Wall Street continue à s’inquiéter de la situation dans la zone euro

La Bourse de New York a terminé la séance de mercredi dans le rouge, les investisseurs s’inquiétant de la situation dans la zone euro, notamment en Espagne, qui ne se décide toujours pas à solliciter l’aide des fonds de secours européens, et en Grèce, ou des manifestations violentes ont eu lieu contre de nouvelles mesures de rigueur. Le Dow Jones a reculé de 0,33% à 13 413 points et le Nasdaq de 0,77% à 3 093 points. La tendance a aussi été affaiblie par  l’annonce d’une baisse des ventes de maisons neuves en août aux Etats-Unis, alors que les analystes s’attendaient à une hausse.

Du côté des valeurs, IBM a finalement cédé 0,48% à  204 dollars. Le titre avait été soutenu en début de séance par l’annonce que la directrice générale du groupe, Virginia Romney, allait devenir PDG à partir du 1er octobre. Le portail internet Yahoo!, qui a annoncé un remaniement de sa direction, a reculé de 0,41% à 15,61 dollars. Les valeurs bancaires se sont aussi orientées en baisse. Bank of America a cédé 1,23% à 8,81 dollars, JPMorgan Chase 0,76% à 40,24 dollars et Citigroup 1% à 32,51 dollars.

Rechute brutale des Bourses européennes

La nervosité des marchés, apaisés ces dernières semaines par l'annonce de mesures de soutien de la Banque centrale européenne, est remontée d'un cran ces derniers jours, alors que Madrid ne se décide toujours pas à solliciter l'aide des fonds de secours européens, indispensable pour déclencher l'action de la BCE.

Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a pris le risque d'envoyer un signal négatif aux marchés en déclarant au Wall Street Journal qu'il ne se résoudrait à demander un plan de sauvetage que si les coûts d'emprunt de Madrid devaient rester durablement élevés. Mercredi, le pays, qui reste ancré dans la récession, a vu ses taux d'emprunt à 10 ans repasser au-dessus des 6% sur le marché obligataire secondaire.

Et les conditions draconiennes imposées par Bruxelles, l'addition de 150 milliards d'euros d'économies prévues entre 2012 et 2014 pour réduire le déficit public à moins de 3% alors que le pays ploie sous un taux de chômage de 24,63%, font monter le mécontentement social.

La Catalogne a convoqué des élections régionales anticipées et des affrontements ont éclaté mardi soir à Madrid entre policiers et manifestants du mouvement des Indignés qui s'étaient rassemblés par milliers aux abords du Congrès des députés.

Les mauvaises nouvelles sur le front des indicateurs ont pesé sur les valeurs les plus sensibles au cycle économique - l'indice sectoriel paneuropéen de l'automobile a cédé 3,14% - mais les financières ont le plus souffert (-3,73% selon l'indice Stoxx 600 de référence) en raison de la résurgence de la crise de la dette.

Dans ce contexte, l'indice CAC 40 a clôturé en recul de 2,82% à 3.414,84 points, accusant ainsi sa plus forte baisse en une séance depuis le 23 juillet pour retomber à un niveau proche de celui ayant précédé le feu vert de la BCE au début du mois sur des rachats sans limite d'obligations souveraines. La Bourse de Londres a perdu 1,56%, celle de Francfort 2%.

L'indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a terminé la journée de mercredi en chute de 3,29%. La quasi-totalité des valeurs ont clôturé dans le rouge mais les banques ont été les plus touchées par cette vague de défiance, perdant pour la plupart entre 5 et 7%.

L'indice Bel 20 a abandonné 1,83% à 2.405 points, dans le sillage négatif de 17 de ses composants, dont 9 ont perdu plus de 2%. Collant parfaitement à la tendance sectorielle en Europe, où bancaires et industrielles trinquaient le plus, KBC et Nyrstar se sont distingués à la baisse en chutant de plus de 5%.

Hors Bel20, TiGenix est retombé de 5,38% à 0,88 euro. L’action a subi de vives prises de bénéfices. Depuis lundi, le titre s'était envolé de plus de 39%. La cotation de Transics a repris à 15h30 et le cours se rapproche du prix de l'OPA de Tavares (+4,19% à 7,46 euros).

Agenda

ECONOMIE/FINANCES

Belgique
- Inflation septembre

Allemagne
- Chômage septembre, 10h

Zone euro
- Masse monétaire août, 10h
- Confiance des entrepreneurs et consommateurs septembre, 11h

Etats-Unis
- Commandes industrielles septembre, 14h30
- PIB trimestriel, 14h30
- Inscriptions au chômage pour la semaine arrêtée au 22 septembre, 14h30
- Commandes de biens durables pour le mois d’août, 14h30
- Promesses de vente immobilières d’août, 16h00

Italie
- Adjudication obligataire à moyen et long termes

Grande-Bretagne
- PIB trimestriel, deuxième estimation

Espagne
- Présentation du budget 2013, qui devrait être marqué par la rigueur

ENTREPRISES

Canada
- Research in Motion: résultats trimestriels 2012/2013, après Bourse

Etats-Unis
- Accenture: résultats trimestriels
- Nike: résultats trimestriels
- Micron Technology: résultats pour le quatrième trimestre, après Bourse

Suède
- Hennes & Mauritz: résultats pour le troisième trimestre

Valeurs à suivre ce jeudi

Colruyt. A l'occasion de son assemblée générale, Colruyt a annoncé jeudi tabler sur le même résultat net que l'an dernier, c'est-à-dire 349,2 millions d'euros. La crise, la pression sur les prix et la hausse des matières premières incitent en effet le groupe de distribution à la prudence. Ces chiffres se situent en-deça des attentes du marché puisque les analystes tablaient sur 358 millions d'euros. Colruyt a aussi annoncé que son dividende au titre de l'exercice 2011-2012 s'élèverait à 0,95 euro contre 0,92 euro un an auparavant. "Soit une augmentation de 10% par an depuis 10 ans", a précisé le groupe.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés