Wall Street finit en baisse, faute de catalyseur

Wall Street a terminé en baisse modérée lundi, les investisseurs ne trouvant pas de nouveaux catalyseurs pour faire monter encore le marché actions américain, qui vient d'enchaîner huit semaines consécutives de hausse, et ce malgré la publication d'indicateurs macro-économiques jugés positifs.

L'indice Dow Jones a donc cédé 0,48%, soit 77,64 points à 16.008,77. Le S&P-500, plus large, a perdu 4,91 points, soit 0,27%, à 1.800,90. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 14,63 points (-0,36%) à 4.045,26. Le repli du marché, resté proche de l'équilibre pendant une bonne partie de la séance, s'est surtout dessiné dans la dernière heure de transactions.

Principal motif de cette modération : on approche de la prochaine réunion de la Fed - des signaux économiques positifs vont-ils pousser la banque centrale à lever le pied et à se montrer plus parcimonieuse en termes d’aides à l’économie? Car, porté par l'anticipation d'un maintien des mesures de soutien de la Réserve fédérale pendant au moins encore quelques mois, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, affiche une hausse de près de 27% depuis le début de l'année. Son actuelle série de gains hebdomadaires est la plus longue depuis celle de neuf semaines de hausse d'affilée intervenue entre novembre 2003 et janvier 2004. Le Dow Jones et le S&P 500 ont multiplié les records en 2013.

 "Nous ne nous attendons pas à un repli significatif, mais nous ne fonçons pas tête baissée étant donnés le niveau auquel est parvenu Wall Street et l'absence de vrais catalyseurs", a estimé John Norris, directeur général de la gestion de fortune chez Oakworth Capital Management. A ce stade, les intervenants de marché sont nombreux à penser que la Fed commencera à diminuer l'ampleur de son programme d'assouplissement quantitatif - qui tourne actuellement au rythme de 85 milliards de dollars de rachats d'actifs obligataires par mois - en mars.

 Côté valeurs, le Dow Jones a été tiré vers le bas par le titre 3M, l'un de ses composants, qui a reculé de 4,37% à 127,68 dollars après que JP Morgan a abaissé sa recommandation sur la valeur de "pondération en ligne" à "sous-pondérer". L'action Forest Laboratories a bondi de 9,76% à 56,32 dollars, affichant la plus forte hausse du S&P 500, après que l'entreprise a annoncé à la fois son intention de racheter auprès de Merck les droits d'un nouveau traitement de la schizophrénie et sa volonté de réduire ses coûts opérationnels de 500 millions de dollars d'ici l'exercice fiscal 2016.

A Bruxelles aussi, l’heure était au repli. Légèrement dans le vert après l'ouverture de lundi, l'indice BEL 20 devait évoluer ensuite de peu dans le rouge à l'instar de ses voisins européens. Et de confirmer un recul de 0,45 pc à 2.858,11 points avec 14 de ses éléments dans le rouge. L'annonce de plusieurs commandes permettait à Recticel (5,42 euros) de se distinguer par un rebond de 9,72% assorti d'un volume de plus de 416.000 exemplaires négociés. Au sein du BEL 20, la plus forte baisse revenait à ThromboGenics (17,11 euros) avec une décote de 3,28%, et ce devant Belgacom (21,50 euros) qui abandonnait 1,71% à la veille de son détachement de coupon.

Les Bourses européennes ont aussi clôturé à la baisse : le FTSE 100 a baissé de 0,89%; le CAC 40 de 0,22%; l’AEX de 0,14%. Le Dax s’est presque stabilisé (-0,04%).

 

A l'agenda ce mardi

Belgique

Immobilier: rétrospective 2013 et perspectives 2014 par Century 21

 

France

Débat sur l'avenir du nucléaire

 

Bali

Conférence ministérielle de l'OMC

 

Etats-Unis

Ventes de voitures (mois de novembre)

 

Zone euro

Prix à la production

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés