Morne fin de semaine sur les Bourses

Les marchés européens ont terminé sur une note hésitante, après avoir digéré une série de statistiques mitigées en provenance des Etats-Unis et de la zone euro. Wall Street finit la semaine dans le rouge.

Après avoir ouvert en hausse, les principaux marchés boursiers européens sont passés en territoire négatif en début d'après-midi. La publication de l'indice de confiance des consommateurs américains a légèrement changé la donne : à la clôture, le DJ Stoxx 600 était en hausse de 0,25% et le Footsie de 0,18%. En revanche, l'AEX a terminé à l'équilibre et le CAC 40 a reculé de 0,3%.

Les investisseurs restent en proie aux craintes liées au ralentissement de la croissance économique aux Etats-Unis et en Chine. Même la croissance en zone euro, ressortie à 1% au deuxième trimestre, mieux qu'espéré par les analystes, n'a pas réussi à rassurer les marchés. De fait, la croissance record enregistrée par l'Allemagne (+2,2%) cache une reprise très inégale, comme en témoignent notamment les chiffres publiés par les pays "périphériques", notamment au Portugal et en Espagne (+0,2%).

Les économistes, qui mettent en garde depuis des mois contre les disparités à l'intérieur de la zone euro, craignent toujours un essoufflement de la croissance vers la fin de l'année, sur fond de plans d'austérité budgétaire et de réformes difficiles comme celles des retraites.

En outre, l'annonce d'un montant de dettes record des banques espagnoles vis-à-vis de la Banque centrale européenne, à plus de 130 milliards d'euros, a ravivé les craintes entourant le secteur financier européen.

La Bourse de Bruxelles a subi le plus net revers du jour parmi les marchés européens, les résultats décevants de Delhaize s'ajoutant à une tendance déjà négative par ailleurs. Malgré une ouverture en légère hausse, le Bel 20 a cédé 0,8% à 2.485 points. Le groupe de distribution a plongé de 11,2% à 51,75 euros, sa plus forte chute depuis le mois d'octobre 2008.

Le retard de l'indice belge par rapport aux autres places boursières européennes est dû en grande partie au plongeon de plus de 8% du titre Delhaize, qui représente 9% de la pondération de l'indice vedette de la Bourse de Bruxelles. Le groupe a fait part de résultats trimestriels en-dessous des attentes et a abaissé ses prévisions de bénéfice pour l'ensemble de l'exercice.

Wall Street

Plusieurs acquisitions dans les secteurs de l’énergie et de la technologie ont animé Wall Street, ainsi que des résultats de sociétés décevants dans la distribution. Les indicateurs du jour (l’indice de la confiance des consommateurs américains, les ventes de détail et les prix à la consommation) ont confirmé le constat d’une reprise en train de ralentir.

Le Dow Jones a perdu 0,16 % à 10.303,15 points. Le Nasdaq des valeurs technologiques s’est incliné de 0,77 % à 2.173,48 points. Le S&P500 a lâché 0,40 % à 1.079,25 points.

 

L'indice de la confiance des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan a rebondi en août à 69,6 points, après sa chute de juillet. Mais les économistes espéraient un peu mieux (70 points).

Les ventes de détail sont reparties à la hausse en juillet (+0,4%), après deux mois de baisse, mais ce rebond est un peu plus faible que prévu.

Du côté de l'inflation, les prix à la consommation sont également remontés après trois mois consécutifs de baisse (+0,3%), un peu plus qu'attendu, apaisant temporairement les angoisses des investisseurs face à la possibilité d'une déflation.

Le marché obligataire repartait à la hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 2,704% contre 2,735% jeudi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,892% contre 3,931% la veille.

Les prix du pétrole ont baissé pour la quatrième séance d'affilée vendredi à New York, sur un marché toujours inquiet du ralentissement du rythme de la reprise économique et de ses conséquences sur la consommation d'or noir. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre a terminé à 75,39 dollars, en recul de 35 cents par rapport à la veille. Il accumule désormais une perte de plus de six dollars, soit 7,5%, sur les quatre dernières séances.

 

L’agenda macroéconomique

USA

Activité industrielle de la région de New York août (14H30)

Flux de capitaux à long terme mai (15H00)

 

JAPON

PIB 2T

 

BELGIQUE

Commerce extérieur mai (17H00)

 

ITALIE

Comptes courants juin

Valeurs à suivre ce lundi

 

 

ALLEMAGNE

Hochtief: résultats 2T

 

JAPON

Kirin Holdings: résultats 2T

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés