Il n'y a plus aucun Belge aux commandes de Stella Artois

©Thierry du Bois

Jo Van Biesbroeck quittera AB InBev le premier septembre prochain. Dès ce moment, il n'y aura plus aucun Belge au comité de direction du premier brasseur mondial, dont Stella Artois est l'une des trois marques phares.

Depuis le dernier remaniement du management d'AB InBev, en octobre 2013, Jo Van Biesbroeck était directeur en charge de la stratégie et des exportations. Il part pour le Sporting d'Anderlecht, où il dirigera les finances et l'opérationnel tandis que Herman Van Holsbeeck se concentrera sur le volet sportif.

Il y a neuf ans, il y avait encore cinq Belges au comité de direction du brasseur belgo-brésilien. Leur nombre s'était rapidement réduit à deux, jusqu'à ce que Chris Burggrave (marketing) décide de s'en aller en avril 2013. Depuis lors, Jo Van Biesbroeck faisait un peu office de garant des intérêts belges dans l'équipe pilotée par le CEO Carlos Brito. Désormais, le comité de direction compte douze Brésiliens, deux Américains et un Britannique. À noter qu'a priori, personne ne sera nommé pour succéder à Jo Van Biesbroeck à la stratégie: cette responsabilité sera partagée entre plusieurs dirigeants. Au siège du groupe à Leuven, on fait observer que beaucoup de Belges occupent des fonctions à responsabilité dans l'organigramme - à des niveaux inférieurs au top management.

"On ne change pas une équipe qui gagne", certes, et celle de Brito aligne les bonnes performances depuis des années. Les Belges restent toutefois bien présents au conseil d'administration avec quatre sièges sur quatorze, face à quatre Brésiliens. C'est aussi... plus que normal, puisqu'ils détiennent plus de la moitié du capital de contrôle. Une bonne Stella ou une Jupiler confère à l'amertume du houblon une saveur particulière. Mais ici, c'est un peu comme si le brasseur se trompait de cuve, en diffusant de l'amertume au plus haut niveau de sa hiérarchie...

Contenu sponsorisé

Partner content