Rude semaine pour les marchés

Les indices européens ont fébrilement hésité entre des trajectoires opposées. La majorité a choisi la décroissance, à l'exception du Dax. La succession d'indicateurs en provenance des Etats-Unis a créé la confusion.

Le PIB américain a déprimé les cours, avant que l'indice de l'activité économique les réconforte, puis que l'indice du moral des ménages les décourage à nouveau...

Les marchés européens ont ouvert sans réelle tendance pour cette dernière séance hebdomadaire. Au lendemain d'une énième clôture négative de Wall Street, suivie d'un net recul de Tokyo, les marchés attendaient la publication de la première estimation du PIB aux Etats-Unis pour le deuxième trimestre 2010. Les analystes tablaient sur une progression de 2,5% au deuxième trimestre contre 2,7% sur les trois premiers mois de l'année, s'attendant donc à un ralentissement de l'activité. Mais le frein à la croissance US s'est avéré plus net que prévu.

La Bourse de New York a ainsi livré ses premiers échanges dans le rouge et l'Europe boursière a suivi, à l'exception de Francfort.

Le DJ Stoxx 600 a abandonné 0,36 % à 255,35 points. Les compartiments de la chimie, de l'automobile et des appareils ménagers ont mené les hausses sectorielles, toutes en-dessous d'un pourcent.

A Bruxelles, le Bel 20 a réduit ses pertes à 0,81 % pour 2.517,30 points, alors que l'indice bruxellois avait mis en fuite près de 2 %. Malgré la croissance négative, trois valeurs phares ont poussé le marché belge dans le vert. Bekaert s'est d'ailleurs envolé de 10,90 % à 166,90 euros. Le spécialiste des produits tréfilés a enregistré des résultats semestriels supérieurs aux attentes, a annoncé son intention de spliter ses actions en trois et de distribuer un dividende intérimaire de 2 euros brut unitaire.

Belgacom n'a pas profité longtemps de son relèvement de perspectives de chiffre d'affaires pour 2010. Le titre a clôturé sur un microscopique recul de 0,02 %. KBC s'est replié de 4,35 %, en tête des régressions.

A Paris, le CAC 40 s'est délesté pour la seconde fois de 0,24% dans un marché fébrile où deux indicateurs américains meilleurs que prévu n'ont pas réussi à compenser la déception sur la croissance au deuxième trimestre. L'indice vedette a lâché 8,77 points à 3.643,14 points, dans un volume d'échanges de 4,237 milliards d'euros.

L'indice Dax des trente valeurs vedettes de la Bourse de Francfort a terminé vendredi en hausse, inversant la tendance en fin de séance dans la foulée de Wall Street. Le Dax a terminé en hausse de 0,22% à 6.147,97 points, et le MDax en baisse de 0,46% à 8.366,56 points.

Après un début de séance laborieux, les investisseurs ont repris quelque peu confiance à la faveur d'indicateurs meilleurs que prévu, et du passage furtif de l'indice Dow Jones dans le vert.

La Bourse de Londres a terminé en baisse vendredi, l'indice Footsie-100 des principales valeurs cédant 55,93 points, soit 1,05% par rapport à la clôture de jeudi, à 5.258,02 points.

Enfin, l'AEX a rendu 0,45 % à 330,64 points.

 

WALL STREET :

Le coup de froid amorcé mardi à la Bourse de New York aura finalement été enrayé de justesse en fin de séance vendredi à Wall Street, la place financière américaine clôturant la journée quasiment à l’équilibre après une longue stagnation dans le rouge. 

Le Dow Jones reste quasi stable (-0,01 %) à 10.465,94 points après avoir lâché jusqu’à 120 points, soit plus de 1 %, en cours de séance. Le Nasdaq, à dominante technologique, progresse de 0,13 % à 2.254,70 points et le S & P 500 rogne 0,01 % à 1.101,60 points. 

Déjà mis à rude épreuve jeudi par les investisseurs, le titre Goodyear a par contre poursuivi sa descente en enfer, lâchant vendredi 5,32 % à 10,67 dollars.

Les temps sont durs aussi pour l’équipementier en télécoms Motorola. Les très bons résultats obtenus au 2e trimestre laissent les investisseurs de marbre: le titre a cédé vendredi 1,58 % à 7,49 dollars.

Les télécoms ne sont du reste guère à l’honneur: le titre de l’opérateur téléphonique Sprint perd lui aussi pas mal de terrain. Il clôture en effet la semaine sur une baisse de 3,99 % à 4,57 dollars.

On relèvera toutefois quelques éclaircies dans la grisaille, à commencer par le fabricant canadien de téléphones Research in Motion (RIM), dont le titre continue de bénéficier de rumeurs de lancement prochain d’un nouveau BlackBerry pour concurrencer l’iPhone d’Apple. Le titre a gagné vendredi 3,29 % supplémentaires à 57,53 dollars. Alcoa progresse pour sa part de 1,36 % à 11,17 dollars.  

 

AGENDA (LUNDI 2 AOÛT)

 

FRANCE

Chiffre du marché automobile (juillet)

 

USA

Dépenses de construction (juin)

Indice ISM de l’activité manufacturière (juillet)

 

JAPON

Marché automobile (juillet)

 

ITALIE

Ventes de voitures (juillet)

 

VALEURS A SUIVRE CE LUNDI :

 

BELGIQUE

UCB : résultats 2e trimestre (avant Bourse)

GBL : le holding d’Albert Frère est désormais en négociations exclusives avec le groupe CMA CGM, numéro 3 mondial du transport de conteneurs, lourdement endetté, en vue de l’acquisition de 30% de son capital.

 

FRANCE

BNP Paribas : résultats 2e trimestre (avant Bourse)

Air Liquide : résultats 1er semestre (avant Bourse)

 

ALLEMAGNE

Metro, Linde : résultats 2e trimestre

 

JAPON

Ricoh : résultats 1er trimestre

 

ROYAUME UNI

HSBC : résultats 1er trimestre

 

PAYS BAS

TNT : résultats 2e trimestre

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés