Les coulisses de la rédaction

Jean-Jacques Cloquet. ©BELGAIMAGE

Chaque semaine, L'Écho vous livre quelques informations récoltées en coulisses.

Jean-Jacques Cloquet remplit son agenda

Le consultant Cloquet collabore avec Pire Asset Management. Depuis qu’il a quitté sa fonction de CEO de Pairi Daiza, Jean-Jacques Cloquet développe ses missions de consultance dans le domaine aéronautique (il a été patron de Brussels South Charleroi Airport) mais également dans le management. C’est ainsi qu’il vient de nouer une collaboration avec la société de bourse Pire Asset Management (PAM) basée à Charleroi. Jean-Jacques Pire, administrateur délégué de la société, lui a demandé de participer à un plan stratégique de développement à cinq ans de la firme. Apparemment, le courant est bien passé entre ces deux Carolos. À un point tel que Jean-Jacques Cloquet pourrait devenir actionnaire de la société. "Mais c’est trop tôt pour en parler", nous dit Cloquet, dont le fils Guillaume est par ailleurs conseiller en gestion privée chez Pire Asset Management.
Un premier effet de cette collaboration entre Jean-Jacques Pire et Jean-Jacques Cloquet  prendra la forme d’une conférence "Comment gérer l’humain et la finance", organisée le vendredi 5 mars dans le cadre du cercle Ecofin Club Hainaut.

Une rampe d'accès très prisée

À partir du 1er mars, il ne sera plus possible de se garer sur la rampe d’accès qui, le long du palais de justice, officie comme un lien entre la place Poelaert et le bas de la ville. Cette rampe, très prisée des avocats qui y voient le parking le plus proche de leur lieu de travail, sera rendue aux piétons, et la Ville de Bruxelles y étudie un projet de verdurisation et pourrait y placer du mobilier urbain. En attendant, confirmant qu’ils ne perdent jamais tout à fait le nord, les avocats ont réussi à négocier auprès d’Interparking une ristourne de 20% pour les parkings Poelaert, Stéphanie-Louise et Deux Portes.

Ah, l'importance du numérique...

Dans l’un des derniers numéros de la Tribune, la newsletter envoyée à tous les avocats, Xavier Van Gils, le très sympathique président d’Avocats.be attire l’attention  de ses confrères sur l’importance du numérique. "Il est temps, voire plus que temps, de consacrer des moyens humains et financiers à cette évolution certaine de notre profession. Le nier, c’est probablement condamner une grande partie de nos activités", écrit encore Xavier Van Gils qui assure qu’il faut relever ce défi, invitant les avocats à être "les acteurs majeurs de la digitalisation". Soit. On ose à peine lui dire que la Nasa vient de poser un robot sur Mars… On se moque, on se moque, mais cette semaine encore, nous avons été confrontés à ce classique dialogue de sourds entre un avocat et une juge du tribunal de l’entreprise expliquant à ce dernier que les conclusions déposées de façon digitale n’étaient jamais imprimées, car le tribunal n’a ni le temps, ni l’encre, ni le papier pour le faire… Allô, Houston ?

Sur tous les fronts

Georges Ugeux. ©saskia vanderstichele

Oui, Georges Ugeux, le financier belgo-américain, est sur tous les fronts. Il a fait une apparition plutôt remarquée dans le récent documentaire "Ceci n’est pas un complot" consacré à la pandémie. Dans un entretien accordé à L'Écho en décembre, il avait déjà un peu donné le ton: "Je ne crois pas que les États ont le droit de dire aux gens comment ils doivent fêter Noël en famille, avec une, deux ou quatre personnes. Il faut laisser les gens respirer." Voilà qui a peut-être inspiré un certain Jean-Marc Nollet... Récemment, Ugeux est par ailleurs devenu président du think tank parisien "Droit et Croissance". Cet institut indépendant, ouvert aux acteurs du droit et de l’économie, veut faire en sorte que l’analyse économique du droit (Law & Economics) soit davantage prise en considération dans la manière dont se construit le système juridique. Enfin, outre ses fonctions au quotidien chez Galileo Global Advisors à New York, Ugeux met la dernière main à son prochain livre: "Wall Street à l’assaut de la démocratie: comment les marchés financiers exacerbent les inégalités". Tout un programme. Le livre sera publié chez Odile Jacob fin août début septembre. Il fera suite à deux autres ouvrages chez le même éditeur: "La descente aux enfers de la finance" et "La trahison de la finance". Visiblement, avec de tels titres, l'ancien vice-président du New York Stock Exchange n'apprécie plus trop la finance d'aujourd'hui...

Que le meilleur gagne...

Ce dimanche, c’est le "clasico", le duel opposant les ennemis de toujours que sont le Standard et Anderlecht, deux clubs tombés bien bas dans l’establishment footballistique alors que le FC Bruges les toise de toute sa richesse au point de vouloir entrer en bourse sur Euronext Bruxelles. Les mauvaises langues diront que quel que soit son résultat ce match fera au moins un heureux : Jos Donvil, le nouveau CEO d’Anderlecht. Le Dilbeekois est en effet réputé pour être supporter du… Standard. Un pedigree dû au fait qu’il avait déclaré lorsqu’il dirigeait Base, alors sponsor des "Rouches", que pour des raisons de valeur la marque de téléphonie n’aurait jamais pu s’engager avec Anderlecht. Lors d’une récente interview donnée à Eleven Sports, le diffuseur du foot belge, l’ex-CEO de VOO a quelque peu rectifié le tir affirmant qu’il y avait une différence entre être sponsor d’un club et en être supporter. Dont acte. Allez, comme on dit dans ces cas-là, que le meilleur gagne. Et surtout que le spectacle soit de qualité et pas comme le pitoyable match aller entre ces deux clubs...

Un conseil académique en fin de mandat

Clap de fin pour le Conseil académique des pensions ? Créé en 2015 par le gouvernement Michel, le Conseil académique des pensions, un organe censé fournir à l'exécutif un avis scientifique étayé sur toutes les propositions en matière de pension, ne sera probablement pas renouvelé. La nouvelle ministre en charge de la matière, Karine Lalieux (PS), a laissé entendre à la Chambre qu'elle voulait éviter qu'un "processus parallèle s'installe entre les réformes en discussion entre les partenaires sociaux et celles développées par le monde universitaire", comme ce fut, selon elle, le cas sous l'ancienne législature. Sa proposition : travailler sur un modèle similaire à celui du Conseil central de l'économie, où le monde académique est directement associé aux partenaires sociaux. Le point devrait être soumis prochainement au gouvernement. Le mandat de la plupart des membres du Conseil académique des Pensions est arrivé à échéance. En coulisses, certains murmurent que la nouvelle ministre n'est pas encline à renouveler tel quel un organe dont les membres ont été nommés par son prédécesseur Daniel Bacquelaine (MR). Il faut dire que la socialiste et le libéral n'ont probablement pas, et c'est un euphémisme, des conceptions proches quant à la réforme nécessaire du système de pensions. Cocasse : l'ancien président du Conseil n'était autre que Frank Vandenbroucke (sp.a), aujourd'hui ministre de la Santé et des Affaires sociales au sein du gouvernement De Croo (Open Vld).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés