distribution Morrison s'est illustrée avec un bond de 7,49% à 208,10 pence, ses résultats trimestriels, avec une bonne tenue de son chiffre d'affaires et de sa rentabilité, ayant plu aux investisseurs. Dans la foulée, d'autres distributeurs ont eu les faveurs du marché, à l'image de Sainsbury (+2,08% à 240,00 pence) et Tesco (+4,92% à 169,65 pence).

→ La Bourse de Francfort a terminé en hausse, notamment tirée par Siemens, après cinq séances d'affilée dans le rouge. L'indice vedette Dax a terminé en hausse de 0,51% à 10.431,20 points. Le MDax des valeurs moyennes a quant à lui gagné 0,14% à 21.106,31 points. Siemens a gagné 3,03%, à 105,55 euros. Volkswagen a baissé de 0,12%, à 122,40 euros. Les énergéticiens EON et RWE ont tous les deux cédé 0,78%, à respectivement 6,60 euros et 14,61 euros. Le chimiste Bayer a perdu 2,33%, à 91,37 euros.

→ La Bourse de Bruxelles a terminé en hausse de 0,57% , l'indice Bel 20 des principales valeurs vedettes de la place belge terminant à 3.522,74 points. Le brasseur AB InBev a progressé de 1,79% à 110,90 euros. Seules cinq valeurs de l'indice vedette ont terminé dans le rouge, dont l'opérateur de télécoms Proximus (-1,21% à 26,58 euros).

Les valeurs à suivre

L'agenda du vendredi 16 septembre

Economie/Finance

Chine

  • Marchés fermés

Slovaquie

  • Sommet à 27 sur l’avenir de l’Union européenne

Zone euro

  • 11h Coûts salariaux / T2

Etats-Unis

  • 14h30 Prix à la consommation / août
  • 16h Indice de confiance du Michigan (1ère estim.) / septembre

Portugal

  • Revue par S&P de la note souveraine

Entreprises

Belgique

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés