Wall Street finit en baisse, pénalisée par les bancaires

Bruxelles (L'Echo) - Après avoir gagné un demi-pourcent en moyenne en matinée grâce aux bons résultats d'Intel, les marchés européens ont déchanté après la publication des résultats de la banque américaine JPMorgan Chase mais surtout des commentaires prudents de son PDG. Les bancaires et les financières ont bu la tasse, en Europe comme à Wall Street, où le S&P 500 perdait environ 1% à l'heure de la clôture européenne.

La banque américaine JPMorgan Chase a publié des résultats meilleurs que prévu avec un bénéfice net multiplié par deux sur l'année, à 11,728 milliards de dollars, et par plus de quatre au dernier trimestre. Mais le titre de la banque reculait nettement à New York, en raison de la prudence affichée par Jamie Dimon, son PDG, qui a indiqué attendre de voir "un vrai rétablissement" avant d'envisager une hausse du dividende.
M. Damon a également noté que le coût du risque (défaut de paiement sur le crédit) restait "élevé", en raison de la situation sur le plan de l'emploi et de l'immobilier aux Etats-Unis.
La banque a d'ailleurs inscrit dans ses comptes au dernier trimestre 7,3 milliards de dollars de provisions pour financer ces risques.

A la clôture, le DAX allemand affichait un important recul de 1,89%. Le CAC 40 a perdu 1,53%, l'AEX 0,77% et le Footsie de 0,78%.

A Bruxelles, le Bel 20 a reculé de 1,36% à 2.538 points, plombé par les importants reculs de KBC (-3,7%), Dexia (-2,7%) et Fortis (-2,3%). GDF Suez a poursuivi son recul (-2,44%) au lendemain d'un abaissement de recommandation de la part de Bank of America Merrill Lynch. Seulement six valeurs ont terminé dans le vert au sein de l'indice, Omega Pharma en tête grâce aux résultats d'Arseus. L'action a pris 2,25% et celle d'Arseus 2,01%.