Wall Street en baisse, noyée dans le brouillard de la Fed

La Bourse de New York a fini en baisse pour la cinquième séance consécutive jeudi dans un marché toujours dans le brouillard quant au moment que choisira la Réserve fédérale pour commencer à réduire ses mesures de soutien à l'économie. La croissance plus forte que prévu annoncée pour le troisième trimestre n'a pas apporté d'éléments de réponse aux investisseurs qui attendent maintenant les chiffres de l'emploi de novembre, publiés vendredi, pour se faire une idée plus précise de l'évolution de la politique monétaire.

La plupart des économistes pensent que la banque centrale attendra le mois de mars pour commencer à diminuer ses rachats d'obligations du Trésor et de titres hypothécaires, qu'elle effectue actuellement au rythme de 85 milliards de dollars par mois, mais le "tapering" pourrait débuter plus tôt si les chiffres de vendredi montrent un marché du travail vigoureux.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles et le Standard & Poor's 500 ont tous les deux cédé 0,43%, le premier lâchant 68,26 points à 15.821,51 et le second 7,78 à 1.785,03. Il faut remonter à septembre pour voir le S&P 500 aligner une série de cinq baisses consécutives, mais l'indice de référence des gérants américains n'en conserve pas moins un gain de 25% depuis le début de l'année.

Sur le front des valeurs, Apple a progressé de 0,51% à 567,90 dollars, après un plus haut d'un an à 575,14, dans la perspective d'un accord commercial avec China Mobile , le premier opérateur mobile chinois, qui doperait ses ventes d'iPhones.

Microsoft a en revanche plombé le Nasdaq avec un recul de 2,41%, dans des volumes étoffés. Le patron de Ford Alan Mulally, pressenti pour succéder à Steve Ballmer à la tête du géant des logiciels, a affirmé à Bloomberg TV qu'il "adorait servir Ford et qu'il n'y avait pas de changement en vue." Le constructeur automobile, qui a dévoilé ce jeudi sa nouvelle Mustang vendue à l'international, a gagné 0,72%.

Rayon banques, Citigroup a cédé 1,88% et Morgan Stanley 2,96% alors que Deutsche Bank est passée d'"achat" à "conserver" sur les valeurs.

Sur le Nasdaq, l'éditeur de jeux vidéo Electronic Arts a chuté de 5,95% après avoir admis que des problèmes techniques affectant son jeu "Battlefield 4" retarderaient la sortie d'extensions du jeu sorti en octobre.

Rouge toujours, à la Bourse de Bruxelles ce jeudi. Le BEL 20 a en effet perdu 0,81% pour s'établir à 2.766,19 points. Sur les 20 éléments qui le composent, 14 actions ont terminé dans le rouge, une est restée stable et cinq ont conclu la journée dans le vert.


La banque KBC a signé la plus importante perte parmi les actions du BEL 20. Le groupe financier a cédé 2,35% avec un cours de clôture de 39,21 euros. Ageas a lâché 0,66% à 29,92 euros et Delta Lloyd a minimisé sa perte à 0,03%, son action terminant au même cours que mercredi (17,62 euros). Du côté des distributeurs, Delhaize a perdu 1,78% à 40,60 euros et Colruyt a terminé à 40,07 euros avec une perte de 1,73%. Belgacom (-1,60% à 20,03 euros) et Telenet (-0,87% à 39,48 euros) ont aussi perdu quelques plumes.


Pour du positif, il fallait se tourner vers: Umicore (+ 0,68% à 31,93 euros), Thrombogenics (+0,33% à 16,89 euros), UCB (+0,31% à 49,03 euros), Solvay (+0,09% à 108,30 euros) et Cofinimmo (+0,03% à 88,46 euros).


Sur le marché libre enfin, bpost s'est apprécié de 0,89% à 15,88 euros. L'entreprise a bouclé les neuf premiers mois de l'année avec un bénéfice de 200,7 millions d'euros et paiera un dividende intérimaire de 0,93 euro brut par action le 12 décembre.

 

A vrai dire, toute l'Europe était en chute, les marchés craignant un durcissement monétaire américain. Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi déçues par les annonces de la banque centrale européenne (BCE) et inquiètes quant à une fin de la politique ultra-accommodante de la FED, l'économie américaine donnant des signes de ressaisissement. Très attendue depuis le début de la semaine, la réunion de la BCE n'a donné lieu à aucune surprise. Elle a maintenu son taux à 0,25% et aucune autre mesure pour soutenir l'économie n'a été annoncée. Ce sont finalement les indicateurs américains qui ont retenu l'attention des investisseurs.

L'Eurostoxx 50 a lâché 1,29%. La Bourse de Paris a signé une cinquième séance de baisse consécutive jeudi (-1,17%). La Bourse de Londres a clôturé en baisse de 0,18%. A Francfort, l'indice vedette Dax a perdu 0,61%. Recul en vogue aussi à Madrid (-1,56%), à Amsterdam (-1,14%), Milan (-1,75%) et Lisbonne (-0,84%).

 

A l'agenda ce vendredi

Belgique:

- Prévisions économiques Banque nationale

Union européenne:

- Balance des paiements au 3e trimestre

Etats-Unis:

- Dépenses et revenus des ménages en octobre

- Chiffres du chômage et de l'emploi en novembre

- Crédit à la consommation en octobre

- Discours du président de la Fed de Philadelphie, Charles Plosser, à Philadelphie, sur l'économie américaine

Allemagne:

- Publication des prévisions économiques de la Bundesbank

Bali:

- Conférence ministérielle OMC

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés