Le parking du Jeu de Balle et le "mini-ring" font bouillir le conseil communal de Bruxelles

Chaude ambiance lundi à l'hôtel de ville de Bruxelles. Au coeur des débats: le futur piétonnier. Pas tant le concept que ses implications en termes de mobilité.

Non aux nouveaux parkings, non au "mini-ring". La contestation s'est invitée, ce lundi après-midi, au conseil communal de la Ville de Bruxelles. Foule et chaude ambiance! Dans le viseur des mécontents, les dossiers portés par l'échevine de la Mobilité, Els Ampe (Open Vld, lire son portrait en page 2). à savoir le plan de mobilité concocté par la Ville pour le Pentagone et le lancement des marchés pour la réalisation et l'exploitation de quatre parkings souterrains pour les places du Jeu de Balle, du Nouveau Marché aux Grains, Rouppe et de l'Yser.

Le tout s'inscrit dans le cadre de "piétonnisation" du centre de la capitale, porté par le bourgmestre Yvan Mayeur (PS). "La plus grande zone piétonne d'Europe", se réjouit la Ville. Et là, ce n'est pas tant l'objectif final qui suscite la polémique, que les moyens pour y arriver.

eBoucle de desserte ou "mini ring"? Les souliers reprendront progressivement leurs droits sur les pneus dans le centre de Bruxelles. Par contre, si le trafic de transit (de 30 à 40% de la circulation actuelle, avance Els Ampe) n'est plus le bienvenu, les voitures doivent pouvoir accéder à certains lieux d'activité, comme les hôpitaux ou les hôtels et, surtout, rejoindre les parkings à proximité de la "zone de confort". Logique. Une "boucle de desserte" est prévue à cet effet. Boucle que les mauvaises langues ont aussitôt rebaptisé "mini-ring", y voyant plutôt la création d'une Petite Ceinture miniature au coeur du Pentagone.

"Quelle lecture caricaturale!, s'étonne Yvan Mayeur. Ce mini-ring, c'est juste un slogan. Seuls les automobilistes désirant s'arrêter dans le centre-ville emprunteront cette boucle, les autres resteront sur la Petite Ceinture. Quelqu'un pourrait-il m'expliquer l'intérêt qu'il y a à tourner en boucle autour d'un piétonnier? Cela n'a pas de sens."

eSuperflus, les nouveaux parkings souterrains? Quatre parkings naîtront en sous-sol, dont le nombre exact d'emplacements sera déterminé, en concertation avec la Ville, par les sociétés qui auront décroché les concessions. Quant au parking Poelaert, au pied du Palais de justice, il sera agrandi. Inutile et anachronique, à en croire l'opposition Ecolo/cdH ou certaines associations, comme l'Arau. Bruxelles regorge déjà de parkings à proximité du Pentagone, qui peinent à se remplir.

Comment se fait-il alors que se garer dans le centre-ville soit tout, sauf une sinécure?, interroge le cabinet d'Els Ampe. "Les parkings publics sont remplis en cas de grande affluence. Nous n'envisagerions pas ces parkings s'il y avait suffisamment de places!" Ce n'est pas le bourgmestre qui dira le contraire. Ces nouvelles infrastructures sont nécessaires pour garantir le parking aux riverains du piétonnier, ainsi qu'à tous les gens venus "visiter ou consommer" la ville. "Surtout que la mise en place du piétonnier entraînera la suppression d'environ 500 places en surface. Prenons un exemple: le parking Poelaert. J'entends que l'étendre n'est pas souhaitable. C'est vrai qu'il n'est pas plein tout le temps, mais il l'est parfois. Et, à proximité, le Sablon et les rampes d'accès au Palais de justice sont envahies de voitures. Or le but est de réaménager le Sablon en vraie place. Quant aux rampes, ce n'est pas un parking!"

Le parking le plus contesté, pas de doute, c'est celui prévu sous la place du Jeu de Balle et son célèbre marché aux puces. Lancée par "plateforme Marolles", la pétition "Touche pas à mon Jeu de Balle" a déjà recueilli plus de 13.000 signatures. Outre son inutilité, ses détracteurs dénoncent les nuisances que va générer sa construction. De quoi mettre en péril les commerces de la place, ainsi que son marché plus que centenaire. Une argumentation qui fait rugir Yvan Mayeur. "On me dit ça à moi, qui suis Marollois? C'est absurde, je ne vais pas détruire la place du Jeu de Balle. La Ville va demander s'il est techniquement possible de creuser ce parking sans 'casser'la place. Si ce n'est pas le cas, on ne le fera pas. Mais quoi qu'il en soit, il faudra bien trouver une solution pour les véhicules liés au marché et ceux des riverains. Toutes les rues adjacentes sont encombrées; les gens n'en peuvent plus."

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content