Wall Street en mode "pause" avant une semaine importante aux Etats-Unis

Sur l'ensemble du mois d'octobre, le Bel 20 a engrangé 3%. A New York, la fin du mois a surtout été marquée par l'attentisme après des semaines de progression.

 

Les principaux indices européens ont terminé la séance à l'équilibre. Les investisseurs avaient privilégié la prudence avant la publication, en début d'après-midi, de l'estimation du PIB au troisième trimestre. Or, la croissance économique des Etats-Unis s'est accélérée, à 2,0% en rythme annuel, et n'a pas accusé de pression inflationniste. Un résultat en conformité avec la prévision médiane des analystes.

Ce premier indicateur a hissé les marchés dans le vert, tendance soutenue par une autre accélération, celle de l'activité économique dans la région de Chicago.

A la clôture pourtant, les ventes de titres ont brièvement repris en anticipation des prochaines échéances américaines. Une réaction légitime à quelques encâblures de la réunion de la réserve fédérale américaine (Fed). Les traders s'interrogent en effet depuis plusieurs jours sur l'ampleur des éventuelles mesures de soutien monétaire. Ils craignent que les décisions que prendra la Fed soient insuffisantes pour maintenir le rythme actuel de la reprise.

Autre donnée macroéconomique reléguée au second plan, le moral des ménages américains est tombé en octobre à son plus bas depuis novembre 2009, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. Les élections de mi-mandat organisées mardi prochain aux Etats-Unis devraient déboucher sur un net recul de la majorité démocrate au Congrès, dans un contexte d'exaspération des électeurs, frustrés par une reprise économique jugée trop lente. "Les habitants de toutes les régions ont pratiquement tous exprimé leur mécontentement vis-à-vis de l'économie. Il ne serait pas étonnant que la confiance des consommateurs rebondisse après les élections, et il serait étonnant que ce rebond ne soit pas seulement temporaire", a jugé le responsable de l'étude, Richard Curtin.

Dans ce contexte, l'indice DJ Stoxx 600 a ponctué sur un gain non significatif de 0,02 % à 265,96 points, affaibli, entre autres, par le recul des valeurs liées aux matières premières (-0,76 %). Les spéculations quant au soutien de la Réserve fédérale ont renforcé le dollar, ce qui a pénalisé les achats de ces matières libellés dans cette devise. Sans compter que le billet vert a nettement progressé après la publication de statistiques qui n'ont justement pas contribué à minimiser l'hypothèse d'un nouveau programme d'assouplissement monétaire.

A Paris, le CAC 40 s'est arrêté à 3.833,50 points (-0,03 %). A Londres, le Footsie a capitalisé 5.675,16 points (-0,05 %). A Amsterdam, l'AEX a le plus perdu (-0,26 % à 337,23 points), entraîné par la chute de 7,56 % de Spyker, le constructeur de voitures de luxe néerlandais ayant fait état de près de 40 millions d'euros de pertes nettes au troisième trimestre.

A Bruxelles, le Bel 20 a, comme tous ses homologues, terminé la séance à l'équilibre (0,06 % à 2.679,07 points). Telenet a pourtant flambé de 4,53 %, atteignant pour la première fois le seuil des 30 euros. Le câblo-opérateur a levé 500 millions d'euros d'obligations contre les 350 initialement prévus.

L'indice vedette a toutefois enregistré une performance de 3,45 % en rythme mensuel, soit sa quatrième de l'année.

 

 

WALL STREET

 

Les investisseurs attendent. La semaine prochaine amènera son lot d’informations qui risquent de peser lourdement sur l’économie américaine. En attendant les verdicts, Wall Street se montre depuis le milieu de la semaine sous un jour hésitant. Vendredi encore, le Dow Jones a clôturé proche de l’équilibre mais en très léger boni (+à,04% à 11.118,49 points) tandis que le Nasdaq, profitant de la vague de bons résultats semestriels, avait grappillé quelques points en séance avant de finir à l’équilibre parfait (+0% à 2507,41 points). Pour la journée de vendredi, le Dow Jones a aussi pâti des performances jugées décevantes du pétrolier Chevron. Son bénéfice était en baisse de 1,6% et son cours a reculé de 2,46% à 82,36 dollars.


Le monde entier gardera au moins un oeil tourné vers le pays de l’oncle Sam en début de semaine prochaine. Après deux années de présidence, le président Barack Obama verra lors des élections de mi-mandat comment les citoyens américains ont digéré sa gestion de la crise.

Mais ce n’est pas tout. La Banque centrale américaine se réunit mardi et mercredi et les résultats de ses consultations sont aussi très attendus. Elle doit en effet détailler le poids des mesures qu’elle entend encore prendre pour relancer l’économie. Jusqu’à présent, les marchés avaient espéré un paquet important qui donnerait un véritable coup de fouet à l’activité. Ils n’y croient plus autant et craignent donc un ralentissement de l’activité.

 

AGENDA


USA


Dépenses et revenus des ménages oct (14h30)
Dépenses de construction sept (16h)
Indice ISM de l'activité manufacturière oct (16h)

JAPON


Immatriculations des véhicules neufs octobre

VALEURS

PAYS-BAS


TNT: résultats 3T

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés