chronique

Chronique "Canal Nord-Sud" | L’immigration favorise la croissance

Newsmanager

Le Nord et le Sud du pays portent-ils un regard différent sur l'actualité? C’est le sujet que nous souhaitons aborder dans notre chronique. Alain Narinx (L’Echo) et Wim Van de Velden (De Tijd) croisent le fer chaque semaine. Cette semaine, nous nous intéressons à l'immigration.

Cher Wim,

Je suis d’accord avec toi pour dire que la bonne gouvernance est une arme efficace contre les extrêmes. Mais je ne le suis pas lorsque tu sous-entends que ce serait impossible en Belgique, car la Flandre vote à droite et la Wallonie à gauche. Cette dichotomie rend la gestion plus compliquée, certes. Le grand défi de la Vivaldi est de dépasser la recherche du plus petit dénominateur commun. La coalition fédérale doit s’emparer des réformes profondes dont ce pays a besoin. Mais l’organisation de l’État ne détermine pas à elle seule la qualité de la gouvernance. Regarde la France: une politique beaucoup plus uniformisée et centralisée n’empêche pas les extrêmes d’y prospérer.

Un bon moyen de combattre l’extrémisme est aussi de ne pas légitimer, même inconsciemment, sa propagande. Par exemple, tu évoques le "laxisme du monde politique vis-à-vis de la migration". De quel laxisme parles-tu? Celui de Maggie De Block ou celui de Theo Francken? Celui de l’Europe peut-être? À partir de combien d’enfants morts noyés en Méditerranée peut-on considérer qu’il n’y a plus de laxisme?

"Sur les cinq dernières années, les flux migratoires ont exercé une incidence positive sur le PIB, le faisant grimper de 3,5%."
Un rapport de la BNB

Je ne suis pas naïf. L’immigration pose des problèmes et de nombreux défis. Je comprends qu’elle suscite des inquiétudes chez beaucoup de gens. C’est parfaitement légitime et je ne veux pas du tout, comme le fait bêtement une partie de la gauche, qualifier automatiquement de "racistes" celles et ceux qui les expriment. Mais il faut dire aussi que l’immigration offre des opportunités et amène de la plus-value. Au-delà de nombreux exemples individuels, voici ce qu’en dit un rapport publié en novembre 2020 par la Banque nationale, qui n’est pas un repère de bobos gauchistes: "Sur les cinq dernières années, les flux migratoires ont exercé une incidence positive sur le PIB, le faisant grimper de 3,5%. L’effet est positif tant pour les flux d’immigrés d’origine européenne que pour ceux d’origine extra-européenne, avec un accroissement de 2% pour les premiers et de 1,5% pour les seconds. Par ailleurs, aucun effet néfaste de l’immigration n’a été constaté pour les natifs en ce qui concerne les salaires, le chômage, la participation, le revenu net ou encore le bien-être."

À propos de migration, le secrétaire d’État Sammy Mahdi (CD&V) a vu son nouveau plan pour l’asile recalé en conseil des ministres restreint vendredi dernier. C’est un échec pour le parti démocrate-chrétien. Mahdi, c’est une main de fer dans un gant de velours, non? Comment est-il perçu en Flandre? Peut-il s’imposer comme un leader pour le CD&V? Pour l’instant, l’aile droite du gouvernement fédéral a du mal à exister. À ton avis, de quelles mesures aurait besoin la Vivaldi pour convaincre en Flandre?

Alors que la pandémie recule, le gouvernement fédéral sort progressivement de sa gestion de crise "covid". Le débat se focalise davantage, côté francophone en tout cas, sur le voile. Pour ça aussi, nos deux grandes communautés ont des sensibilités différentes. À Bruxelles et en Wallonie, l’influence de la France, où la laïcité est une cause nationale et où le moindre sujet en rapport avec l’islam dégénère rapidement en polémiques hystériques, est très forte.

Paradoxalement, la Flandre, pourtant très sensible aux enjeux identitaires et migratoires, est moins virulente sur le foulard islamique et me semble davantage tournée vers le modèle anglo-saxon, où personne ne se préoccupe vraiment de ce que les femmes portent sur la tête. Si tu voulais une preuve que la Flandre n’est pas forcément intolérante, je te l’offre sur un plateau…

"Canal Nord-Sud"

Et si on se parlait par-delà la frontière linguistique? Le Nord et le Sud du pays portent-ils un regard différent sur l’actualité? C’est le sujet que nous souhaitons aborder dans notre chronique. Alain Narinx (L’Echo) et Wim Van de Velden (De Tijd), croiseront le fer chaque semaine. Cette chronique est publiée simultanément dans L’Echo et De Tijd chaque jeudi.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés