Publicité

Manque d'enthousiasme sur les marchés

Les Bourses européennes ont, dans l'ensemble clôturé en légère hausse mercredi. Le Bel20 cédait, pour sa part, un petit 0,09%. A la bourse de New York, le surplace était le meilleur qualificatif de ce début de semaine.

Wall Street dans l’attente des intentions de la Fed

Wall Street a terminé en baisse modérée mercredi, ce qui veut dire, après les modestes gains de la veille, que la place boursière américaine continue de faire du surplace à un niveau élevé en attendant d'y voir plus clair sur les intentions de la Réserve fédérale.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,73%, soit 113,35 points, à 15.337,66. Le S&P-500, plus large, a perdu 8,77 points, soit 0,52%, à 1.685,39. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 15,17 points (-0,41%) à 3.669,27.

Les mouvements des indices, toujours en hausse de près de 20% depuis le début de l'année, ont été amplifiés par l'étroitesse des volumes, qui s'explique par la torpeur estivale et la fin de la saison des résultats.

L'indicateur du jour a une nouvelle fois brouillé les pistes concernant les prochaines décisions de la Fed, que certains voient dénouer son programme de soutien à l'économie, au rythme de 85 milliards de dollars de rachats d'actifs obligataires par mois, dès le mois prochain.

Mais le fait que les prix producteurs sont restés inchangés en juillet, évolution susceptible de favoriser une éventuelle spirale déflationniste préjudiciable à la croissance, plaide en faveur du maintien du programme d'assouplissement quantitatif de la Fed, le principal, voire le seul, facteur de Wall Street depuis le début de 2013.

Du côté des valeurs, Apple a pris 1,82% à 498,50 dollars, repassant en séance la barre de 500 dollars pour la première fois depuis janvier, après que l'homme d'affaires activiste Carl Icahn a annoncé mardi avoir accumulé une forte position au sein du groupe.

En revanche, le titre Macy's a perdu 4,47% à 46,33 dollars après que le groupe de distribution a fait état de ventes trimestrielles inférieures aux attentes et d'une révision à la baisse de ses objectifs annuels.

Les Bourses européennes sans enthousiasme

Les Bourses européennes ont, dans l'ensemble clôturé en légère hausse mercredi, les investisseurs ayant bien accueilli, mais sans enthousiasme les bons chiffres de la croissance en zone euro, notamment en Allemagne et en France.

La zone euro, qui restait sur six trimestres consécutifs de repli, est officiellement sortie de récession au deuxième trimestre, avec un produit intérieur brut en hausse de 0,3%, soit plus que ce que prévoyaient les économistes (+0,2%).

Le PIB de l'Allemagne a affiché une croissance de 0,7%, et celui de la France de 0,5%. Il s'agit pour la France de la progression la plus forte depuis le 1er trimestre 2011.

L'Eurostoxx 50 a progressé de 0,37%.

La Bourse de Paris a capitalisé sur les chiffres encourageants de la croissance pour se hisser à un nouveau plus haut annuel en clôture. L'indice CAC 40 a pris 0,53% à 4.114,2 points, dans un volume d'échanges faible de près de 2,2 milliards d'euros.

Peu sensible à la reprise économique en zone euro, la Bourse de Londres a clôturé en baisse, l'indice FTSE-100 perdant 0,37%, à 6.587,43 points.

À Francfort, les bons chiffres de la croissance n'ont que partiellement compensé les mauvaises nouvelles de poids-lourds. À la clôture, l'indice Dax a terminé à 8.438,12 points, en hausse de 0,27% tandis que le MDax des valeurs moyennes ne faisait guère mieux à 14.855,42 points (+0,51%).

La Bourse de Bruxelles s’est, elle-aussi, démarquée à la baisse L’indice Bel 20 a laissé un orteil en territoire négatif (-0,09%), stagnant ainsi autour des 2.830 points.

L’action KBC est restée insensible aux faveurs de Barclays (-0,43% à 35,99 euros). Le broker a pourtant relevé son objectif de cours à 40 euros, contre 38 euros avant. Barclays s’est également penché sur la valeur UCB, entamant la couverture avec un objectif de cours de 46 euros et une recommandation à " neutre ".

Enfin, deux seuils psychologiques: l'action Colruyt flirte avec son record historique en clôturant à 43,15 euros (+1,18%), alors qu’elle avait grimpé en intraday le 19 juillet dernier à 43,16 euros. Ensuite, bpost cote finalement au-dessus de son prix d'introduction en Bourse, à 14,82 euros (+0,95%) contre 14,50 lors de son IPO.

L’agenda de ce jeudi 15 août

ECONOMIE & FINANCE

• Royaume-Uni

Ventes au détail en juillet, 10h30

• États-Unis

Prix à la consommation en juillet, 14h30

Indice Empire State en août, 14h30

Inscriptions au chômage la semaine arrêtée le 10 août, 14h30

Flux nets de capitaux en juin, 15h

Production industrielle en juillet, 15h15

Indice immobilier NAHB en août, 16h

Indice "Philly Fed" en août, 16h

 

ENTREPRISES

• Belgique

Eckert & Ziegler Bebig: résultats 1S

• Suède

Hennes & Mauritz (H&M) : ventes de juillet

• Suisse

Holcim: résultats 2T

Zurich Insurance Group : résultats 1S

• États-Unis

Wal-Mart Stores : résultats 2T (avant Bourse)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés