Le cdH recrute Claude Rolin, le patron du syndicat chrétien

Claude Rolin (à dr. du président du cdH Benoît Lutgen) fêtera ses 57 ans le 26 mai, le lendemain de sa première bataille électorale. ©BELGA

Le secrétaire général de la CSC Claude Rolin mènera la liste du cdH pour les élections européennes. L'eurodéputée sortante Anne Delvaux accueille la nouvelle de façon très amère.

Benoît Lutgen avait fait ses calculs depuis belle lurette: la popularité de l'ancienne journaliste de la RTBF, Anne Delvaux, peut faire gagner un siège au cdH à Liège. En revanche, à l'Europe, la chance de décrocher un mandat supplémentaire est infime.

La mathématique électorale incitait donc à placer Delvaux sur la liste pour la Chambre, en tandem avec Melchior Wathelet. Lutgen aurait aimé la convaincre de l'intérêt supérieur du parti. Il n'y est pas parvenu et a donc décidé, ce lundi, de passer en force en annonçant que la liste européenne du cdH serait conduite par Claude Rolin, le secrétaire général du syndicat chrétien, la CSC.

Un joli coup politique

Le président du parti centriste réalise là un beau coup politique. La présence active de Claude Rolin durant la campagne l'aidera à attirer des électeurs de la gauche chrétienne, qui avaient souvent pris l'habitude de voter Ecolo ou PS. Sur le plan interne, l'arrivée de Rolin équilibrera aussi les forces parmi les personnalités phares du cdH. À l'exception de Joëlle Milquet, tous les ténors actuels sont en effet plutôt catalogués au centre-droit.

D'autres figures syndicales participeront au scrutin du 25 mai. La semaine dernière, le PS et le PTB + avaient ainsi annoncé le ralliement de personnalités de la FGTB. Le phénomène n'est pas neuf. En 2004, la présidente de la FGTB Mia De Vits avait été élue député européenne pour le sp.a. Le prédécesseur de Claude Rolin à la tête de la CSC, Josly Piette, a été un éphémère ministre cdH de l'Emploi. Piette est aujourd'hui bourgmestre de Bassenge, en province de Liège.

Luxembourgeois comme Lutgen, Claude Rolin a commencé son combat syndical auprès des agriculteurs. Il a gravi les échelons, jusqu'à devenir président du comité régional wallon de la CSC en 1997 et secrétaire général en 2006.

En se portant candidat aux élections, Claude Rolin abandonne ses mandats syndicaux. Avec son engagement, il espère donner du coffre au "message social" dans une "Europe qui ne va pas bien". Il compte infléchir les positions du Parti populaire européen, au sein duquel le cdH côtoie la CDU d'Angela Merkel ou l'UMP française. A priori, ce n'est pas vraiment la tasse de thé de Rolin.

Anne Delvaux amère

Dans un communiqué publié hier soir, Anne Delvaux a "regretté" que le bureau politique du cdH ait pris une telle décision pendant qu'elle siégeait à Strasbourg. Ce week-end, elle s'en était pris sur Twitter "aux barons humanistes qui manquent de sincérité et de courage". Elle réagissait à un article de Sud Presse dans lequel des personnalités centristes réclamaient, sous couvert d'anonymat, un autre candidat pour l'Europe.

Lutgen propose à Anne Delvaux d'occuper la deuxième place sur la liste fédérale à la Chambre. Elle a publiquement refusé ce poste. Cela lui permettrait pourtant de combiner avec un mandat d'échevine à Liège (ce qui n'est pas le cas pour un poste européen). Certes, elle peut toujours changer d'avis et être candidate à la Chambre. Mais elle aura dérouté ses électeurs et fourni des arguments à ses adversaires.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content