Publicité

Wall Street a profité d'un repli du dollar pour rebondir

Wall Street a fortement monté jeudi, se basant sur un accès de faiblesse du dollar et des éléments rassurants sur le secteur bancaire pour effacer sa baisse des précédentes séances. Les places européennes ont, elles, terminé en ordre dispersé.

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé ce jeudi, tout en se maintenant près de leurs plus hauts niveaux depuis 7 ans. La séance a été "essentiellement consacrée à la consolidation après la forte journée de gains" enregistrée mercredi, a souligné Pierre Martin de Saxo Banque. Il note d’ailleurs que cette stabilisation a été aidée "par la légère reprise de l'euro". Aussi, le Footsie britannique a pris 0,59% tandis que le Dax a reculé de 0,06% et le Cac 40 de 0,21%.

La Bourse de Bruxelles a terminé la séance en léger repli. Les investisseurs ont préféré temporiser suite au large rebond de la veille. Le Bel 20 a reculé de 0,10% à 3716,18 points, tiraillé entre le bond d’UCB (+2,35% à 67,87 euros) et la baisse de GDF Suez (-1,67% à 18,23 euros).

En revanche, Wall Street a fortement monté, se basant sur un accès de faiblesse du dollar et des éléments rassurants sur le secteur bancaire pour effacer sa baisse des précédentes séances: le Dow Jones a pris 1,47% et le Nasdaq 0,89%. La Bourse s'est élancée sur "un repli du dollar, après sa flambée des dernier jours, et une chute plus forte que prévu des incriptions au chômage" la semaine dernière aux Etats-Unis, ont commenté les analystes de Charles Schwab.

Jeudi, le billet vert a interrompu son envolée et ainsi redonné de l'allant aux indices boursiers, mais plusieurs observateurs jugeaient que l'ampleur du rebond de Wall Street était plus représentative de la sensibilité des investisseurs que d'une vraie tendance de fond.  "Ce n'est pas une nouvelle extraordinaire de voir le dollar perdre quelques plumes, et sa force reste un gros poids pour les exportateurs américains et le marché en général", a jugé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

A L'AGENDA VENDREDI

USA

  • 13h30 Prix à la production/février
  • 14h15 Production industrielle/février
  • 15h Indice de confiance du Michigan (1ère estimation)/mars

Zone euro

  •  Revue de Moody’s sur la note souveraine de l’Union européenne

Grèce

  •   Revue de S&P sur la note souveraine de la Grèce

VALEURS A SUIVRE VENDREDI

  • GBL résultats annuels

  • Thrombogenics : Le traitement de maladies oculaires de la biotech louvaniste n'a rapporté que 8,8 millions d'euros aux Etats-Unis l'an dernier, contre 20,2 millions en 2013. ThromboGenics table sur un léger accroissement du nombre de patients traités avec ce produit permettant d'éviter une intervention chirurgicale. Les comptes de la société ne sont pas plus réjouissants, au contraire. Le chiffre d'affaires plafonne à 13,8 millions d'euros, soit... 99 millions de moins qu'en 2013. Et le bénéfice net de 26,4 millions engrangé alors s'est mué en perte de 51,1 millions en 2014

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés