Publicité
start-ups

Le tax shelter peut-il nous donner goût au risque?

©vince

Le risque, c’est s’engager dans une action qui pourrait apporter un avantage mais qui comporte l’éventualité d’un enjeu négatif.

Le tax shelter, de part son nom, peut-il permettre à des profils défensifs de trouver un refuge au risque?

L’annonce récente du gouvernement concernant la mise en place d’un tax shelter pour l’investissement dans les start-ups est une nouvelle encourageante. En réalité, une véritable aubaine pour l’économie.

Au-delà de la mesure, fiscale, l’autre impact sera la possibilité de familiariser un nombre substantiel de personnes à l’entrepreneuriat, à la vie des start-ups et des innovateurs, à la prise et au goût du risque. Cela créera sûrement des vocations.

Selon un rapport du SPF Économie de janvier 2015, plus de 60% des starters n’ont pu avoir accès aux crédits bancaires en vue de lancer leurs activités. Un tax shelter pour mobiliser l’épargne dans le soutien des starters pourra sans nul doute encourager des personnes privées à investir dans les entreprises, traditionnelles ou innovantes, et permettra également à ces dernières d’avoir l’effet de levier nécessaire pour aller chercher un appui bancaire ou un co-investissement d’autres acteurs financiers.

Dans le cas de Be Angels, nous estimons que les 30 millions d’euros levés auprès des membres ont permis aux entrepreneurs de lever deux à trois fois plus auprès d’autres acteurs.

Pour une structure comme la nôtre spécialisée dans le financement des start-ups, le défi constant est d’amener de nouvelles personnes à s’intéresser à la dynamique entrepreneuriale et à devenir "business angel".

En bref

Be Angels est le réseau de business angels actif en Région de Bruxelles-Capitale et en Région Wallonne. Il fête cette année ses 15 ans. Depuis sa création, le réseau a permis plus de 240 levées de fonds, mobilisant près de 30 millions d’euros d’investissement privé principalement dans des start-ups. C’est l’un des réseaux les plus actifs d’Europe.

Il faut constamment renouveler son réseau de membres afin de s’assurer que des investisseurs continuent à investir dans des start-ups. L’incitant fiscal est un excellent moyen d’amener des personnes qui ne l’envisageaient pas d’investir une partie de leur patrimoine dans l’économie réelle.

Effet démultiplicateur

La mise en place d’incitants fiscaux visant à soutenir les start-ups est d’ailleurs quasiment devenue une bonne pratique européenne. Un des exemples les plus probants étant l’injection chaque année de près d’un milliard de livres sterling par des particuliers dans les starters et PME anglaises, et ce depuis l’introduction du Enterprise Investment Scheme en 1994. Des mesures qui ont été renforcées depuis la dernière crise.

Un incitant fiscal peut-il avoir un effet démultiplicateur suffisant pour insuffler une nouvelle dynamique entrepreneuriale et une révolution dans la mentalité des épargnants Belges? Certainement. C’est en tout cas une excellente initiative dont nous devrons découvrir tous les détails.

La mesure devrait s’appliquer à tous les secteurs de l’économie. Le rapport du SPF l’indique: les starters ont des difficultés à se financer, tous secteurs confondus. Or, les start-ups sont des créateurs d’emplois et de richesse économique. Les investisseurs doivent pouvoir sélectionner les entreprises dans lesquelles ils peuvent apporter le maximum de valeur ajoutée – une façon de maximiser les investissements dans les start-ups tout en réduisant le risque.

La réalité du marché de l’amorçage fait que les investissements via des fonds ou autres structures qui elles-mêmes investissent dans des start-ups doivent également être éligibles au tax shelter.

Si davantage de personnes sont attirées dans l’investissement privé, toutes ne seront pas en mesure d’investir en direct (ce qui requiert pour éviter de fragmenter l’actionnariat des entreprises un montant minimum de plusieurs dizaines voire de plusieurs centaines de milliers d’euros).

D’autres n’auront pas le temps d’accompagner les entreprises et d’autres encore ne se sentiront pas prêt(e) s à prendre des décisions d’investissement et souhaiteront s’adosser à des investisseurs de référence qui travailleront au plus proche des entreprises avec des actionnaires plus passifs. Comment la mesure va-t-elle prendre cette réalité en compte?

Il faut associer l’invitation à l’investissement avec de la transparence dans le niveau de risque encouru et le fait que cet investissement dans les start-ups est du capital patient – l’immobilisation dure en moyenne de 3 à 7 ans. Il est nécessaire de former les investisseurs, en proposant des services et produits qui simplifient l’accès à l’investissement en fonction de son patrimoine, de sa disponibilité en temps et de ses objectifs d’investissement. Prendre un risque certes, mais un risque réfléchi, délimité et/ou partagé.

Le diable est dans les détails…

Ce qui fera la différence sera la mise en œuvre et les détails de l’exécution. Le diable est dans les détails. L’incitant fiscal aura pour principal objectif de venir compenser le risque financier pris. Y aura-t-il un plafond d’investissement? Les investisseurs seront-ils assurés de ne pas être taxés sur la plus-value pour les sorties positives? Comment faire en sorte qu’une telle mesure n’amène pas du "dumb money" aux entrepreneurs, qu’elle soit un moyen pour eux de trouver l’accompagnement et la valeur ajoutée? Comment aider des épargnants à devenir des capitaux risqueurs, avertis sinon sensibilisés?

L’investissement privé en amorçage n’est pas seulement une affaire de retour sur investissement. C’est surtout une histoire de passion, une envie de participer à des aventures entrepreneuriales.

Au délà de l’aspect purement financier de la mesure, l’autre impact non négligeable et formidable sera la possibilité de familiariser un nombre substantiel de personnes à l’entrepreneuriat, à la vie des start-ups et des innovateurs, à la prise et au goût du risque. Cela créera sûrement des vocations.

Par Claire Munck, CEO Be Angels.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés