chronique

Chronique "Canal Nord-Sud" | Que dirais-tu d'un transfert climatique inversé?

"L'idée d'un transfert climatique du sud vers le nord du pays n'est-elle pas rafraîchissante?" C’est ce qu’écrit Wim Van de Velden, journaliste du Tijd et spécialiste de la politique belge, à son homologue wallon, Alain Narinx, dans leur chronique hebdomadaire "Canal Nord-Sud".

Cher Alain,

Quelle catastrophe! Les ravages causés par les inondations sont indescriptibles! C'est comme si la Wallonie était devenue un champ de bataille. Mais, malgré toute cette misère, elle a pu compter sur une énorme vague de solidarité spontanée. C'est dans les pires moments que la nature humaine révèle ce qu'elle a de meilleur.

As-tu également vu, Alain, les nombreux Flamands qui ont sauté dans leur voiture pour se rendre en Wallonie avec des serpillières, des vêtements et de la nourriture pour donner un coup de main? De la solidarité dans sa forme la plus pure.

Mais ce que je ne comprends pas, c'est que les partis francophones PS et Ecolo, au moment où les besoins sont les plus criants en Wallonie, menacent de faire tomber le gouvernement à cause de sans-papiers qui mènent une grève de la faim depuis environ 60 jours.

Leur situation était précaire, cela ne fait aucun doute, mais la menace du PS et d'Ecolo de sortir du gouvernement De Croo en cas de décès d'un des grévistes de la faim n'a pas été un bon signal. OK, le gouvernement De Croo semble avoir fait un geste, ce qui a permis de mettre fin, au moins provisoirement, à la grève de la faim. Mais combien de temps faudra-t-il avant qu'une autre grève de la faim ne soit lancée? C'est une voie sans issue, les socialistes et les écologistes devraient tout de même le comprendre, non?

Si le gouvernement tombe, le PS et Ecolo devront remettre les clés au Vlaams Belang.

Imagine, Alain, que le gouvernement De Croo soit tombé sur cette question. Le PS et Ecolo pouvaient tout de suite remettre les clés au Vlaams Belang. On joue avec le feu. À moins que j’aie raté quelque chose?

Les inondations sont en tout cas un "wake-up call": les changements climatiques ne sont pas loin de nous. Pour renverser la vapeur, nous devrons faire des efforts. Et chacun semble prêt à faire ce qui doit l'être, comme le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR), l'a déclaré à la VRT, dans l'émission Terzake.

La transition vers une économie verte, neutre en carbone, aura un prix, comme c'est apparu clairement. Et donc, les gouvernements de ce pays devront se mettre d'accord sur qui consent quels efforts. Espérons qu'il ne faudra pas six ans, comme la dernière fois, pour arriver à un accord sur le climat belge. Cette fois, nous n'avons plus une minute à perdre.

Ce basculement "vert" ne pourrait-il pas, aussi, devenir un mouvement de solidarité entre le nord et le sud du pays?

En fait, Alain, j'ai une proposition audacieuse à faire. Ce basculement "vert" ne pourrait-il pas, aussi, devenir un mouvement de solidarité entre le nord et le sud du pays? En Flandre, on rêve de plus en plus d'un transfert climatique inversé. Sur le plan géographique, la Wallonie dispose de bien plus de possibilités que le plat pays – densément bâti – pour miser sur les énergies renouvelables. Pourquoi la Wallonie ne consentirait-elle pas à davantage d'efforts que la Flandre, sans que la Flandre ne doive acheter cette énergie verte à la Wallonie?

Ce serait une réforme de l'État créative, "out of the box". Car il n'y a plus d'argent pour une réforme de l'État classique, où la Flandre achète très cher des compétences. Si tu prends en considération l'augmentation des déficits budgétaires et de la dette du pays, qui se sont aussi rapidement envolés en Wallonie et à Bruxelles, tu peux constater que les comptes ne sont déjà plus équilibrés.

Alors, Alain, l’idée d'un transfert climatique du sud vers le nord du pays n'est-elle pas rafraîchissante?

"Canal Nord-Sud"

  • Et si on se parlait par-delà la frontière linguistique? Le nord et le sud du pays portent-ils un regard différent sur l'actualité? C'est le sujet que nous souhaitons aborder dans notre chronique. Alain Narinx (L’Echo) et Wim Van de Velden (De Tijd), croiseront le fer chaque semaine. Cette chronique est publiée simultanément dans L'Echo et De Tijd chaque jeudi.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés