Morning comment

Les Bourses ont réagi en baisse un peu partout dans le monde aux derniers événements grecs mais les reculs ont été moins prononcés qu'on ne le craignait.

Wall Street

Wall Street a mieux résisté que les marchés européens. La place new-yorkaise a tout de même terminé dans le rouge faisant preuve de prudence au lendemain du rejet par référendum des demandes des créanciers de la Grèce. Le Dow Jones a perdu 0,26% à 17.683,58 points et le Nasdaq 0,34% à 4.991,94 points. Le S&P500 a suivi la tendance en reculant de 0,39%  à 2.068,76 points.
Le marché américain a tout de même pris le temps de digérer un chiffre jugé plutôt bon par les analystes sur l'économie des Etats-Unis, où l'activité a légèrement accéléré dans les services en juin.

Pour les valeurs, le groupe d'assurance-santé américain Aetna a cédé de 6,44% à 117,43 dollars après l'annonce du rachat de son concurrent américain Humana pour 37 milliards de dollars pour créer un géant du secteur. Humana a gagné 0,78% à 188,96 dollars.

Weight Watchers, spécialiste de la perte de poids, a grimpé de 8,07% à 4,42 dollars après des rumeurs de rachat de la majorité de ses parts par un fonds activiste. La valeur de son titre a été divisée par cinq depuis le début de l'année à Wall Street.

En Europe 

  • Les Bourses européennes accusent le coup après le référendum grec

Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse lundi, plombées par la victoire du non au référendum grec, et attendant d'en savoir plus sur la poursuite des négociations entre le pays et ses créanciers. L'Eurostoxx 50 a reculé de 2,22%.

  • Paris: -2,01%

L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris a perdu 96,68 points (-2,01%) à 4.711,54 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,6 milliards d'euros.  Le secteur bancaire a fini sous pression, à l'image de BNP Paribas (-4,24% à 51,97 euros), Crédit Agricole (-2,77% à 13 euros) et Société Générale (-3,78% à 40,40 euros). Le secteur industriel a également souffert: ArcelorMittal a perdu 3,17% à 8,43 euros et Saint-Gobain 2,03% à 39,74 euros.

  • Londres: -0,76%

A Londres, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a cédé 50,10 points (-0,76%), à 6.535,68 points. Rolls-Royce a chuté de 6,30%, à 802,5 pence, à la suite d'un nouvel avertissement sur résultats. Le secteur financier a souffert, avec Schroders (-3,56% à 3.061 pence), Royal Bank of Scotland (RBS) (-3,56% également à 346,5 pence) ou Barclays (-1,58% à 258,80 pence). Marks and Spencer a gagné pour sa part 1,58% à 547 pence.

  • Francfort: -1,52%

L'indice Dax de la Bourse de Francfort a nettement reculé de 1,52% à 10.890,63 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes a cédé 1,01% à 19.673,56 points. L'immense majorité des valeurs du Dax ont terminé dans le rouge.  Parmi les rares exceptions, le groupe de logistique Deutsche Post (+2,26% à 26,73 euros) et le producteur de sel et d'engrais K+S (+0,36% à 38,81 euros). Le constructeur automobile Daimler (-0,87% à 82,03 euros) et le groupe de santé Fresenius (-0,88% à 57,35 euros) ont limité les dégâts. En queue d'indice, les valeurs bancaires restent les plus affectées par la crise grecque. Deutsche Bank a lâché 2,95% à 27,35 euros, et Commerzbank a chuté de 3,73% à 11,23 euros.

  • Bruxelles: -1,53%

Le Bel 20 a perdu 1,53%, terminant à 3.536,87 points. A l'exception du groupe pharmaceutique UCB (+0,02% à 65,59 euros), toutes les valeurs du Bel-20 ont terminé dans le rouge. La plus forte chute a été enregistrée par KBC (-3,26% à 57,93 euros), suivi par le groupe énergétique GDF (-2,39% à 16,32 euros).

Les valeurs à suivre

agenda

Mardi 7 juillet

Économie/finances

Allemagne

  • Production industrielle du mois de mai (8h)

Royaume-Uni

  • Production industrielle du mois de mai (10h30)

États-Unis

  • 14h30 Balance commerciale/mai
  • 21h Crédit à la consommation/mai

Entreprises

Royaume-Uni

  • Marks & Spencer: point sur l’activité du premier trimestre

Belgique

  • Van de Velde: chiffre d’affaires semestriel

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés