Le bruxellois Sam Labs connecte vos objets au web

Sam Labs commercialise des lampes, des capteurs, des moteurs qui s'assemblent en deux clics et permettent de créer ses propres objets connectés. ©© doc

Demain, la plupart de nos objets seront connectés à internet. 26 à 30 milliards en 2020 contre 7 à 10 milliards en 2013. Une croissance de 15 à 20% par an selon les prévisions du cabinet de conseil McKinsey. Une constellation de voitures, de montres, d'appareils électroménagers, de détecteurs de fumée, de capteurs se connectent de plus en plus au web. Un moteur de croissance pour les grandes entreprises qui proposent de nouveaux produits à leurs clients. Reste aux consommateurs à prendre part au mouvement.

"On veut que les gens soient des créateurs actifs plutôt que des consommateurs passifs", clame Joachim Horn, patron d'une start-up active dans ce secteur. Ingénieur de formation, ce Bruxellois a lancé Sam Labs à Londres il y a quelques mois. À 24 ans, il prépare sa première levée de fonds.

C'est l'effet papillon

Sam Labs, c'est un jeu voire un laboratoire. La start-up vend des modules assemblables en deux clics grâce à un logiciel. Des moteurs, des capteurs, des lampes peuvent être juxtaposés à l'infini pour devenir une voiture télécommandée ou un système de domotique sans compétence informatique. Par exemple, un capteur de luminosité posé à l'extérieur peut varier l'intensité de petites lampes LED posées à l'intérieur. Sans un fil.

À San Francisco il y a quelques semaines pour sa levée de fonds, Joachim terminait de paramétrer ses modules pour sa démonstration. "Envoyez un tweet avec un hashtag que vous seul connaissez", me demande-t-il. Depuis Bruxelles, j'envoie le tweet. Instantanément, le moteur qu'il me montre par webcam se met en marche.

Je connecte donc je suis

Ces puzzles 2.0 s'adressent aussi bien aux enfants qu'aux étudiants ou aux designers. Et dans l'univers high-tech, ils ont déjà un certain succès. Joachim a vendu pour plus de 250.000 euros de ces kits depuis novembre 2014. De retour à Londres la semaine dernière, le Bruxellois a déjà 1,4 million d'euros en poche. Il espère lever pas moins de 2,8millions d'euros d'ici juillet. Ce premier tour d'investissements devrait permettre au jeune CEO et à sa quinzaine de collaborateurs d'accélérer le développement de la start-up.

Selon les estimations de McKinsey, tous ces objets connectés devraient représenter un marché de 6.200 milliards de dollars en 2025. Aux côtés des grandes entreprises, la start-up londonienne compte bien avoir une concession sur ce nouveau gisement. Et permettre à tout un chacun de prendre part à cet Eldorado. En deux clics.

Le résumé

La start-up Sam Labs, fondée par Joachim Horn il y a plusieurs mois, commercialise des modules sans fil assemblables à l'infini.

Ces modules permettent de créer des objets domotiques ou des jouets grâce au web.

Il espère lever 2,8 millions d'euros pour poursuivre le développement de sa start-up.

Contenu sponsorisé

Partner content