Un compromis fiscal a stimulé les investisseurs

Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi, misant sur une prochaine résolution de la crise irlandaise avec l'adoption par Dublin d'un budget d'austérité. Les marchés ont aussi salué la poursuite des baisses d'impôt aux Etats-Unis, qui va soutenir la croissance. A New York, les investisseurs ont dû composer avec des éléments négatifs en fin de séance. Wall Street a clôturé en équilibre.


En trouvant un terrain d’entente à la problématique des avantages fiscaux, le président Obama a davantage rassuré les marchés sur l’état de la reprise mondiale que la réunion des ministres des Finances européens n’a apaisé la crise des dettes souveraines. Les grands argentiers avaient en effet conclu lundi soir que le Fonds de secours ne devait actuellement pas être augmenté.
Les opérateurs européens ne se sont pas laissé abattre par une hausse des commandes industrielles allemandes d'octobre légèrement inférieure aux prévisions, préférant se réjouir d'une résolution proche de la crise irlandaise.
A Francfort, le DAX 30 a dépassé le cap des 7.000 points (7.001,91), un niveau auquel l’indice n’avait plus clôturé depuis le 3 juin 2008.
Le CAC 40 de la Bourse de Paris a progressé de 1,63% à 3.810,50 points.
A Londres, l'indice Footsie-100 a gagné 0,66% à 5.808,45 points.
L'indice Bel-20 de la Bourse de Bruxelles a clôturé en hausse de 0,51% à 2.624,67 points. Le groupe de tréfilerie Bekaert a notamment gagné 3,25% à 83,86 euros.

A New York


Le compromis conclu entre Obama et les républicains sur la prolongation des allégements fiscaux pour tous les contribuables pendant deux ans a ravi les investisseurs de Wall Street également. La Bourse de New York a ouvert en hausse et a connu une séance plutôt positive, bien que l'enthousiasme soit un peu retombé en fin de séance.
Le S&P 500 a touché en début de séance son plus haut niveau depuis septembre 2008, avant de replier sous ses sommets de début novembre. Le Dow Jones a frôlé son plafond du mois dernier. Le Nasdaq est parvenu, lui, à finir à son niveau le plus élevé depuis janvier 2008.

Les indices de Wall Street ont réduit leurs gains au cours de la journée, le Dow Jones passant dans le rouge dans les dernières minutes d'échanges. Il semble que le marché n'ait pas apprécié la conférence de presse d'Obama. Le président américain a promis de lutter contre les allègements d'impôts des riches "lorsqu'ils expireront dans deux ans", et a répété son accusation selon laquelle les républicains ont "pris en otage" la classe moyenne en exigeant que les réductions d'impôts profitent aussi aux plus favorisés.
Autres éléments ayant freiné l'enthousiasme: le fait que les autorités fédérales intensifient leurs investigations sur d'éventuels délits d'initié à Wall Street et la forte hausse des rendements sur le marché des Treasuries.
Le Dow Jones a lâché 0,03% à 11.359,16 points. Le Nasdaq a pris 0,14 % à 2598,49 points. Le S & P 500 a progressé de 0,05% à 1223,75 points. Il a évolué à ses plus hauts niveaux depuis septembre 2008.

Agenda macro-économique


ONU
- Genève: colloque organisé par l’ONU sur "L’impact de la crise financière sur la gouvernance mondiale" en présence du directeur de l’Organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy et du directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn

USA
- Stocks hebdo de pétrole brut aux USA (16h30)

Allemagne
- Commerce extérieur, oct. (8h) — Destatis
- Production industrielle, oct. (12h)

Japon
- Comptes courants, oct.
- Commandes de biens d’équipement pour le mois d’octobre

Grande-Bretagne
- Moral des industriels (CBI)
- Révision trimestrielle de la composition du Footsie

Grèce
- Inflation, nov.

Islande
- Décision de la Banque centrale islandaise sur les taux.

Valeurs à suivre

Etats-Unis
- Halliburton: intervention de dirigeants à la conférence Capital One Southcoast Energy (15h)

Allemagne
- Bayer: conférence de presse annuelle sur la recherche (10h)

Grande-Bretagne
- Kesa Electricals: résultats 1S

Belgique
- Accentis: augmentation de capital avec droit de préférence au prix de 0,02 euro par nouvelle action. L’opération court jusqu’au 16 décembre.

France
- Vranken Pommery Monopole: assemblée générale extraordinaire, à 9h.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés