sabato

Rencontre avec Timothée Chalamet, "the next big thing"

L'acteur Timothée Chalamet (22 ans) est en passe de conquérir Hollywood suite à sa prestation dans ‘Call Me by Your Name’, un film sur le passage à l’âge adulte. ©Hilary Swift / The New York Times

Elle est actrice depuis l'âge de sept ans; il est 'the next big thing' à Hollywood. Elle a une chance de décrocher un Oscar pour 'Lady Bird'; il est l'un des favoris pour 'Call Me by Your Name'. Entretien croisé avec Saoirse Ronan et Timothée Chalamet à propos d'innocence de la jeunesse à l'époque #MeToo, de travail avec des réalisateurs grillés comme Woody Allen et de pauses professionnelles à 23 ans.

 

 

"Savez-vous comment je l'appelle?" demande Saoirse Ronan avec un irrésistible petit rire, en montrant Timothée Chalamet qui vient de nous rejoindre. "Poney! Parce qu'il s'approche de Greta et de moi comme s'il voulait nous caresser avec sa tête", explique-t-elle. Greta, c'est la scénariste et réalisatrice Greta Gerwig. Et comme pour donner raison à sa collègue, Timothée Chalamet se penche contre sa joue. "C'est tellement désarmant!" s'amuse-t-elle. "Mon petit poney!"

Saoirse Ronan est née dans le Bronx mais a grandi en Irlande, d'où sont originaires ses parents. Âgée de vingt-trois ans, elle est actrice professionnelle depuis l'âge de sept ans. 'Reviens-moi', l'adaptation de 'Expiation', le roman de Ian McEwan, l'a rendue célèbre à treize ans. Les critiques ne tarissaient pas d'éloges au point qu'elle a été l'une des plus jeunes nommés dans la catégorie 'Meilleure actrice dans un second rôle'. En 2015, son interprétation d'une Irlandaise souffrant du mal du pays dans 'Brooklyn' lui a valu une nouvelle nomination, cette fois-ci pour 'Meilleure actrice'. Et Saoirse Ronan vient de décrocher un Golden Globe ainsi que sa troisième nomination aux Oscars dans la catégorie 'Meilleure actrice' pour son rôle dans 'Lady Bird', un film de Greta Gerwig dans lequel elle incarne une élève très excentrique dans une école catholique pour filles. Le film a récolté pas moins de cinq nominations aux Oscars, dont 'Meilleur film' et 'Meilleure réalisatrice'.

Timothée Chalamet, 22 ans, incarne le petit ami de Ronan dans 'Lady Bird'. Il est surtout connu pour son rôle émouvant dans 'Call Me by Your Name', également un film sur le passage à l'âge adulte, sorti mercredi dernier dans les salles belges. Le film, réalisé par Luca Guadagnino, qui raconte un amour d'été entre deux jeunes hommes, lui a valu une nomination aux Oscars dans la catégorie 'Meilleur acteur'. Parallèlement, il a joué dans la série 'Homeland' ainsi que dans les films 'Men, Women & Children' et 'Interstellar'.

©Hilary Swift / The New York Times

Désespoir infini

Quel est votre film favori sur le passage à l'âge adulte?
Saoirse Ronan: "'Dirty Dancing', ça compte?"
Pourquoi pas? Bébé devient adulte dans ce film!
Ronan: "J'aime surtout la façon dont les femmes se soutiennent mutuellement. Comme dans 'La fureur de vivre'. Il y a aussi beaucoup de romance dans ce film, mais en plus platonique. Avant le tournage de 'Lady Bird', je ne me rendais pas compte que nous manquions cruellement de films consacrés à des filles qui deviennent adultes sans avoir besoin d'un petit ami pour ça."
Timothée Chalamet: "J'ai été captivé par le livre 'Le monde de Charlie', qui a été porté à l'écran. L'écriture ainsi que le désespoir infini du personnage principal sont caractéristiques de l'adolescence."
Ronan: "Exactement. J'adore ces personnages parce que j'y retrouve des éléments personnels. Quand vous décrochez un rôle dans des films comme 'Lady Bird' ou 'Call Me by Your Name', vous avez une responsabilité: interpréter ce rôle de la manière la plus sincère possible pour que les jeunes qui le regardent s'y reconnaissent. Je me demande "et si je n'y arrivais pas?" Quand je joue, je suis inquiète..."
Chalamet: "Moi aussi, cette question me trotte toujours dans la tête."
Ronan: "Et à chaque fois qu'un film est terminé, je suis soulagée "ouf, j'ai réussi!". Je veux toujours satisfaire les autres. Je ne veux heurter personne. En même temps, en tant qu'actrice, je suis arrivée à un stade où je dois défendre mes décisions et m'octroyer la liberté d'aller dans une autre direction, même si tout le monde autour de moi me dit que je dois faire le contraire. Ce n'est pas facile."

L'actrice Saoirse Ronan (23 ans) vient d'être nommée aux Oscar pour 'Lady Bird', où elle interprète une étudiante excentrique dans une école catholique pour filles. ©Hilary Swift / The New York Times

Échec

Vous avez tous les deux un visage très expressif, qui vous permet d'exprimer des sentiments très complexes sans dire un mot. Est-ce inné ou acquis?
Ronan: "En tout cas, il faut s'entraîner. Plus on le fait, plus vite on est capable d'intégrer ces émotions. Mais bon, on voit parfois à l'écran des enfants incroyablement ouverts et à l'aise."
Comme vous, et surtout votre regard, dans 'Reviens-moi'?
Ronan: "À ce moment-là, je n'avais suivi aucune formation et je n'avais aucune expérience de vie."
Trouvez-vous que vous êtes meilleur à la treizième prise?
Chalamet: "On dit parfois que je ne sais pas cacher mes sentiments. Peut-être que ça tend davantage vers quelque chose d'inné. À l'école de théâtre, ma meilleure leçon a toujours été l'échec. Pendant ces deux années, il y avait une scène sur laquelle je me suis vraiment cassé les dents. Ça ne marchait pas. Une scène de 'The Graduate', dans laquelle je devais jouer Benjamin. Mais c'est justement parce que ça ne marchait pas que quelque chose m'a libéré. Ça m'a poussé à essayer autre chose. Ça n'a pas forcément fait de moi un meilleur acteur, mais ça m'a donné beaucoup plus de liberté."

#MeToo ne change rien pour moi. Je voulais jouer des rôles sensés et équilibrés, et je les ai obtenus.

Ronan: "Certains comédiens ont du mal quand ils reviennent au cinéma. La caméra peut avoir un effet paralysant. Moi, j'aime savoir que la caméra me surveille, à la recherche de ce qu'elle devrait voir. La caméra ne m'empêche pas de revenir à cette sensibilité enfantine que je ressens quand je joue: je me donne à fond dans l'histoire."
Les films dans lesquels vous jouez ne vous rendent-ils pas nostalgique?
Ronan: "Le dénominateur commun entre ces films, c'est que chaque moment est si fort pour celui qui le vit qu'il n'a pas le temps de le digérer. Parce que ce moment est déjà passé. C'est ça qui est tellement déchirant pendant l'adolescence. Ce n'est qu'à la toute fin qu'on se dit "je n'étais pas prêt à sortir de l'enfance". Je suis vraiment nostalgique de l'époque où j'avais sept ou huit ans, quand je vivais encore à la campagne, que j'allais tout simplement à l'école et que j'avais quelques amis. Cette simplicité me manque."
Voulez-vous dire que le tapis rouge est à mille lieues d'un petit village irlandais?
Ronan: "Je ne sais pas comment c'était pour toi, Timmy, quand tu as vécu la cérémonie des Oscars pour la première fois. Quand ça m'est arrivé avec 'Brooklyn', c'était extraordinaire, bien sûr! C'était aussi très impressionnant. Comme je le disais, c'est fini avant d'avoir eu le temps de le digérer. Cette fois-ci, je suis plus détendue. Peut-être parce qu'on peut y aller ensemble?"
Chalamet: "Pour moi, c'est déjà très enthousiasmant d'être avec tous ces gens."

©Hilary Swift / The New York Times

#MeToo

 Le mouvement #MeToo ne complique-t-il pas les choses? Le tapis rouge est en soi déjà assez intimidant sans, en plus, devoir dire quelque chose d'intelligent sur la morale sexuelle, non?
Ronan: "C'est un sujet brûlant. Aux Golden Globes, j'avais l'impression que nous étions là avec un objectif, plus que je ne l'avais jamais ressenti lors d'un autre événement."
Enfants, imaginiez-vous qu'on ne traitait pas les femmes de la même façon sur un plateau de cinéma?
Ronan: "J'ai toujours été prompte à la riposte et je sentais clairement qu'on m'écoutait. Mais ce qui se passe aujourd'hui m'a poussée à porter un regard rétrospectif, tant sur le plan professionnel que privé. Et je constate qu'effectivement, les hommes et les femmes n'ont pas les mêmes opportunités. Nous ne jouons pas dans la même cour de récréation. Alors que j'étais en compagnie de la presse avec Greta, je l'ai entendue parler de son rôle de réalisatrice et je me suis dit que je voudrais essayer de réaliser un petit film un jour. De rester actrice tout en faisant un film de temps en temps. Mais pourquoi donc je ne pense pas que je pourrais devenir une grande réalisatrice? Beaucoup de femmes croient qu'elles ne pourront jamais connaître le succès en tant que réalisatrices, une fonction qui fait autorité. Quand j'ai vu Greta, ça c'est imposé: je pouvais aller plus loin."
Chalamet: "J'ai la chance d'avoir une soeur aînée qui m'a toujours clairement expliqué ce que ressent une femme qui partage ses idées. Et que ces idées sont perçues tout à fait différemment lorsqu'elles viennent d'une femme. Nous sommes jeunes et nous resterons encore des années dans le circuit, espérons-le. Il est donc de notre responsabilité de changer cette perception."
Ronan: "J'ai peut-être mis du temps à constater que la dynamique sur un plateau n'était pas toujours équitable. Mais depuis l'âge de douze ans, je me suis toujours rendu compte que la presse ne me posait pas les mêmes questions qu'aux hommes. Genre: pour quelle célébrité craqueriez-vous? Ou: portez-vous vraiment toutes ces robes? Toujours à propos de votre apparence et de vos sentiments amoureux... ça me fait bouillir!"

L'actrice Saoirse Ronan (23 ans) vient d'être nommée aux Oscar pour 'Lady Bird', où elle interprète une étudiante excentrique dans une école catholique pour filles. ©© The Hollywood Archiv

Woody Allen

La première de 'Call Me by Your Name' a eu lieu un mois après l'affaire Kevin Spacey. Les gens disaient qu'Armie était trop vieux pour jouer avec vous, que ça faisait un peu pervers. Étiez-vous inquiet?
Chalamet: "Pas du tout. L'art, c'est dans la tête du public. Chacun peut réagir comme il veut, du moment qu'il a perçu l'art. D'ailleurs, je n'ai pas encore rencontré qui que ce soit qui n'ait pas ressenti le film comme une histoire consensuelle pleine d'amour."
Ronan: "Et on voit comment les personnages apprennent l'un de l'autre. Timmy en retire autant qu'Armie."
D'une manière ou d'une autre, #MeToo vous oblige-t-il à réfléchir aux projets que vous acceptez, aux réalisateurs avec lesquels vous travaillez?
Ronan: "Il faut y réfléchir quoi qu'il arrive. J'ai eu de la chance. Je voulais jouer des rôles sensés et équilibrés, et on m'a fait confiance. Pour moi, rien ne change. Et en ce qui concerne les réalisateurs, on fait le pas vers quelqu'un si on le juge nécessaire."
Timothée a fait ce pas. Travailler avec Woody Allen dans le film 'A Rainy Day in New York', était-ce une décision difficile?
Chalamet: "Être plus conscient des choix qu'on fait, ça fait partie du métier d'acteur. 'Call Me by Your Name' est mon premier grand film. Et personne ne m'empêchera de m'en réjouir!" (Chalamet a déclaré qu'il faisait don de son cachet pour le film de Woody Allen 'A Rainy Day in New York' à une organisation caritative, ndlr)
Vous venez tous les deux d'une famille du showbiz. Le père de Saoirse était acteur et la mère de Timothée, danseuse. Se sont-ils inquiétés lorsque vous avez commencé à travailler quand vous étiez enfants?
Ronan: "Si on gère les choses correctement, il est tout à fait possible de ne pas compromettre son innocence juvénile. À la maison, je jouais comme tous les enfants, après quoi mes parents m'emmenaient sur le plateau. Là-bas, ils me protégeaient, mais ils me laissaient aussi l'occasion de vivre pleinement l'expérience du métier d'actrice. Ensuite, je rentrais à la maison et je redevenais une enfant."
Chalamet: "Mes parents me disaient toujours: si tu veux vraiment faire ça, nous te soutiendrons jusqu'au bout. Et ils l'ont fait. Mais quand, après 'Homeland' et 'Interstellar', j'ai voulu me lancer dans une carrière d'acteur à plein temps, ma mère m'a dit: 'Non, continue d'aller à l'école pour avoir de quoi assurer tes arrières'. Alors, je me suis demandé ce que je devais faire. Mais mes parents sont super. C'est un peu bizarre quand tu as 16 ou 17 ans et que tu dois venir sur le plateau avec une baby-sitter. Savoir que tes parents sont là pendant que tu joues, c'est un sentiment étrange."
Ronan: "C'est vrai. Et aussi le fait de gagner de l'argent en tant qu'enfant. Ça change quelque chose dans ta relation avec tes parents."

Épuisée

Jodie Foster est retournée sur les bancs de l'école après une jeunesse dédiée au métier d'actrice. Y a-t-il un moment où vous devrez, vous aussi, vous ressourcer?
Ronan: "J'en ai parlé avec Jodie. Nous avons toutes les deux eu la chance d'avoir des rôles très intéressants dès notre plus jeune âge. Ça peut paraître étonnant, mais le succès de 'Lady Bird' m'a donné l'impression que je pouvais faire une pause. Ce que j'ai fait l'année dernière, pendant six mois. Après avoir aligné 'Brooklyn', 'The Crucible', 'Lady Bird 'et 'On Chesil Beach', j'étais épuisée. Vidée. Je devais prendre du recul et me dire que je n'allais plus accepter de travail pour un moment. Je suis partie en voyage, et c'était la meilleure décision que j'ai prise! Nous mettons tellement de nous-mêmes dans notre travail que nous devons nous retrouver de temps en temps pour découvrir une autre facette de notre vie."
Chalamet: "J'ai l'impression de devoir me replonger rapidement dans un rôle très intense. Vraiment, je ne sais pas ce qui m'arriverait si je devais attendre six mois avant de tourner un autre film. Comme nous le disions tout à l'heure, l'échec peut être vu comme une source de liberté. Après toutes ces réactions positives, je me dis que, parfois, il est temps de faire un flop."

'Call Me By Your Name', en salles de cinéma.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content