Pawshake.be, la bonne piste pour un "petsitter"

©RV-DOC

Rien de tel que la balade du chien ou une bêtise du chat pour mettre les gens en contact. Mais faute d'ami ou de voisin complaisant, internet est une bonne piste pour trouver un "petsitter".

La Belgique compte plus d'animaux domestiques que d'enfants! Et lorsqu'ils s'absentent, 8 maîtres sur 10 ont des difficultés à trouver une "nounou" pour leur boule de poils. Tanguy Peers, ancien directeur général d'eBay Belgique et Dries Coucke qui gère depuis 2002 le site pets.be (refuges pour animaux) ont flairé la bonne piste: ensemble, ils ont développé le site www.pawshake.be, une plateforme qui met en contact des maîtres et des petsitters. Lancé en 2013, le site couvre déjà tout le pays.

En soi, le "petsitting" n'a rien de révolutionnaire. Dans le scénario idéal, un membre de la famille ou un ami vient nourrir, câliner, sortir et promener l'animal en votre absence, ou l'héberge chez lui. Le home-sitting qui se développe depuis quelques années, a optimisé le concept: une personne s'installe chez vous pendant votre absence, assure toute l'intendance (courrier, entretien des plantes et du jardin, animaux domestiques, etc.) et garantit la sécurité par sa présence. Du "all in one" qui peut s'organiser de façon informelle ou via des sites qui proposent un service encadré.

Avec Pawshake, rien n'est laissé au hasard. Les candidats petsitters sont interviewés dès leur inscription et évalués ensuite par les maîtres. Ils proposent leurs services en formule "visite" (autour de 9 euros en moyenne) ou la garde à domicile chez vous ou chez eux (autour de 15 euros par nuit). Pour ce prix, ils s'engagent à donner des nouvelles de votre animal par sms ou e-mail, photos à l'appui. Le paiement se fait par carte de crédit ou PayPal.

Si la relation de confiance est primordiale, on n'est jamais à l'abri d'un souci. Contactez donc d'office votre assureur. Mais François de Clipelle, porte-parole d'Assuralia, rappelle déjà quelques principes.

- Le propriétaire de l'animal est responsable des dégâts qu'il occasionne à des tiers.

-Celui qui héberge l'animal l'a "sous sa garde" et en est responsable. Elle pourrait éventuellement reporter la responsabilité du maître si celui-ci a commis une faute qui est à l'origine du dommage (ex: s'il a dressé un chien à être agressif).

- La personne qui visite l'animal et qui commettrait une faute à l'origine de dommages verrait sa responsabilité engagée (art. 1382 du Code civil). Mais c'est à la victime du dommage qu'il reviendrait de le prouver. S'il arrivait quelque chose à l'animal dont il a la garde le petsitter serait considéré comme responsable de ce "dommage".

- L'assurance responsabilité RC 'familiale' ou 'vie privé' ne couvre que la responsabilité extra-contractuelle Dans le cas du petsitting via Pawshake elle n'interviendra pas car la prestation fait l'objet d'un contrat, explique François de Clippele. Il s'agit donc de couvrir la responsabilité contractuelle.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content