Snap star incontestée du parquet de New York

C’est sans aucun doute Snap, la maison-mère de la messagerie Snapchat, qui a été la star du jour hier à New York.

Le titre Snap, la maison-mère de la messagerie Snapchat, a gagné pas moins 44% par rapport à son prix d’introduction de 17 euros au terme de sa première journée de cotation, faisant instantanément gagner des centaines de millions de dollars à ses deux jeunes co-fondateurs, et valorisant la société au petit fantôme jaune jusque 35 milliards de dollars, soit davantage qu’Airbnb (qui n’est pas encore coté). Le titre a fini sa course folle à 24,48 dollars, mais a touché les 26,05 dollars en cours de séance.

Du reste, la Bourse de New York a fini en baisse de 0,54%, l’indice Dow Jones cédant 113,82 points à 21.001,73 points, tandis que le Nasdaq Composite a reculé de 0,73% à 5.861,22 points. C’est le secteur financier et quelques valeurs comme Caterpillar qui on plombé l’indice, au lendemain d’une séance qui a vu pour la première fois le Dow Jones franchir la barre des 21.000 points et les trois grands indices réaliser leur meilleure performance journalière depuis l’élection de Donald Trump.d

Les marchés européens en mode pause

En l’absence de surprise macroéconomique, les marchés européens ont vécu une journée calme.

Les principaux indices ont clôturé autour de leur point d’équilibre ce jeudi. Comme prévu, l’inflation en zone euro a augmenté de 2,0% sur un an le mois dernier.

Le Cac 40 a progressé de 0,06%, tandis que le Dax allemand a reculé de 0,06% et le Footsie britannique de 0,01%. Porté par le bond d’Engie, le compartiment des "utilities" a mené la tendance européenne avec une hausse de 1,33%.

Engie qui rit, AB InBev qui pleure

A Bruxelles, au lendemain de son bond de 2,13%, le Bel 20 a aussi marqué une pause, clôturant sur un léger gain de 0,21% à 3.668,37 points.

Mais sa progression a été grandement ralentie par le net repli d’AB InBev (-2,50% à 101,30 euros). Le brasseur belgo-brésilien a dévoilé des résultats "décevants" pour le quatrième trimestre et l’exercice annuel. Selon la banque Degroof Petercam, la valorisation est "trop exigeante" avec une prime de 15% par rapport à ses pairs. Par conséquent, elle a maintenu sa recommandation à "réduire" et son objectif de cours à 100 euros.

Le titre Umicore a quant à lui reculé de 3,38% à 48,60 euros à la suite d’un changement de recommandation. La banque suisse UBS a abaissé sa note à "neutre" contre "acheter" auparavant. Ses analystes ont réduit leurs prévisions en raison de la baisse de la croissance prévue en 2017 et de l’incertitude sur l’évolution des bénéfices. C’est pourquoi l’objectif de cours passe de 62 euros à 53 euros.

De l’autre côté du tableau, Engie (+ 8,24% à 12,61 euros) a terminé en tête de l’indice bruxellois. Malgré des chiffres encore dans le rouge pour 2016, l’énergéticien anticipe un retour à la croissance organique cette année grâce aux premiers effets de son plan de transformation. Engie vise entre autres un résultat net récurrent part du groupe de 2,4 à 2,6 milliards d’euros pour 2017.

Les valeurs à suivre ce vendredi 3 mars

Royaume-Uni

London Stock Exchange Group / résultats annuels

WPP / résultats annuels

Suisse

Swiss Life / résultats du quatrième trimestre

France

CGG : résultats 4T et annuels 2016 (7h30)

Gemalto : résultats annuels 2016 (avant Bourse)

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect