L'expertise immobilière doit passer à l'électronique

Ils sont trois et se sont associés pour donner à l'expertise immobilière - qui n'est pas régie par la loi dans notre pays (1) - le coup de neuf dont elle a besoin. Il est peu courant que des experts immobiliers affichent sur internet des tarifs accessibles au commun des mortels, par exemple 90 euros (+ TVA 21 %) pour un studio, et des délais comprimés grâce à un "préformatage" et à l'envoi d'un rapport sous forme électronique.

Le "préformatage" consiste à réaliser avant l'expertise, à l'aide d'un plan ou d'une description figurant dans un bail, une première structure du bien à expertiser qui sera intégrée dans l'outil servant à établir le rapport - tablette ou PC. La différence entre les deux? "Lorsqu'un expert va visiter les lieux, il prend des notes et des photos, puis assemble chez lui les éléments du puzzle", explique Olivier Devaux, un des trois fondateurs de "Mes Experts Immobiliers". Alors que "nous, pendant la visite, nous ne devons plus que compléter la structure déjà enregistrée". Avec pour résultat non seulement des tarifs comprimés, mais surtout des délais raccourcis. Alors qu'il n'est pas rare qu'un rapport d'expertise se fasse attendre pendant plusieurs semaines, "nous remettons notre rapport dans les trois jours ouvrables", poursuit Olivier Devaux. Et ce rapport est rédigé et transmis au client sous forme électronique, "ce qui permet d'éviter les coûts d'impression et de stockage". Un rapport que les experts stockent eux-mêmes et dont ils peuvent à tout moment produire gratuitement un nouvel exemplaire. Alors que le traditionnel rapport écrit finit toujours dans un tiroir où, en cas de besoin, on ne le retrouve pas.

(1) Le métier d'expert immobilier n'est ni reconnu, ni réglementé dans notre pays. Une requête en ce sens a été déposée le 24 février dernier par la Confédération des immobiliers de Belgique (CIB).

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content