1

La danse dont vous êtes le héros

©Julie Taxil

La chorégraphe québécoise Marie Béland présente deux pièces qui s'interrogent sur la relation entre la danse et le public qui est amené à imaginer, à deviner les mouvements des corps.

"Que reste-t-il de la danse quand on ne la voit pas?" À partir de cette interrogation singulière, la chorégraphe québécoise Marie Béland a imaginé un dispositif où les interprètes sont dissimulés en partie par des panneaux, le spectateur perçoit quasi uniquement les reflets de la lumière au sol, il a accès à une forme de danse qui se traduit autrement que par l'accès direct au corps, au travers de la trace lumineuse que laisse le corps. "Un travail mental, d'imaginaire, est nécessaire chez le spectateur pour permettre à la danse de continuer à exister", commente la chorégraphe.

"Behind" questionne clairement la posture du spectateur en laissant le public deviner la danse, en développer sa propre vision à partir de ses propres références. Le travail visuel qu'il doit effectuer à partir de cette sorte de toile en mouvement qui apparaît au sol l'oblige à "remplir les trous", à imaginer ce qui se passe hors de sa perception.

Marie Béland poursuit ce questionnement dans "Between". Ici rien n'obstrue la vue mais un flot de paroles qu'échangent deux femmes engendrent le mouvement. Il s'agit alors de distinguer ce qui est chorégraphie du mouvement né du bavardage incessant. La parole devient une musique, une trame sonore du geste lié à la parole. "Le rapport à la danse n'est pas franc, il est détourné, ajoute Marie Béland. Le rapport à la musique aussi. Et pose également la question de la danse dans notre environnement, elle est partout, on la saisit pour la mettre en scène."

Et si "Behind" est écrit avec précision, "Between" laisse un grand espace de liberté sur le contenu de ce qui est dit. Les deux femmes ne se soucient d'ailleurs pas d'être entendues. Pour la chorégraphe, "ce qui est dit n'est pas tellement important, c'est la façon de le dire qui devient la danse. Il faut générer la parole sans arrêt, ce qui est important, c'est la façon dont elle investit le corps, dont elle stimule le corps."

Les deux pièces proposées en une soirée composée entendent mettre en tension la relation entre le spectateur et la danse à travers l'artiste. Le spectateur devient ainsi le sujet de l'oeuvre qu'il regarde, il y participe sans pourtant quitter son fauteuil. Marie Béland a d'ailleurs sous-titré "Behind, une danse dont vous êtes les héros".

Soirée composée: "Behind" et "Between" de Marie Béland, les 12 et 13 mars à 20h30, au Théâtre 140 à Bruxelles, 02 733 97 08, www.theatre140.be et www.charleroi-danses.be.

Contenu sponsorisé

Partner content